Giuseppe Prisco (football)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peppino Prisco
Nom de naissance Giuseppe Prisco
Naissance
Milan (Italie Drapeau : Italie)
Décès
Milan (Italie Drapeau : Italie)
Nationalité Drapeau : Italie Italien
Profession
Dirigeant de football
Autres activités

Giuseppe Prisco, plus connu sous le nom de Peppino Prisco (né le à Milan en Lombardie et mort le dans la même ville) est un avocat et un dirigeant sportif italien.

Il a été le vice-président du club de football milanais de l'Inter.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Originaire de Torre Annunziata près de Naples, il s'enrôle chez les Alpins à 18 ans et participe à la campagne de Russie en tant que lieutenant du bataillon « L'Aquila » du 9e régiment d'alpins (143e compagnie), où il finit par recevoir la médaille de la valeur militaire[1] pour bravour au combat (il fut l'un des trois seuls survivants sur les 159 alpins de son régiment).

Après la guerre, il ne manquera plus une seule cérémonie d'anciens combattants des « plumes noires ».

Après son diplôme de droit obtenu en 1944, le , il est inscrit au barreau des avocats, avant de devenir plus tard président de l'ordre des avocats milanais.

De 1980 à 1982, il est administrateur à l'institut de crédit Banco Ambrosiano Veneto.

Avec sa femme Maria Irene, il a deux enfants : Luigi Maria et Anna Maria.

L'Inter Milan[modifier | modifier le code]

La vie de Prisco est liée au club milanais de l'Inter dont il devient membre en 1946, secrétaire en 1949, administrateur à partir du puis vice-président à partir du [2].

En tant que dirigeant de l'Inter, il remporte: six scudetti, deux Coupe des clubs champions européens, deux Coupe intercontinentale, trois Coupe UEFA, deux Coupe d'Italie et une Supercoupe d'Italie.

Tifoso de toujours du club nerrazzuro, il est connu pour son humour, son ironie et son sarcasme (surtout avec ses blagues concernant les clubs rivaux de l'Inter comme l'AC Milan).

Ses deux joueurs préférés furent Giuseppe Meazza, qu'il considérait comme le meilleur de tous, et le brésilien Ronaldo. À la fin des années 1990 et au début des années 2000, sa verve inimitable devient célèbre chez les médias, et il est régulièrement invité sur les plateaux télé d'émissions sportives (comme par exemple l'émission Controcampo où il se livrait volontiers à des chambrages avec les autres protagonistes de l'émission comme avec le supporter du Milan Diego Abatantuono et celui de la Juventus Giampiero Mughini).

Il meurt d'un infarctus le , trois jours après sa dernière apparition télévisée et deux jours après son 80e anniversaire.

Il est enterré au cimetière d'Arcisate, commune qui donna en 2005 son nom au stade communal en son honneur[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]