Giselle Rufer Delance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giselle Rufer Delance
Giselle Rufer - Juin 2016.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
FridelanceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité


Giselle Rufer, née à Pont-sur-Yonne le , est une entrepreneuse franco-suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giselle Rufer s'installe avec sa famille en Suisse dans le canton du Jura, à Porrentruy, en 1949. En 1961[1] elle arrête l'école pour travailler dans le commerce familial[2]. Apprentie, elle prépare un diplôme de commerce qu'elle obtiendra trois ans plus tard. En 1964, elle prépare le concours d'admission pour l'École des Beaux Arts de Paris, sans le présenter.

Elle travaille ensuite pendant plusieurs années comme gérante du commerce familial, puis se marie en 1968, et habite à Lausanne où son mari est assistant de recherche à l'École polytechnique de l'université de Lausanne. Elle s'inscrit au gymnase du soir à Lausanne, puis à Bienne, afin de préparer sa maturité qu'elle obtient en 1973. Elle entreprend des études d'art à l'université de Berne sous la direction du professeur et artiste peintre Gottfried Tritten.

En 1982, à l'âge de 36 ans, elle entreprend des études d'ingénieure informatique à la Haute école de Bienne. Elle y obtient son diplôme en 1986, devenant la première femme suisse ingénieure en informatique[réf. souhaitée]. Elle travaille quelques mois comme ingénieure[3], puis est engagée par ETA, une filiale du Swatch Group, pour lancer les montres pour enfants Flik Flak[4].

Elle crée ensuite sa propre marque de montres , après avoir suivi une formation de création d'entreprise[5], puis en 1996 elle crée Delance Swiss Watches, une ligne de montres pour femmes, devenant ainsi la première femme à avoir créé une marque horlogère[réf. souhaitée].

Engagement pour les femmes[modifier | modifier le code]

Elle s'engage d'abord pour la cause des femmes à Bienne, et en particulier en faveur du droit à l'avortement. Elle participe à un projet de création d'un centre d'information sexuelle et de consultation pour les femmes, le CISC, qui ne voit pas le jour à l'époque.

Sur un plan professionnel, elle s'engage dans des programmes de création d'entreprise et d'indépendance des femmes.[6] et donne des conférences en Suisse[7],[8],[9] et dans le monde[10], notamment pour soutenir et encourager les femmes cheffes d'entreprises. Elle est aussi active en Suisse romande, en tant que membre du jury « Génération Entrepreneur 2016 »[11].


Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1996 : GENILEM Suisse, première femme sélectionnée[12]
  • 2000 : Première femme à recevoir l’Oscar d’Or de idée-suisse[13]
  • 2004 : Special Recogniation Award par Global Women Inventors and Innovators network Singapore
  • 2007 : Femme entrepreneur de l'année, par le Club des femmes entrepreneurs de Genève[14],[15]
  • 2012 : Enterprising Women Award, Fort Lauderle, Floride USA - category Up to $1 Million Sales in annual Sales Revenue[16]
  • 2012 : Priyadarshini Award à Delhi, « Fédération of Indian Women Entrepreneurs »[17]
  • 2016 : Iconic Leaders of the Decade in Technology and Innovation, Women Economic Forum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Laure Chapatte, « Giselle Rufer, créatrice des montres Delance », Le Temps,‎
  2. (de) Lucien F. Trueb, Die Zeit der Uhren - Historie, Modelle Hersteller, Ulm, Ebner Verlag, , 564 p. (ISBN 3-87 188-009-4), Pages 212 à 214
  3. Roland Schaub, « Giselle Rufer et Delance - Montres de femmes pour femmes », WIR Plus - le magazine pour les clients de la banque WIR société coopérative,‎
  4. « L'Hebdo - Archives », sur www.hebdo.ch (consulté le 27 juin 2016)
  5. « Rufer, Giselle (1946-) », sur Dictionnaire du Jura.ch, (consulté le 14 juin 2016)
  6. (de) Nelly Meyer - Jeannette Plattner, Wirtschaften ist weiblich - vernetzt denken auch, Freiburg im Breisgau (Allemagne), eFeF-Verlag Bern (Suisse), , 160 p. (ISBN 3-905561-36-0), pages 72 à 78
  7. « L'entreprenariat au féminin », PME Magazine,‎
  8. « midi conférence frac 'De vendeuse à entrepreneure; ingénieure, mère et plus encore. Où comment aller au bout de ses rêves» », sur journaldujura.ch (consulté le 14 juin 2016)
  9. « Giselle Rufer's schedule for 15. BPW European Conference Zurich16 / Sept. 30 - Oct. 2 2016 », sur zurich16.sched.org (consulté le 14 juin 2016)
  10. « Pour rendre hommage aux femmes », sur www.journaldujura.ch (consulté le 27 juin 2016)
  11. « Accueil », sur Génération Entrepreneur (consulté le 31 mai 2016)
  12. Les entrepreneurs de l’innovation, Genilem, , page 104
  13. www.inware.ch, « Golden Idea Award », sur www.idee-suisse.ch (consulté le 14 juin 2016)
  14. « Trois horlogères distinguées », sur www.letemps.ch (consulté le 14 juin 2016)
  15. MDL.ch, « PME-CH : dossier In vivo : Femmes de l'année 2007, le Club des femmes entrepreneurs a décerné son prix. », sur www.pme-ch.ch (consulté le 14 juin 2016)
  16. (en) « Enterprising Women Magazine annonces its class of 2012 - Prestigiious award program recognizes top entrepreneurs », sur www.enterprisingwomen.com,
  17. « Priya Darshani Award », sur fiwe.org (consulté le 28 juin 2016)