Giuseppe Enrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giuseppe Enrie
Description de cette image, également commentée ci-après

Un des clichés d'Enrie de 1931.

Naissance
Ceresole Alba
Décès
Turin
Nationalité Drapeau : Italie italienne
Pays de résidence Italie
Profession
Autres activités
Il fut le second photographe officiel du suaire de Turin

Giuseppe Enrie, né à Ceresole Alba près de Cuneo, le et mort en 1961 à Turin, était un photographe professionnel connu pour avoir pris, en 1931, les seconds clichés officiels du suaire de Turin après ceux pris en 1898 par Secondo Pia[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enrie, 1931.

Le chevalier Giuseppe Enrie est retenu pour tirer les clichés du suaire de Turin lors de l'ostension de 1931. Il aura en effet la chance de pouvoir prendre des photographies du suaire sans sa vitre de protection. Il fera les premières prises dans la soirée du . La première plaque d'essai sera développée au sein même de la cathédrale de Turin dans une chambre noire improvisée dans la sacristie en présence de Secondo Pia, de Paul Vignon et l'expert du suaire de Turin, le salésien, don Antonio Tonelli. Enrie présente la plaque-test au cardinal Maurilio Fossati avant de se remettre au travail. Six autres plaques seront tirées cette même nuit. D'autres clichés furent pris le 21 (trois plaques) et le (trois plaques)[2]. Les planches suivantes furent alors développées dans le laboratoire de Giuseppe Enrie de la rue Garibaldi à Turin[1],[3]. Ces nouveaux clichés furent une « confirmation péremptoire de la première photographie de Pia »[3]. Enrie, comme Pia l'avait fait 33 années auparavant, explique que l'image du suaire s'apparente à un négatif photographique puisque l'image figurant sur les plaques négatives obtenues offrent toutes les caractéristiques d'un positif. Par leur résolution, les clichés d'Enrié sont de loin supérieurs à ceux pris par Secondo Pia[4] si bien, qu'aujourd'hui encore, ils sont utilisés à des fins d'études. Il faudra attendre 1969 pour que d'autres photographies officielles du suaire soient prises[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Enrie, La santa sindone rivelata della fotografia, SEI,Torino, 1933.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Photographie futuriste italienne, 1911-1939: 29 octobre 1981-3 janvier 1982, Musée d'art moderne de la ville de Paris, 1981, 159 p., p. 19 et sq
  2. a et b Leoncio A. Garza-Valdes, The DNA of God, Doubleday Religious Publishing Group, mai 2012, 224 p.
  3. a et b Pierluigi Baima Bollone, 101 questions sur le Saint Suaire, Éditions Saint-Augustin, 2001, 316 p., p. 128 et sq.
  4. Jean-Christian Petitfils, Jésus, Éditions Fayard, octobre 2011, 690 p.