Attracteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Représentation visuelle d'un attracteur étrange.

Dans l'étude des systèmes dynamiques, un attracteur (ou ensemble-limite) est un ensemble ou un espace vers lequel un système évolue de façon irréversible en l'absence de perturbations. Constituants de base de la théorie du chaos, au moins cinq types sont définis : ponctuel, quasi-périodique, périodique, étrange et spatial.

Intérêt[modifier | modifier le code]

Il n'est pas toujours possible de calculer finement le comportement d'un système composé d'un très grand nombre d'éléments qui interagissent (par exemple un plasma), mais si on arrive à en déterminer un attracteur, on pourra dans une certaine mesure traiter le problème en travaillant sur celui-ci. Cette méthode se montre utile, en ce qui concerne les plasmas, dans les calculs de confinement des tokamaks.

Quelques attracteurs spécifiques expliquent aussi des cas de passage d'un état chaotique à un état ordonné, comme c'est le cas pour la fourmi de Langton ou pour les Planeurs dans le jeu de la vie de Conway. En règle générale, la connaissance des attracteurs permet de savoir partiellement (au moins statistiquement) ce qui va émerger du chaos, alors que la connaissance des éléments individuels du système chaotique n'y aide pas particulièrement.

Types[modifier | modifier le code]

Étrange[modifier | modifier le code]

La forme d'un attracteur étrange « n’est pas une courbe ni une surface et n’est même pas continue mais reconstituée point par point de manière discontinue par la dynamique qui, bien qu’apparemment désordonnée, reconstitue ce type spécial d’ordre »[1]. C'est un objet mathématique abstrait (c'est-à-dire qu'il ne peut être observé dans la nature) qui modélise un ou des paramètres du système à l'étude[2]. Même si la forme est dite « étrange », elle permet d’étudier des phénomènes apparemment désordonnés qui sont influencés par des contraintes déterministes. La stabilité de cet attracteur est la conséquence de la structure sous-jacente du système[1]. L'attracteur étrange sert à « élucider les mécanismes fondamentaux de la turbulence, les réactions chimiques, les prévisions météorologiques, la génétique des populations bactériennes »[2].

Le terme « attracteur étrange » a été forgé par David Ruelle et Floris Takens (en) pour catégoriser les attracteurs créés à la suite de bifurcations d'un système décrivant l'écoulement d'un fluide[3].

Étrange non-chaotique[modifier | modifier le code]

C'est en 1984 que les scientifiques Grebogi, Ott, Pelikan et Yorke introduisent la notion de Strange nonchaotic attractor (SNA)[4],[5]. Un attracteur étrange non-chaotique, même s'il devient étrange lorsqu'il converge vers une limite, n'est pas dérivable par morceaux et son exposant de Lyapunov est négatif ou nul (il est donc stable ou encore non-chaotique)[4]. Il est donc peu sensible aux conditions initiales[6]. Il peut être distingué d'un attracteur périodique, quasipériodique et chaotique en appliquant le test 0-1 de la théorie du chaos[7].

Représentation visuelle d'un SNA partiellement représentatif des pulsations lumineuses de l'étoile KIC 5520878.

Les systèmes nonlinéaires périodiques amortis peuvent présenter des comportements dynamiques complexes, comportements qui peuvent se caractériser par des attracteurs étranges chaotiques (où « étranges » indique la géométrie fractale de l'attracteur alors que « chaotiques » indique la sensibilité exponentielle des orbites de l'attracteur). Les systèmes quasipériodiques soumis à des fréquences très élevées sont une extension naturelle des systèmes périodiques ; ils sont le siège de phénomènes plus nombreux, plus complexes. En plus de mouvements périodiques et quasipériodiques, les attracteurs étranges de ces systèmes peuvent présenter des mouvements chaotiques et non-chaotiques. La première expérience qui a démontré l'existence physique d'un SNA remonte à 1990 : un ruban magnétoélastique a été soumis, de façon quasipériodique, à deux signaux de fréquences très élevées[8]. Depuis, les SNA ont été observés dans les laboratoires, que ce soit dans les rubans magnétoélastiques, les cellules électrochimiques, les circuits électroniques, les décharges lumineuses des tubes au néon et, en 2015, dans les pulsations de l'étoile variable de type RR Lyrae KIC 5520878, ce qui est probablement le premier SNA observé dans un objet naturel[9],[10],[11]. L'intensité lumineuse de l'étoile KIC 5520878 varie périodiquement selon deux fréquences indépendantes dont le rapport est proche du nombre d'or[6].

Définition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Flot (mathématiques).

Soit E un espace de Banach muni d'une mesure, Ω un ouvert de E et x' f(x) une équation différentielle autonome telle que f soit une fonction de Ω dans E localement lipschitzienne. L'équation différentielle définit ainsi un flot unique et continu. Si x est un élément de Ω, ω(x) désigne l'ensemble ω-limite de l'orbite de x et α(x) son ensemble α-limite. Les termes de flot, orbite, ensembles ω-limite et α-limite sont explicités dans l'article détaillé.

L'attracteur futur est le plus petit ensemble contenant tous les ensembles ω(x) si x décrit Ω, à l'exception peut-être d'un ensemble de mesure nulle. L'attracteur passé correspond à la même définition, mais cette fois-ci avec les ensembles α-limite[12].

Des travaux actuels[13],[14] de tentative de classification générale des systèmes dynamiques sur une variété compacte font référence à la définition suivante[précision nécessaire] :

Un attracteur est un compact invariant \Omega dont un des points est d'orbite dense dans \Omega et tel que son bassin, c'est-à-dire l'ensemble des points de l'espace dynamique dont l'ensemble ω-limite est inclus dans \Omega, est de mesure de Lebesgue positive.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Strange nonchaotic attractor » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b Faber Sperber et Robert Paris, « Qu’est-ce qu’un attracteur étrange ? », Matière et Révolution,‎ (consulté le 14 mars 2015).
  2. a et b David Ruelle, « Les attracteurs étranges », La Recherche, no 99,‎ , p. 66 (lire en ligne)
  3. (en) David Ruelle et Floris Takens, « On the nature of turbulence », Communications in Mathematical Physics, vol. 20, no 3,‎ , p. 167-192 (DOI 10.1007/bf01646553, lire en ligne)
  4. a et b (en) Lluís Alsedà, « On the definition of Strange Nonchaotic Attractor » [PDF],‎ (consulté le 14 mars 2015)
  5. (en) C. Grebogi, E. Ott, S. Pelikan et J. A. Yorke, « Strange attractors that are not chaotic », Physica D: Nonlinear Phenomena, vol. 13, no 1-2,‎ , p. 261–268 (DOI 10.1016/0167-2789(84)90282-3)
  6. a et b (en) Natalie Wolchover, « Strange Stars Pulse to the Golden Mean », Quanta Magazine,‎ (lire en ligne)
  7. [PDF] (en) R. Gopal , A. Venkatesan et M. Lakshmanan, 2013, « Applicability of 0-1 Test for Strange Nonchaotic Attractors », .
  8. (en) W. L. Ditto, M. L. Spano, H. T. Savage, S. N. Rauseo, J. Heagy et E Ott, « Experimental observation of a strange nonchaotic attractor », Phys. Rev. Lett., vol. 65, no 533,‎ (DOI 10.1103/PhysRevLett.65.533)
  9. (en) John F. Lindner, Vivek Kohar, Behnam Kia, Michael Hippke, John G. Learned et William L. Ditto, « Strange Nonchaotic Stars », Phys. Rev. Lett., vol. 114, no 054101,‎
  10. (en) Clara Moskowitz, « Strange Stars Pulsate According to the "Golden Ratio" », Scientific American,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Synopsis: Stars That Act Irrational », American Physical Society (consulté le 14 mars 2015)
  12. Tewfik Sari Introduction aux systèmes dynamiques et applications à un modèle cosmologique, in Géométries et Dynamiques, Khaled Sadallah et Abdelghai Zeghib (éditeurs), Hermann, Travaux en Cours 70 (2008) 259-274 (page 264).
  13. Ghys 2010.
  14. A Global View of Dynamics and a Conjecture on the Denseness of Finitude of Attractors. Jacob Palis. Astérisque. França: , v.261, p.339 - 351, 2000.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]