Geneviève Raugel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Raugel, Geneviève
Description de cette image, également commentée ci-après
Geneviève Raugel pendant un colloque à Oberwolfach en 2004
Naissance
Décès
Nationalité française
Domaines analyse numérique, équations aux dérivées partielles, systèmes dynamiques
Institutions IRMAR, École Polytechnique, Université_Paris-Sud
Diplôme agrégation de mathématiques, thèse
Formation École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses
Directeur de thèse Michel Crouzeix
Influencé par Jack K. Hale (en)
Renommée pour éléments de Bernardi-Fortin-Raugel, dynamique et attracteur des EDP dissipatives, mécanique des fluides, domaines minces

Geneviève Raugel, née le et morte le [1], est une mathématicienne française, spécialiste d’analyse numérique et d’équations aux dérivées partielles[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Admise à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses en 1972, Raugel obtient l’agrégation de mathématiques en 1976. Elle soutient une thèse de 3e cycle sur la « Résolution numérique de problèmes elliptiques dans des domaines avec coins » à l’université de Rennes en 1978, puis une thèse d’Etat sur l’approximation numérique de problèmes non linéaires, en 1984, sous la direction de Michel Crouzeix[2].

Toute sa carrière, après l’École normale supérieure, se déroule au CNRS, où elle obtient une position d’attachée de recherches agrégée dès 1978. Elle travaille d’abord à l’IRMAR de l’université de Rennes, puis au Centre de mathématiques appliquées de l’Ecole polytechnique, enfin au laboratoire de mathématiques de l’université d’Orsay[2].

Elle devient directrice de recherches en 1996, et directrice de classe exceptionnelle en 2014, émérite à partir de 2016. Elle est aussi professeur invitée dans de nombreuses institutions internationales, par exemple à l’université de Berkeley en 1986-1987, à Caltech en 1991, au Fields Institute (Canada) en 1993, à l’université de Hambourg en 1994-95, au centre Bernoulli de l’École polytechnique fédérale de Lausanne en 2006. Elle a été chargée des Hale Memorial Lectures en 2013, lors de la première conférence internationale sur la dynamique des équations différentielles, à Atlanta[3].

Elle a dirigé 12 thèses[4] et encadré plusieurs post-doctorants.

Elle est co-éditrice en chef de la revue internationale de référence Journal of Dynamics and Differential Equations de 2005 à 2019[5] et fait partie du comité éditorial de plusieurs autres journaux internationaux[2].

Elle est mariée à Gérard Laumon[1].

Travaux[modifier | modifier le code]

Les premiers travaux de recherche de Geneviève Raugel concernent la discrétisation par des méthodes d’éléments finis d’équations aux dérivées partielles elliptiques ou paraboliques ; avec Christine Bernardi, elle étudie un élément fini pour le problème de Stokes, connu comme « élément fini de Bernardi-Fortin-Raugel[6] ». Elle s’intéresse aussi à des problèmes de bifurcation, montrant par exemple comment les propriétés d’invariance et d’équivariance par le groupe diédral peuvent être utilisées pour ces questions.

Au milieu des années 1980, après sa rencontre avec Jack K. Hale (en)[2], elle se tourne vers l’étude de la dynamique des équations aux dérivées partielles et leur attracteurs[7]. Elle étudie en particulier la stabilité de leur attracteurs par rapport à des perturbations comme celles des domaines minces[8],[9]. Elle obtient aussi des résultats montrant la régularité des solutions dans ces attracteurs[10] et des propriétés de leur dynamique générique[11],[12]. Elle écrit aussi plusieurs travaux sur la mécanique des fluides et les équations de Navier-Stokes[13],[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Nicolas Burq, « Décès de Geneviève Raugel », sur Société mathématique de France (consulté le 14 mai 2019).
  2. a b c et d « Geneviève Raugel », sur ANR Isdeec (consulté le 15 mai 2019).
  3. « First International Conference on the Dynamics of Differential Equations », sur Georgia Institute of Technology (consulté le 15 mai 2019).
  4. « Thèses encadrées par G. Raugel », sur theses.fr (consulté le 21 mai 2019).
  5. « Comité de rédaction du Journal of Dynamics and Differential Equations », sur Springer (consulté le 15 mai 2019).
  6. R. Glowinski et J. Xu, eds., Numerical Methods for Non-Newtonian Fluids, Handbook of Numerical Analysis, vol. 16, Elsevier, 2010, p. 49-50.
  7. G. Raugel, Global Attractors in Partial Differential Equations, Handbook of Dynamical Systems, Elsevier, 2002, p. 885–982.
  8. G. Raugel et J.K. Hale, Reaction-diffusion equation on thin domains, Journal de mathématiques pures et appliquées 71 (1992), p. 33-95.
  9. Dynamics of Partial Differential Equations on Thin Domains, in Dynamical systems. Lectures given at the Second C.I.M.E. (Session held in Montecatini Terme, June 13–22, 1994), 208–315, 1995. Edited by R. Johnson. Lecture Notes in Mathematics, 1609. Springer-Verlag, Berlin, 1995.
  10. G. Raugel et J.K. Hale, Regularity, determining modes and Galerkin methods, J. Math. Pures Appl. 82 (2003), p. 1075-1136.
  11. G. Raugel et P. Brunovsky, Genericity of the Morse-Smale property for damped wave equations. Special issue dedicated to Victor A. Pliss on the occasion of his 70th birthday. J. Dynam. Differential Equations 15 (2003), p. 571-658.
  12. G. Raugel et R. Joly, Generic Morse-Smale property for the parabolic equation on the circle, Transactions of the AMS 362 (2010), p. 5189-5211.
  13. G. Raugel et M. Paicu, Anisotropic Navier-Stokes equations in a bounded cylindrical domain, Partial differential equations and fluid mechanics p. 146-184. London Math. Soc. Lecture Note Ser., 364, Cambridge Univ. Press, 2009.
  14. G. Raugel, D. Iftimie et G.R. Sell, Navier-Stokes equations in thin 3D domains with Navier boundary conditions, Indiana Univ. Math. J. 56 (2007), p. 1083-1156.

Liens externes[modifier | modifier le code]