Gottfried Wilhelm Sacer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gottfried Wilhelm Sacer
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activités

Gottfried Wilhelm Sacer est un poète allemand auteur de cantiques né le 11 juillet 1635 à Naumburg, en Saxe-Anhalt, et décédé le 8 septembre (ou le 18) 1699 à Wolfenbüttel, en Basse-Saxe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une vieille famille de Thuringe, Gottfried Wilhelm Sacer, fils d'Andreas Sacer, bourgmestre de Naumbourg, entra à 14 ans à l’École régionale de Pforta qui accueillait alors les meilleurs élèves d'Allemagne. Il entra ensuite à l'université d'Iéna en 1653 pour des études de droit qui durèrent quatre années. Il travailla ensuite 2 années à Berlin au service de la famille von Platen puis comme précepteur des fils du suédois Regierunsrath von Pohlen et enfin des fils de la famille von Bünau. Il noue des contacts avec des poètes tels que Paul Gerhardt, Georg Philipp Harsdörffer et Andreas Tscherning. En 1669, Sacer accepte un poste d'avocat à la Haute Cour de Wolfenbüttel ce qui le contraint à reprendre des études de droit. Il obtient ainsi en septembre 1671 un doctorat à l'université de Kiel. Il terminera sa vie dans cette ville de Basse-Saxe et sera enterré à l'église Sainte-Marie.

Johann Sebastian Bach a utilisé ses textes pour l'oratorio de l'Ascension (BWV 11) et pour un choral (le BWV 472)

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Nützliche Erinnerungen wegen der deutschen Poeterey. Stettin 1661.
  • Reime dich, oder ich fresse dich. Northausen (recte: Jena) 1673.
  • (Übs.) Pierre Antoine Mascaron: Die letzten Worte des sterbenden Seneca. Leipzig 1666.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Max von Waldberg, « Sacer, Georg Wilhelm », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 30, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 111-113
  • Wolfgang Kelsch: Der Wolfenbütteler Jurist Gottfried Wilhelm Sacer als Verfasser einer barocken Literatursatire. In: Braunschweigisches Jahrbuch. 60, 1979, (ISSN 0068-0745), S. 85–97.
  • Leopold Pfeil: Gottfried Wilhelm Sacers „Reime dich oder ich fresse dich“. Northausen 1673. Winter, Heidelberg 1914 (Diss. Heidelberg 1914).

Sources[modifier | modifier le code]