Grand réservoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réservoir.
Grand réservoir
Grand réservoir sur plan Le Rouge de 1749.png
Le Grand réservoir sur plan Le Rouge de 1749
Présentation
Type
Réservoir
Construction
1740
détruit en 1779
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le Grand réservoir d’une contenance de 6000 m3 construit par la Ville de Paris en 1740 à l'emplacement de l'actuel Cirque d'hiver était installé sur une légère éminence, vestige du bastion des Filles Calvaires aménagé en 1635 sur une butte de gravois pour protéger l’enceinte de Charles V, bastion en grande partie absorbé par le boulevard réalisé après 1670 à la place de l’ancien rempart. Le réservoir était alimenté par des eaux impropres à la consommation amenées par des conduites de sources sur les hauteurs de Belleville. Cette création était liée à la réfection contemporaine du grand égout creusé sur un nouveau tracé proche de l’ancien. Le réservoir était destiné à son nettoyage par une chasse périodique de l’eau envoyée dans un canal aboutissant à l’égout à l’emplacement de l’actuelle place de la République. Cette canalisation longeait la rue des fossés du Temple (actuelle rue Amelot) tracée après 1670 au bord du fossé de l’ancienne enceinte démantelée. L’eau était aspirée pour être conduite dans le réservoir et refoulée dans l’égout par des pompes actionnées par des chevaux.

Le roi Louis XV et la Reine visitèrent cette installation en 1740. Le réservoir fut vendu par la Ville et détruit en 1779 à une époque où le grand égout était en cours de couverture. Sa suppression entraina la dégradation de l’égout devenu souterrain qui fut parfois partiellement bouché avant son abandon lors de la création d’un nouveau réseau sous le Second Empire[1].

Le terrain compris dans le périmètre du lotissement de la Nouvelle Ville d'Angoulême resta inoccupé jusqu’à la construction du Cirque d’Hiver à son emplacement en 1852.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. H. Lemoine, « Le Grand Égout de Paris », Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France,‎ 1952-1954, p. 32-47 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]