Gouvernement Gbézéra-Bria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Gouvernement Gbézéra-Bria est le gouvernement de la République centrafricaine de la publication du décret présidentiel du 18 février 1997[1], jusqu’à la nomination du Gouvernement Dologuélé 1, le . Il s’agit d’un gouvernement nommé par le Président Ange-Félix Patassé.

Composition[modifier | modifier le code]

Le gouvernement d'action pour la défense de la démocratie[2], Gbézéra-Bria est composé de 29 membres, dont le Premier ministre[3], un ministre d’État, 23 ministres, 2 ministres délégués et 2 Secrétaires d’État. Il fait une place importante à l’opposition, avec 11 ministres sur 26, contre 12 pour la majorité.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Ministre d’État[modifier | modifier le code]

  • Ministre d'État aux Affaires étrangères: Jean Mette Yapende (MLPC)

Ministres[modifier | modifier le code]

  • Ministre de la Défense nationale, chargé de la Restructuration des Armées, des Anciens combattants et Victimes de Guerre: Dr Pascal Kado (MLPC)
  • Ministre de l'Administration du territoire et de la Sécurité publique: général François N'Djadder Bedaya (MLPC)
  • Ministre de la Justice: Marcel Météfara (MLPC)
  • Ministre des Finances et du Budget: Anicet-Georges Dologuélé (MLPC)
  • Ministre de la Réforme économique, du Plan et de la Coopération internationale: Christophe M'Bremaôdou (CN[4])
  • Ministre des Travaux publics et du Désenclavement: Jacquesson Mazette (MLPC)
  • Ministre des Droits de l'Homme et de la Promotion de la culture démocratique: Laurent Gomina Pampali (RDC[5])
  • Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage: Charles Massi
  • Ministre de l'Éducation nationale: Albert Mberio (MLPC)
  • Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et technologique: Théophile Touba (RDC[6])
  • Ministre de la Santé publique et de la Population: Dr Fernande Djengbo
  • Ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Formation professionnelle: Jean-Claude Gouandja (FPP[7])
  • Ministre des Mines et de l'Energie: Joseph Agbo (MLPC)
  • Ministre des Transports et de l'Aviation civile: André Gombako (FPP[8])
  • Ministre du Commerce, de l'Industrie, des PME et PMI: Simon Bongolakpe (MDD[9])
  • Ministre de la Communication: Thierry Van Den Boss Yinifolo (PLD[10])
  • Ministre du Tourisme, des Arts et de la Culture: Gaston Beina Ngbandi (MLPC)
  • Ministre de la Promotion de la famille, des Affaire sociales et de la Solidarité nationale: Éliane Mokodopo (MESAN)
  • Ministre de l'Environnement, des Eaux et Forêts, Chasse et Pêche: Joseph Gnomba (MDREC[11])
  • Ministre des Logements et de l'Urbanisme: Clément Bélibanga (ADP[12])
  • Ministre des Postes et Télécommunications: Michel Bindo (RDC)
  • Ministre de la Promotion de la jeunesse et des Sports: Bertin Beya (MDD)
  • Ministre chargé des Relations avec le Parlement: Charles Armel Doubane (ADP)

Ministres délégués[modifier | modifier le code]

  • Ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale, des Anciens combattants, des Victimes de guerre et de la restructuration de l'Armée : général de brigade Didace N'Dayen
  • Ministre délégué auprès du ministre de l'Administration du territoire, chargé du Désarmement et de la Sécurité publique : lieutenant-colonel Evariste-Martial Konzale

Secrétaires d’État[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire d'État à l'Administration du territoire: Gilbert Moussa Labe
  • Secrétaire d'État à la Solidarité nationale: Mme Albertine Bissa (PSD)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret présidentiel du 18 février 1997, portant nomination ou confirmation des membres du gouvernement
  2. Stephen Smith, Libération, 6 février 1997
  3. Décret 97.012 du 30 janvier 1997, portant nomination du Premier ministre, chef du Gouvernement
  4. CN: Convention nationale, majorité présidentielle
  5. parti d’opposition
  6. RDC: Rassemblement démocratique centrafricain
  7. parti de l’opposition
  8. FPP: Front patriotique pour le progrès
  9. Mouvement pour la démocratie et le développement, opposition
  10. PLD: Parti libéral démocrate, majorité présidentielle
  11. Mouvement pour la démocratie et la rénovation de la Centrafrique
  12. Alliance pour la démocratie et le progrès

Articles connexes[modifier | modifier le code]