Grâce-Berleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grâce.

Grâce-Berleur
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Liège
Commune Grâce-Hollogne
Code postal 4460
Zone téléphonique 04
Démographie
Gentilé Gracieux-Berluron(ne)
Géographie
Coordonnées 50° 38′ nord, 5° 30′ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Liège

Voir sur la carte administrative de Province de Liège
City locator 14.svg
Grâce-Berleur

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Grâce-Berleur

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Grâce-Berleur

Grâce-Berleur (en wallon Gråce-Bierleu, localement prononcé Grâce-Bièrleû) est une section de la commune belge de Grâce-Hollogne située en Région wallonne dans la province de Liège.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1970.

Étymologie[modifier | modifier le code]

1317 Gras, 1269 Grasce[1], 1245 Graus

Roche sableuse (ancien français grez)[2].

1278 Berloir, 1280 Berloire

Aux (collectif -etum déformé en -eur) berles, ombellifères (celtique *berl, latin berula), ou au cresson (gaulois et bas latin berula, français berle)[3],[2].

Géographiquement, Grâce-Berleur est composé de trois villages, jadis distincts, mais aujourd’hui parfaitement homogénéisés : Grâce, le Berleur et le Boutte.

Grâce et le Berleur sont eux-mêmes divisés en quartiers, lieux-dits ou écarts :

-       à Grâce : le Rhéna (vieux village), le Pérou, le Mâvis, le Vinâve, le vallon de Grâce et le Flot ;

-       au Berleur : le Petit-Berleur, le Badwa, le bois de Malette, la côte du Berleur, Toutes-Voies et le Vaniche.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fut créée en 1846 lors du démembrement de la commune de Grâce-Montegnée.

C'est dans cette commune qu'eut lieu, en 1950, l'incident sanglant qui hâta l'épilogue de la Question royale : la Fusillade de Grâce-Berleur.

La localité vécut longtemps au rythme de l'activité du charbonnage du Bonnier, fermé en 1967.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Vauthier, dramaturge français né en 1910 à Grâce-Berleur
  • Joseph Gosset (1911-1972), footballeur très connu dans les années 30 évoluant dans la grande équipe du RFC Montegnée.
  • Simon Paque (1898-1977), résistant, député de Liège de 1949 à 1968, membre du Comité permanent du Congrès national wallon de 1950 à 1971, président de la fédération de Liège du Parti socialiste belge de 1959 à 1977. Voir l'article sur la Fusillade de Grâce-Berleur. Une rue de la commune porte son nom.
  • Gaston Paque (1925-2016), échevin à Grâce-Berleur dans les années 60 et bourgmestre faisant fonction de Grâce-Berleur en 1970 (soit avant la fusion volontaire), bourgmestre de Grâce-Hollogne de 1971 à 1976, sénateur de 1971 à 1991. Fils de Simon Paque.
  • Alain Van der Biest (1943-2002), bourgmestre de Grâce-Hollogne de 1977 à 1994, député de Liège de 1977 à 1995, ancien secrétaire national du Parti socialiste belge, ministre national des Pensions de 1988 à 1990, ministre wallon des Pouvoirs locaux et des Travaux subsidiés de 1990 à 1992.
  • Sinibaldo Basile (1944-2013), instituteur de formation et historien local, auteur de nombreux ouvrages sur Grâce-Berleur. Une école de la commune porte son nom.

Liste des bourgmestres de Grâce-Berleur[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Degive, 1847-1848 (précédemment bourgmestre de Grâce-Montegnée) - (décédé)
  • Mathieu de Lexhy, 1848-1858 (une rue de la commune porte son nom)
  • Jean Rausin, 1858-1867
  • Laurent Stasse, 1867-1879
  • Mathieu de Lexhy, 1879-1884 (2e fois)
  • Jean Renson, 1885-1912 (précédemment bourgmestre de Montegnée)
  • Eugène-Marie Sécretin, 1912-1921
  • Adrien Materne, 1921-1935 (décédé) - (une rue de la commune porte son nom)
  • Joseph Leroy, 1935-1938
  • Jules Everts, 1938-1941 (destitué par l'occupant, mort à Dachau en 1942)
  • Léon Engels, 1941-1942
  • Pas de bourgmestre entre 1942 et 1944 : Grâce-Berleur est rattachée au Grand-Liège dont le bourgmestre est Albert Dargent (fusillé à la Libération)
  • Arthur Samson, 1944-1962 (blessé par les gendarmes lors des évènements de 1950) - (une rue de la commune porte son nom)
  • Joseph Heusdens, 1962-1970 (décédé) - (une rue de la commune porte son nom)
  • Gaston Paque, bourgmestre faisant fonction jusqu'au 31 décembre 1970, date de la disparition administrative de la commune de Grâce-Berleur (sénateur de 1971 à 1991, bourgmestre de Grâce-Hollogne de 1971 à 1976) - (fils de Simon Paque).

N.B. :

La liste socialiste, emmenée par Adrien Materne, obtient la majorité en 1907 mais le pouvoir de l'époque refuse de nommer des bourgmestres socialistes : Jean Renson est reconduit comme bourgmestre mais Materne préside le conseil communal ; après le retrait de Renson en 1912, Sécretin est nommé bourgmestre mais la "cohabitation" avec Materne perdure jusqu'en 1921. À partir de 1921, tous les bourgmestres de Grâce-Berleur seront socialistes.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Poncelet, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Sainte-Croix à Lège, Bruxelles, 1911-1922
  2. a et b Jules Herbillon, Les noms des communes de Wallonie, Bruxelles, Crédit communal, coll. « Histoire » (no 70),
  3. A. Carnoy, Origines des noms des communes de Belgique, Louvain, Éditions Universitas, , 2 vol.