Gostivar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gostivar
Гостивар/Gostivari
Gostivar
La place centrale
Administration
Pays Drapeau de la Macédoine République de Macédoine
Région Polog
Municipalité Gostivar
Maire Rufi Osmani
Code postal 1230
Démographie
Population 81 042 hab. (2002)
Densité 158 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 47′ 45″ nord, 20° 54′ 30″ est
Altitude 520 m
Superficie 51 339 ha = 513,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Gostivar

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte administrative de Macédoine
City locator 14.svg
Gostivar

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte topographique de Macédoine
City locator 14.svg
Gostivar
Liens
Site web www.gostivari.gov.mk

Gostivar (en macédonien : Гостивар ; en albanais : Gostivar ou Gostivari) est une municipalité et une ville du nord-ouest de la République de Macédoine, traversée par le Vardar. La municipalité comptait 81 042 habitants en 2002 et s'étend sur 513,39 km2. La ville en elle-même compte 35 847 habitants, le reste de la population étant réparti dans les villages alentour.

La ville de Gostivar se trouve dans la haute vallée du Polog, l'une des rares régions plates du pays, et l'axe du Vardar lui permet d'être efficacement reliée à d'autres villes, comme Tetovo, Skopje ou encore Kitchevo, notamment grâce à une autoroute construite en 1995. La ville et la municipalité se caractérisent toutes les deux par une majorité albanaise.

Gostivar est entouré par les municipalités macédoniennes de Vraptchichté, Brvenitsa, Makedonski Brod, Oslomeï, Zaïas et Mavrovo et Rostoucha ainsi que par l'Albanie et le Kosovo.

Géographie[modifier | modifier le code]

La municipalité de Gostivar est limitée à l'est par la Souva Gora et à l'ouest par les monts Šar, l'un des massifs les plus importants de la région. Le centre du territoire, où se trouve la ville, fait partie de la plaine du Polog. Le Vardar, seul fleuve du pays, prend sa source à Vroutok, petit village de la municipalité situé à 650 mètres d'altitude[1].

En plus de la ville de Gostivar, la municipalité comprend les villages de Balin Dol, Belovichté, Brodets, Vroutok, Gorna Banyitsa, Gorno Yelovtsé, Gorna Ǵonovitsa, Débréché, Dolna Banyitsa, Dolno Yelovtsé, Dolna Ǵonovitsa, Jelezna Reka, Zdounyé, Korito, Kounovo, Lakavitsa, Lechnitsa, Malo Tourtchané, Mitroy Krsti, Padalichté, Petchkovo, Simnitsa, Srbinovo, Souchitsa, Strayané, Raven, Retchané, Trnovo, Toumtchévichté, Ḱafa, Forino, Tchaylé et Tchégrané.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville viendrait de « gosti », qui signifie « invités » en macédonien. La ville serait probablement l'antique Draudak, mentionnée par Tite-Live et qui existait entre Uskana (actuelle Kitchevo) et Oneï (Tetovo)[2]. Gostivar elle-même est mentionnée pour la première fois en 1313 et compte alors 200 habitants[3]. La ville s'est ensuite développée sous la domination ottomane, commencée au XIVe siècle. Les Turcs ont vite construit quelques édifices, comme une tour de l'horloge et des mosquées[2].

Au cours du XIXe siècle, Gostivar perd définitivement son apparence de bourgade et devient une véritable petite ville. Elle accueille de nombreux marchands venus de Vélès, Krouchevo, Kitchevo et Debar qui permettent la naissance d'un marché important, qui se tient toujours le mardi[2],[3]. Pendant l'Insurrection d'Ilinden en 1903, de nombreux habitants de Gostivar et de sa région participent aux combats de Krouchevo[3].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Gostivar est occupée par l'Albanie fasciste et elle est libérée par la Résistance communiste. L'histoire récente de la ville est marquée par les rapports parfois difficiles entre Macédoniens et Albanais[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Jeune femme de Gostivar vers 1930

Lors du recensement de 2002, la municipalité comptait[4] :

Administration[modifier | modifier le code]

La municipalité est administrée par un conseil élu au suffrage universel tous les quatre ans. Ce conseil adopte les plans d'urbanisme, accorde les permis de construire, il planifie le développement économique local, protège l'environnement, prend des initiatives culturelles et supervise l'enseignement primaire. Le conseil compte 31 membres[5]. Le pouvoir exécutif est détenu par le maire, lui aussi élu au suffrage universel. Depuis 2009, le maire de Gostivar est Rufi Osmani, né en 1960[6].

À la suite des élections locales de 2009, le Conseil de Gostivar était composé de la manière suivante[5] :

Parti Sièges
Renouveau démocratique national (NDP) 12
Union démocratique pour l'intégration (DUI) 7
Parti démocratique pour l'Unité nationale macédonienne (VMRO-DPMNE) 4
Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) 3
PDTM 2
Parti démocratique des Albanais (PDSH) 1
PRSD 1
LBKT 1

Économie[modifier | modifier le code]

Après 1945, les autorités socialistes ont orienté l'économie de Gostivar vers l’utilisation des ressources locales. Ont ainsi été encouragées l'agriculture, l'extraction minière, l'énergie hydraulique et l'industrie textile. Jusqu'alors, la ville ne contenait pratiquement pas d'usines, et l'essentiel des infrastructures ont été construites à cette époque[7].

La plupart des entreprises locales n'ont pas survécu à la privatisation et au passage à l'économie de marché effectué dans les années 1990. La municipalité peine à attirer les investissements en raison de la mauvaise image du Polog, considéré comme une région à risque à cause des tensions interethniques entre Albanais et Macédoniens[7].

Culture et tourisme[modifier | modifier le code]

Gostivar en elle-même est connue pour sa tour de l'horloge ottomane et son centre qui a conservé des maisons ottomanes. Dans les environs, se trouvent nombre de curiosités, comme la source du Vardar, le mont Bistra, de nombreuses forêts et le mont Korab, point culminant du pays.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]