Gare d'Allex - Grane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Allex - Grane
Image illustrative de l’article Gare d'Allex - Grane
Localisation
Pays France
Commune Allex
Coordonnées géographiques 44° 44′ 54″ nord, 4° 55′ 10″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire détruite
Exploitant fermée
Caractéristiques
Ligne(s) Ligne de Livron à Aspres-sur-Buëch
Altitude 145 m
Historique
Mise en service
Fermeture
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Allex - Grane
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Allex - Grane
Géolocalisation sur la carte : Drôme
(Voir situation sur carte : Drôme)
Allex - Grane

La gare d'Allex - Grane est une gare ferroviaire française fermée de la ligne de Livron à Aspres-sur-Buëch, située sur le territoire de la commune d'Allex, dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Mise en service en 1871, elle est fermée en 1972.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 145 mètres d'altitude, la gare d'Allex - Grane est située au point kilométrique (PK) 8,921 de la ligne de Livron à Aspres-sur-Buëch, entre les gares de Pont-de-Livron et de Crest[1]..

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare d'Allex est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Livron à Crest de sa ligne de Livron à Aspres-sur-Buëch.

Le 17 juillet 1882, le conseil municipal de Grâne demanda que la gare fût dénommée à l'avenir Allex - Grane.

La gare est fermée le lors de la suppression du service omnibus sur la ligne.

Le bâtiment voyageurs est démolie dans les années 1980.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [912/1] Livron - Luc-en-Diois », p. 192.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Étoile de Veynes, Presse et Éditions Ferroviaires à Grenoble, 2002.

Articles connexes[modifier | modifier le code]