Gianni Schicchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gianni Schicchi est un opéra en un acte de Giacomo Puccini. C’est le troisième opéra du trio appelé Il trittico (« Le Triptyque »). Le livret italien de Giovacchino Forzano est fondé sur une histoire racontée dans la Divine Comédie de Dante (Enfer, XXX, 22-48). Bien que l'histoire de Dante soit dramatique, l'opéra est comique. Il fut représenté pour la première fois au Metropolitan Opera de New York le .

L'aria pour soprano « O mio babbino caro » est l'extrait le plus célèbre de l'opéra.

Genèse et création[modifier | modifier le code]

Giacomo Puccini écrit un trio d'opéras nommé Il trittico composé de Il tabarro, Suor Angelica et Gianni Schicchi.

L'opéra fut écrit très rapidement. Le sujet plaisait tellement à Puccini, qu'il laissa de côté une autre de ses œuvres en gestation, Suor Angelica, pour s'y consacrer pleinement. Les premières esquisses datent de l'été 1917 et une première version a été établie en . La partition, polie pendant l'automne de la même année, fut présenté au public américain du Metropolitan Opera le , dans le cadre de la première du Trittico.

Contrairement aux deux autres volets du Triptyque, Gianni Schicchi connut un très grand succès, éclipsant Il Tabarro et Suor Angelica. C'est le seul qui ait vraiment plu à la critique qui voit un nouveau Falstaff en cet opéra. Depuis, il a souvent été donné avec des opéras courts comme L'Heure espagnole de Ravel.

Florence Easton dans le rôle de Lauretta à la première mondiale de Gianni Schicchi, 14 décembre 1918.

Florence Easton créé le rôle de Lauretta à la première mondiale de Gianni Schicchi, le 14 décembre 1918 au Metropolitan Opera ; elle est la première à chanter le célèbre air "O mio babbino caro" ("O Mon bien-Aimé Papa"). Puccini ne peut se rendre à New York pour la première, le directeur général du Met Giulio Gatti-Casazza envoie un télégramme à Puccini, après l'exécution de la Trittico:

"Très heureux d'annoncer le complet succès authentique du Trittico. À la fin de chaque opéra, de longues manifestations très sincères, plus de quarante chauds rappels. En dépit de l'avis public interdisant les rappels, l'aria de Lauretta étaient répété. Force principale (Roberto) Moranzoni magnifique. Farrar, Muzio, Easton, De Luca, Montesanto, Didur chanteurs et acteurs incomparables. La presse quotidienne confirme le succès en s'exprimant très favorablement sur la valeur des opéras pour Schicchi".

Argument[modifier | modifier le code]

Florence au XIIIe siècle, le vieux Buoso Donati vient de mourir, léguant par testament tous ses biens au clergé. Sa famille affolée fait appel à Gianni Schicchi, lequel imagine se substituer au défunt pour dicter au notaire un nouveau testament. Il en profite pour s'attribuer les biens du disparu.

Analyse[modifier | modifier le code]

Cet opéra contient exclusivement des scènes d'ensemble, mais pas de chœur. Le ton est vif comme dans les deux premiers actes de La Bohème, mais, mis à part quelques airs très lyriques, la farce est cynique et grinçante et la musique parfois acide préfigure plus Chostakovitch qu'elle ne rappelle Falstaff.

Airs célèbres[modifier | modifier le code]

  • Air de Rinuccio : « Firenze è come un albero fiorito » (« Florence est comme un arbre en fleurs »)
  • Air de Lauretta : « O mio babbino caro » (« Ô mon cher petit papa »)
  • Air de Gianni Schicchi : « Si corre dal notaio » (« Cours chez le notaire ! »)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]