Gabriel Marc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marc.
Gabriel Marc
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
VichyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Distinction

Gabriel Marc, né à Lezoux (Puy-de-Dôme) le et mort le à Vichy (Allier), est un poète, nouvelliste et critique d’art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de notaires et de juges de paix de la région de Thiers, Gabriel Marc s’installe à Paris en 1864 après ses études de droit. Il y sera, jusqu'en 1897, fonctionnaire à la Caisse des dépôts et consignations[1].

Parent de Théodore de Banville[2], il est introduit par ce dernier dans le milieu littéraire parisien. Il fait alors la connaissance de Catulle Mendès, Albert Glatigny, François Coppée, Paul Verlaine et Leconte de Lisle. Poète d’esthétique parnassienne, mais dans la veine fantaisiste, il collabore aux principaux ouvrages collectifs du mouvement parnassien : Sonnets et eaux-fortes (1869[3]), second et troisième recueil du Parnasse contemporain, Le Tombeau de Théophile Gautier (1872[4]). Certains de ses poèmes sont mis en musique par Henri Duparc[5], Louis Diémer[6] et Octave Fouque[7]. Ses principales sources d’inspiration sont Paris et sa région natale, l’Auvergne, qui prendra au fur et à mesure la place essentielle dans sa production.

Fervent régionaliste, il est co-fondateur en 1880 de l’association culturelle pour la promotion des artistes auvergnats à Paris « La Soupe aux choux ». Il rédige également tous les ans de 1869 à 1896, pour le quotidien le Moniteur du Puy-de-Dôme et pour la Revue d'Auvergne, une critique d’art à propos des artistes auvergnats qui exposent au Salon.

Engagé dans la défense des droits des écrivains, il sera membre actif du Congrès international littéraire de Paris de 1878, sous la présidence de Victor Hugo, membre de la Société des gens de lettres dès 1868, et de son comité de direction entre 1881 à 1884. Il fut également secrétaire de l’association L'Homme qui bêche, qui regroupe les écrivains édités par Lemerre.

Retiré à Thiers à partir de 1897, il est inhumé au cimetière Saint-Jean dans le caveau de ses cousins l’historien Gustave Saint-Joanny et sa sœur Émilie Saint-Joanny, son seul amour connu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poèmes
  • Soleils d'octobre, préface de Charles Asselineau, Lemerre (1868)
  • La Gloire de Lamartine, Lemerre (1869)
  • Sonnets parisiens, Caprices et fantaisies, Lemerre (1875)
  • Le Puy-de-Dôme (ode), Lemerre (1876)
  • Poèmes d’Auvergne, Charpentier (1882)
Théâtre
  • Quand on attend..., comédie en un acte, Lemerre (1877)
  • L'Éducation de Pierrot (inédit[8])
Nouvelles
  • Contes du pays natal. Liaudette, Charpentier (1887) récompensé par le Prix Montyon de l'Académie Française en 1888[9].
Critique d’art
  • Les Beaux-Arts en Auvergne et à Paris. 1868-1889, Lemerre (1889)

Jugements[modifier | modifier le code]

Gabriel Marc figure dans la liste des poètes nommés dans la lettre d’Arthur Rimbaud à Paul Demeny, dite Lettre du voyant. Il est qualifié par ce dernier d’« écolier ».

Critique de Théodore de Banville dans Le National du 29 novembre 1875 sur les Sonnets parisiens : « M. Gabriel Marc a trouvé une note inconnue et fait résonner une corde nouvelle. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Marc l'évoque dans le poème La Frégate, issu du recueil Sonnets parisiens
  2. Théodore de Banville, Rimes Dorées (lire en ligne), Poème "A Gabriel Marc"
  3. « Le verger » de Gabriel Marc, illustré par Charles-François Daubigny
  4. Poème "L'Auvergne au tombeau de Théophile Gautier". Voir le "Tombeau de Théophile Gautier" sur Wikisource.
  5. Parmi les mélodies de Duparc, Sérénade (1868) [1]
  6. "A celle qui va partir" (1876) et Sérénade (1877)
  7. 1873, Nous aimons ![2]
  8. Leila Ashdown-Lecointre, « L’Education de Pierrot : pièce inédite de Gabriel Marc », Bulletin des études parnassiennes et symbolistes, 22, automne 1998, p. 3-39.
  9. « Prix Montyon 1888 - Académie Française », sur academie-francaise.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]