Gfi Informatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir GFI.
Ne doit pas être confondu avec GFII.

Gfi Informatique
logo de Gfi Informatique
Logo depuis octobre 2011.

Création 05-05-1992
Fondateurs Jacques Tordjman
Personnages clés Vincent Rouaix, Normann Hodara
Forme juridique SA
Action plus cotée depuis fin 2018
Slogan New challenges, new ideas
Siège social Saint-Ouen-sur-Seine
Drapeau de France France
Direction Vincent Rouaix (03/10/2006)
Activité Conseil en systèmes et logiciels informatiques
Filiales GFI I&P, GFI Chrono Time
Effectif 19 000 (2018)[1]
SIREN 385365713[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web Site corporate

Chiffre d'affaires en augmentation 1 394,5 M€ (2018)
+ 23% dont + 7,4% en organique
Résultat net en augmentation 39,8 M€ (2018)
+ 2,5%

Gfi Informatique est une entreprise de services du numérique (ESN) française. Elle possède son siège au 145 boulevard Victor-Hugo, à Saint-Ouen-sur-Seine. Gfi signifie « Groupe Français d'Informatique ». Gfi Informatique est classée comme 9e ESN en France sur la base du chiffre d’affaires[3].

Au , l’effectif du groupe s’élève à 19 000 personnes, dont 10 000 en France[4]. Gfi réalise 74,5 % de son activité en France.

Historique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 2002, Gfi acquiert OiS, une entreprise italienne. En 2002, Gfi tente d'acquérir Thales IS, annoncée en mai, l'opération avortera à l'automne à la suite de l'explosion de la bulle internet, l'effondrement de l'action Gfi et l'opposition des salariés. THALES IS est devenu THALES Services et a réalisé près de 1000 recrutements en 2007.

En 2004, Gfi acquiert Conceptum, une entreprise canadienne.

En 2005, Gfi acquiert Adelior et Groupe Actif.

En 2006, Gfi acquiert ELIOS Informatique.

En 2007, Gfi acquiert Groupe BTD, une entreprise française. En 2007, l'entreprise Gfi fait l'objet d'une OPA lancée par Fujitsu qui n'a pas abouti. Il était question d'un rapprochement avec Bull pour la contrer[5]. En fait, à la suite de cette tentative d'OPA, c'est ITEFIN participations et Boussard et Gavaudan qui sont devenus les actionnaires principaux du groupe Gfi Informatique. En 2009, Gfi acquiert Forstum Business Solutions, une entreprise canadienne.

En 2010, Gfi cède ses activités allemandes (Gfi Informatik et ses filiales) à Vision IT Group et des activités italiennes à Solgenia Group, ainsi que l'activité Gfi Monétique (Gfi Monetic) en France à GALITT.

En 2011, Gfi acquiert le fonds de commerce et des actifs d'Ares en France et des titres Ares Luxembourg pour 2,9 millions d'euros (attribué par le tribunal de commerce d’Évry).

En 2012, Gfi acquiert deux éditeurs de logiciels : Géosphère (logiciel de SIG) et JVS-Adix (logiciel de gestion financière pour établissements publics). Il acquiert également l'unité Business Solutions de Thales (renommée en Gfi-BUS)[6] et prend le contrôle de Cognitis (SSII intervenant principalement pour le secteur financier (Banque Finance Assurances))[7]. En 2012, Gfi cède des activités canadiennes (Gfi Solutions et ses filiales)[8]. En décembre 2012, Gfi devient le principal sponsor du Paris Saint-Germain Handball, acheté 6 mois plus tôt par Qatar Investment Authority. Ce sont d'ailleurs ces derniers qui approchent Gfi[9].

En 2013, Gfi et Orange Business Services concluent un accord structurant dans l’externalisation des systèmes d’information et l’adoption du cloud computing par les entreprises [10]. En 2013, Gfi acquiert Addstones Consulting, une SSII intervenant pour le secteur financier (Banque de Financement et d'Investissement)[11].

En 2014, Gfi et RealDolmen concluent un accord pour le rachat intégral des actions de la société Airial Conseil basée à Lille et à Paris. En 2014, Gfi Informatique rachète ITN, éditeur français spécialisé dans les solutions de gestion couvrant les domaines de l'IARD (incendie, accidents et risques divers), de la santé, de l'assurance Vie, de la prévoyance et de l'épargne via progiciel d'assurance CLEVA[12].

Le , Gfi Informatique présente un projet amical de prise de participation majoritaire de Mannai Corporation, un fonds d'investissement qatari[13]. Le 16 juin 2016, Mannai détient plus de 95 % du capital[14].

Le , Gfi a signé une convention avec le Ministère des Technologies de l'Information et des Communications en Tunisie. La société aura désormais une présence en Tunisie grâce à un accord signé dans le cadre du projet Tunisie 2020. Le ministre tunisien a précisé que l’engagement initiale de Gfi en Tunisie sera de créer 200 postes d’emploi[15].

En novembre 2018 intervient le retrait obligatoire des titres de la société[16].

Acquisition, alliances et ventes[modifier | modifier le code]

Acquisitions et ventes
Date Action Entreprise Repreneur   Pays  
2010 Vente Gfi Informatik et ses filiales Vision IT Group Drapeau de l'Allemagne Allemagne
2010 Vente Gfi Italie Solgenia Group (www.solgenia.com), Drapeau de l'Italie Italie
2010 Vente Gfi Monétique (Gfi Monetic) GALITT. Drapeau de la France France
2012 Vente Gfi Solutions et ses filiales Drapeau du Canada Canada
2016 Acquisition Impaq - Drapeau de la Pologne Pologne
2016 Acquisition Efron Drapeau de l'Espagne Espagne
2016 Acquisition Roff - Drapeau du Portugal Portugal
2016 Acquisition Metaware Drapeau de la France France
2017 Acquisition Gesfor - Drapeau du Mexique Mexique
2018 Acquisition Realdolmen - Drapeau de la Belgique Belgique

Activités[modifier | modifier le code]

Métiers[modifier | modifier le code]

En 2016 : prestations d'ingénierie (57 % du chiffre d’affaires), infogérance (21 %), logiciels (15 %), et conseil (7 %).

Édition de logiciels[modifier | modifier le code]

11e éditeur français de logiciel, selon le classement truffle100 de 2018[17].

12e éditeur français de logiciel, selon le classement Truffle100 de 2014 et le 62e toutes nationalités confondues[18].

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières
Années 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Effectif 8 697 9 809 10 037 10 858 11 778 14 100 14 800 19 000
Chiffre d'affaires (en millions d'euros) 633 688 768 663,6 657,9 618,1 667,3 742,7 804,0 894,0 1015,4 1131,9 1394,5
Résultat Net part du groupe (en millions d'euros) 10,53 11,60 13,52 19,98 22,00 32,10 37,30 39,80

Actionnariat[modifier | modifier le code]

En novembre 2015, le consortium qatari Mannai Corporation est en passe d'acheter 51 % du capital, indiquant souhaiter devenir un actionnaire de long terme et participer à l'expansion à l'international du groupe[19].

Après cette opération, les principaux actionnaires sont :

  • Mannai Corporation (51 %)
  • Boussard & Gavaudan (25 %)
  • APAX Partners (18 %)

L'action Gfi est retirée de la côte par Mannai depuis la fin de l'année 2018 suite à une offre publique de retrait[20].

Composition[modifier | modifier le code]

Mai 2009 : Jacques Tordjman président-directeur général historique de Gfi, quitte le groupe. Le président-directeur général du groupe Gfi Informatique est Vincent Rouaix[21].

En 2019, Gfi est présent dans 21 pays. En dehors de la France, son pays d'origine, le groupe Gfi est présent en Europe dans des pays comme l'Espagne, le Portugal, la Belgique, le Luxembourg il est aussi présent, au Maroc et en Suisse. Un accord a été signé le 23 mars 2017 pour s'installer en Tunisie[15].

Condamnations judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2007, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a condamné Jacques Tordjman (PDG) et les membres de son directoire pour des délits d'initié commis en 2004 et 2005. Le PDG est condamné à une amende de 400 000 euros. Michel Beilin, Pierre Chiarelli et Yves Roy, directeurs généraux délégués de Gfi Informatique, sont condamnés à des amendes de 300 000, 100 000 et 50 000 euros respectivement et pour la même raison[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.gfi.world/fr-fr/presse/communique/361-gfi-resultats-annuels-2018
  2. Global LEI index, (base de données web), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  3. « Top 10 des SSII en 2015 » (consulté le 5 juillet 2016)
  4. (fr) « Résultats annuels 2017 », sur www.gfi.world,
  5. « Philippe Bernard (GFI Informatique) : "Nous avons su mettre en place une méthodologie de reprise de projet" », sur Chat sur Journal du Net Solutions
  6. (fr)Achat de Thales Business Solutions par GFI Informatique
  7. (fr) Prise de contrôle de Cognitis par GFI Informatique
  8. (fr) Communiqué de presse cession activités canadiennes mars 2012
  9. Gilles Galleron, « Les détails du sponsoring Gfi Informatique et le Psg Handball », sur Yahoo SportandBiz,
  10. (fr)Gfi Informatique et Orange Business Services concluent un accord structurant dans l’externalisation des systèmes d’information et l’adoption du cloud computing par les entreprises
  11. (fr) Acquisition de Addstone Consulting par GFI Informatique
  12. « GFI Informatique rachète l'éditeur ITN, spécialisé dans l'assurance - Le Monde Informatique », sur LeMondeInformatique (consulté le 6 avril 2016)
  13. Mannai.com, site officiel
  14. Prisma Media, « GFI INFORMATIQUE : Mannai détient plus de 95% du capital après son OPA », sur Capital.fr (consulté le 21 février 2017)
  15. a et b ANOUAR MAAROUF : LA SOCIÉTÉ GFI SERA BIENTÔT EN TUNISIE AVEC À LA CLÉ 200 POSTES D'EMPLOI, tustex, 24 mars 2017.
  16. « Gfi Informatique : l'offre publique de retrait confirmée à 10,50 euros par action », sur Boursier.com (consulté le 28 avril 2019)
  17. (fr)Classement Truffle100 des éditeurs français de logiciels
  18. (fr) Classement Truffle100 2015 des éditeurs de logiciels en France
  19. « GFI Informatique bientôt sous pavillon qatari », sur lesechos.fr (consulté le 8 février 2016)
  20. Dimitri Delmond, « GFI Informatique : Mannai va retirer la SSII de la cote au prix de 10,50 euros par action », sur Le Revenu, (consulté le 8 janvier 2019)
  21. (fr) Bilan 2008 sur http://www.euroinvestor.fr
  22. Le PDG de GFI coupable d'un délit d'initié : 400 000 euros d'amende

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]