Ghislaine de Féligonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

'Ghislaine de Féligonde'
Image illustrative de l’article Ghislaine de Féligonde
Rose 'Ghilaisne de Féligonde'

Type Hybride de Rosa multiflora
Obtenteur Eugène Turbat
Pays France
Année 1916
'Ghislaine de Féligonde' en grimpant à la roseraie de Baden-Baden.

'Ghislaine de Féligonde' est un cultivar de rosier grimpant obtenu en 1916 par le rosiériste orléanais Eugène Turbat. Cette rose est issue du grimpant multiflora 'Goldfinch' et a été présentée en 1916 à l'exposition annuelle de la roseraie de Bagatelle. Son nom est celui de l'épouse infirmière d'un officier français de la Grande Guerre, le comte de Féligonde[1], ami du futur maréchal Lyautey, qui resta étendu blessé entre les lignes ennemies au front et fut sauvé par elle[2],[3],[4]. Facile à entretenir et à la floribondité remarquable, ce cultivar est fort répandu.

Description[modifier | modifier le code]

En buisson, ce rosier peut atteindre 2 mètres de hauteur et 2 mètres de largeur, et en grimpant 3 à 4 mètres de hauteur[5]. Ses petites fleurs musquées légèrement parfumées se présentent en bouquets de 6 à 12 roses de 4,5 cm de diamètre, en forme de pompons. Elles sont de couleur abricot avec la base des pétales jaune et blanchissent sous la chaleur[6]. Par temps plus frais, elles tirent sur le rose. Ces couleurs exceptionnelles en font un rosier apprécié dans le monde entier par les amateurs de roses anciennes[7]. Elles laissent à l'automne des petits fruits fort décoratifs.

'Ghislaine de Féligonde', dont la floraison est exubérante en mai-juin[8], est moyennement remontant après une pause d'été[9]. Le feuillage de ce rosier peu épineux est vert clair. Ce cultivar résiste au froid, jusqu'à -23°[5].

Son sport Pink Ghislaine de Féligonde a des fleurs rose pâle et blanches.

'Ghislaine de Féligonde' en grimpant

Ascendance[modifier | modifier le code]

Selon le livre de Stirling Macoboy, The Ultimate Rose Book, son ascendance est la suivante[10] :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
semis
 
 
 
 
 
 
 
sans nom
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
'Aglaïa' J.-B. Schmitt (Alsace), 1896
Hybride de Rosa multiflora, fleurs jaune pâle
 
 
 
 
 
 
 
'Helene' Peter Lambert, 1897
Hybride de Rosa multiflora, fleurs rose pâle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Rosa multiflora
 
 
 
 
 
 
 
'Crimson Rambler' sélectionneur japonais inconnu, avant 1893
Hybride de Rosa multiflora, diploïde, fleurs rouges
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
'Goldfinch' George Paul, Jr., 1907
Hybride de Rosa multiflora, fleurs jaune pâle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
semis
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
'Ghislaine de Féligonde'
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
semis
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Rosa multiflora
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
→ 'Aglaïa'
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
'Madame Schultz' Jean Béluze, 1856
Rosier Noisette, fleurs jaunes
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
'Rêve d'or' Jean-Claude Ducher, 1869
Rosier Noisette, fleurs jaunes
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Culture[modifier | modifier le code]

Buisson de 'Ghislaine de Féligonde' à la roseraie de Bagatelle.

'Ghislaine de Féligonde' est très résistant aux maladies et son entretien est facile. Il a besoin de soleil pour donner une floraison abondante d'une multitude de pompons abricots. Il apprécie les sols frais, bien drainés et riches en matière organique[11]. Il fait bel effet en étant palissé sur un mur, ou bien se conduit en buisson. Avant les gelées, il faut recouvrir son point de greffe d'une butte de terre ou de tourbe de mi-novembre à fin mars pour les régions froides[12]. Il demande une taille en novembre et une taille de formation en mars[13], mais une taille trop sévère affecte la floraison[14].

Descendance[modifier | modifier le code]

'Ghislaine de Féligonde' a donné naissance au rosier liane 'Stéphane Marie' (Dominique Croix, 2020) par croisement avec Rosa chinensis 'Sanguinea'[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entretien de Marcel Turbat (fils de l'obtenteur), in Bulletin de liaison de l’Association des Amis de la Roseraie du Val-de-Marne, no 16, juillet 1994.
  2. 'Ghislaine de Féligonde' sur Ooreka.fr
  3. Selon une autre source, ce serait le nom de la fille du comte de Féligonde, âgée de deux ans à l'époque, cf Les Roses du Chemin.
  4. Roseraie du Val-de-Marne
  5. a et b (en) 'Ghislaine de Féligonde' sur HelpMeFind
  6. Marie-Thérèse Haudebourg, Roses et Jardins, 1995-1998, éd. Hachette, page 190
  7. 'Ghislaine de Féligonde' sur le site Promesse de Fleurs
  8. 'Ghislaine de Féligonde' dans le catalogue Briant
  9. 'Ghislaine de Féligonde' dans le catalogue Guillot
  10. (en) Stirling Macoboy, The Ultimate Rose Book, Harry N. Abrams, Inc., 1993 (ISBN 0-8109-3920-7)
  11. 'Ghislaine de Féligonde' sur le site Ooreka.fr
  12. 'Ghislaine de Féligonde' dans le catalogue Truffaut
  13. 'Ghislaine de Féligonde' sur le site Bojardin.fr
  14. Midori Goto, Roses anciennes et anglaises, 2016, éd. Larousse, p. 76
  15. L'Ami des jardins, juillet 2020, n° 116, page 10.
  16. 'Ghislaine de Féligonde' dans le catalogue David Austin

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Thérèse Haudebourg, Roses et Jardins éd. Hachette, 1995-1998, page 190. (ISBN 2-01-236383-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]