David Austin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
David Austin
Image dans Infobox.
David Austin en 2016.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Albrighton (en) (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
David C.H. AustinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
David Charles Henshaw Austin
Nationalité
Activité
Mère
Lilian Austin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Pat Austin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Distinctions
Mary Rose’, « rose anglaise » de David Austin au jardin botanique d'Albury.
Graham Thomas’, David Austin 1983.
Une rose rose en bouton.
Rose anglaise, de David Austin.

David Charles Henshaw Austin, né le à Albrighton dans le Shropshire (Angleterre) et mort le dans la même ville[1], est un créateur britannique de roses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans son enfance, David Austin est marqué par sa grand-mère Clara, dont la demeure victorienne, qu'il habitera d'ailleurs plus tard, orne depuis le logo de sa marque. Jardinière passionnée, elle encourage son petit-fils à planter des légumes et des fleurs puis à aller les vendre à Albrighton. Sa première expérience professionnelle se déroule ensuite chez un ami de son père fermier, James Baker, qui cultive des lupins[2].

En pleine Guerre froide, il tente en vain d'inventer, à partir de semences russes, des semis de céréales qui auraient été capables de se replanter tous seuls en quelques années. Malgré plusieurs échecs initiaux dans la culture de rose, il persévère jusqu'au succès[2].

Il a publié plusieurs ouvrages et, féru de littérature britannique, rédige des poèmes. Les noms de ses roses s'inspirent régulièrement de la littérature ('Imogen' et 'Othello' pour William Shakespeare) ou de la monarchie britannique ('Princess Anne', 'Princess Alexandra of Kent', ou 'William and Catherine', etc.)[2].

Famille[modifier | modifier le code]

David Austin est le père d'un fils (David junior), qui a pris sa succession dans son travail, et de filles[2], dont une, Claire, est pépiniériste, et à qui son père a dédié la rose 'Claire Austin'.

Productions[modifier | modifier le code]

Ses roses ont une forme proche des roses anciennes, roses galliquesDamasalbas ou hybrides remontants. Elles en ont aussi le parfum, avec souvent quelques nuances plus citronnées qui les distinguent. Mais elles offrent la floraison continue des roses modernes, hybrides de thé ou floribunda ainsi que des dégradés de jaune, saumon, corail et orangé absents dans les variétés les plus anciennes. 

En croisant des variétés anciennes, particulièrement parfumées, avec des hybrides de thé et des floribundas, bien remontants et disposant d'une vaste gamme de coloris, il produit sa première rose, ‘Constance Spry’ en 1961, puis ‘Chianti’ et ‘Shropshire Lass’ en 1967 et 1968. David Austin réussit en 1969 la synthèse entre la « rose ancienne » et la « rose moderne »[2].

Par la suite, il a créé des variétés de rosiers remontants dont ‘Wife of Bath’ et ‘Canterbury’ (en l'honneur de l'écrivain Geoffrey Chaucer). Et les roses David Austin ont commencé à connaître le succès, le plus important de la fin du XXe siècle. David Austin garde pour but la création de roses modernes qui conservent le parfum des roses anciennes, on les appelle « les roses anglaises ».

Bien que n'étant pas reconnues officiellement sous l'appellation « roses anglaises » ou « roses David Austin », par la Royal National Rose Society et l'American Rose Society, c'est sous ce nom qu'elles sont classées chez les pépiniéristes, horticulteurs, dans les catalogues et les publications.

Depuis sa fondation en 1969, la firme « David Austin Roses » à Albrighton, près de Wolverhampton, a créé plus de 190 rosiers (234 en 2016[2]), souvent aux noms d'Anglais célèbres et en particulier Shakespeare.

Son catalogue de 600 variétés, en anglais, français et allemand (également traduit par le passé en japonais) est tiré chaque année à 500 000 exemplaires[2].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Heritage’, David Austin, 1984.
Abraham Darby’, David Austin, 1985.
Winchester Cathedral’, David Austin, 1988.
Queen of Sweden’, David Austin, 2004.

En 2003, David Austin reçoit les médailles de la Royal Horticultural Society et de la Royal National Rose Society. Il a aussi été honoré pour la création de la Garden Centre Association en 2004.

En 2007, il est fait officier de l'ordre de l'Empire britannique[2].

Livres[modifier | modifier le code]

  • The Heritage of the Rose (1987),
  • Old Roses and English Roses (1992),
  • David Austin's English Roses : Glorious New Roses for American Gardens (1997),
  • 100 English Roses for the American Garden (1997),
  • Shrub Roses & Climbing Roses: With Hybrid Tea and Floribunda Roses (2001).
  • Les roses anglaises, éd. Larousse, (2006), (ISBN 2-03-582276-9)
  • De David Austin et Peter Beales : Botanica's Roses: The Encyclopedia of Roses, 1998, (ISBN 1566491762)
  • Son catalogue annuel gratuit, « David Austin Handbook of Roses », présente aussi d'autres variétés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Austin Roses Limited, « David C. H. Austin OBE VMH (1926-2018) », sur www.prnewswire.co.uk, (consulté le )
  2. a b c d e f g et h Valérie Lejeune et Éric Sander, « David Austin, le roi des roses anglaises », Le Figaro Magazine, semaine du 18 novembre 2016, p. 72-80.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]