Gödel, Escher, Bach : Les Brins d'une Guirlande Éternelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gödel, Escher, Bach : Les Brins d'une Guirlande Éternelle
Auteur Douglas Hofstadter
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre vulgarisation scientifique
Version originale
Langue anglais
Titre Gödel, Escher, Bach: an Eternal Golden Braid
Éditeur Basic Books
Date de parution 1979
ISBN 978-0465026562
Version française
Traducteur Jacqueline Henry et Robert French
Éditeur Éditions Dunod
Date de parution 1985
ISBN 978-2-10-052306-1

Gödel, Escher, Bach : Les Brins d'une Guirlande Éternelle (1979) est un livre de Douglas Hofstadter qui a obtenu le prix Pulitzer. La traduction française, qui date de 1985, est de Jacqueline Henry et Robert M. French (en).

À l'un des niveaux de lecture, c'est un livre concernant la façon dont les réalisations du logicien Kurt Gödel, de l'artiste Maurits Cornelis Escher et du compositeur Jean-Sébastien Bach s'entrelacent. Comme l'auteur le dit : « Je me suis rendu compte que Gödel, Escher et Bach n'étaient que des ombres projetées dans différentes directions par une essence centrale. J'ai essayé de reconstruire cet objet central, et c'est ce livre. »

L'ouvrage exploite les concepts d'analogie, de réductionnisme/holisme, mais aussi les paradoxes (et notamment les paradoxes de Zénon), la récursivité, l'infini, et les systèmes formels.

Ainsi, le livre fait le rapprochement entre plusieurs systèmes formels (par l'exemple l'écriture, l'arithmétique de Peano, ou les réseaux neuraux), et la manière dont se développent des systèmes complexes tels que la conscience ou l'Univers. Il explore la question de savoir si ces systèmes suivent ou non des règles assimilables à celle d'un système formel, et étudie la façon dont les particules élémentaires ont pu s'assembler pour former un être capable de s'intuitionner lui-même, mais aussi de s'extraire de la logique des systèmes formels (question qui est notamment étudiée par une comparaison entre l'homme et les machines douées d'intelligence artificielle). Douglas Hofstadter y raconte par exemple le fonctionnement d'une fourmillière, dont la structure complexe émerge de la réunion de simples fourmis, ainsi que la notion de signaux[1].

Le titre de l’ouvrage est lui-même une autoréférence : les initiales de Gödel, Escher et Bach — « G E B » — se retrouvent dans le sous-titre, dont les mots sont volontairement en majuscules. Il est considéré parfois comme un « ouvrage culte »[2].

Structure[modifier | modifier le code]

Le livre est découpé en chapitres discutant de différentes notions, entrecoupés par des dialogues sur le même thème, entre les personnages fictifs d'Achilles et la Tortue, d'abord utilisés par Zénon d'Élée puis repris par Lewis Carroll.

Ces dialogues utilisent souvent des contraintes littéraires tels que l’autoréférence, la métafiction, ou les acrostiches ou homophonies approximatives, ou également des contraintes utilisées dans la musique, comme la fugue ou le canon en crabe (qui devient une sorte de palindrome, où les répliques de la première partie sont réutilisées à l'envers dans la seconde).

L'auteur utilise également de nombreux puzzles afin d'illustrer certaines théories. Par exemple, le puzzle MU (en), un système formel de chaînes de caractères suivant des règles d'évolution, qui illustre l'impossibilité d'en dériver certaines combinaisons. Le système TNT («Typographical Number Theory») permet de manipuler un système arithmétique basé sur les axiomes de Peano, et propose des exercices pour le manipuler aux lecteurs ; ce système est ensuite utilisé pour démontrer le théorème de Gödel, et l'«explosion» de ce système lorsqu'il tente de parler lui-même.

Thèmes[modifier | modifier le code]

De manière globale, le livre explore différents systèmes formels et leur structure à différentes échelles, appliqués à la conscience, l'univers, l'écriture, etc, donnant lieux à des réflexions sur le réductionnisme versus le holisme.

L'intelligence artificielle et la théorie de l'esprit y sont très discutées, ainsi que des notions de biologie et ADN, de logique mathématique, de linguistique ou d'informatique théorique.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]