Gérard Schneider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gérard Schneider
Image dans Infobox.
Gérard Schneider dans son atelier rue Armand-Moisant, Paris, France, 1945 ca. - Photographie : Droits réservés © Droits réservés / Archives Gérard Schneider.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Lieu de travail
Mouvement
abstraction lyrique
Site web

Gérard Schneider (né à Sainte-Croix le et mort à Paris le ) est un peintre d'origine suisse, naturalisé français en 1948, de la nouvelle École de Paris, appartenant au courant de l'abstraction lyrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérard Schneider naît dans le canton de Vaud, en Suisse, et passe son enfance à Neuchâtel, où il fait ses études.

En , il se rend à Paris, fréquente l'École nationale des arts décoratifs où il sera encouragé à poursuivre par son professeur Paul Renouard puis, en 1918, il intègre l'École nationale des beaux-arts. Il retourne à Neuchâtel où il fait sa première exposition individuelle[1]. En 1920 il épouse Marguerite Barbezat (décédée en 1934) et s'installe définitivement à Paris avec elle dès 1922. 1928 naissance de sa (première) fille Janine Schneider. Se remarie en 1956 avec Loïs Frederick (1930-2013) une jeune artiste peintre américaine puis en 1963 naissance de Laurence sa seconde fille.

Après avoir débuté dans l'impressionnisme, puis s'être tourné vers le surréalisme, il trouve sa propre expression vers 1943 ; ce sera l'abstraction non géométrique dite « informelle ».

Il fréquente par la suite Pierre Soulages et Hans Hartung.

Pionnier de l'abstraction lyrique, abstraction gestuelle et personnelle, il est représenté à Paris à la Galerie Louis Carré dès 1950. Puis, de 1955 à 1960, ses œuvres sont exposées à la Kootz Gallery de New York où un contrat d’exclusivité lie l’artiste et le marchand américain Samuel M. Kootz (en).

Œuvre[modifier | modifier le code]

«… Schneider est un exégète du drame puisqu’il puise en lui-même, qu’il aime pour lui-même et pour lequel la parole proprement dite n’a pas de mots. Le drame calmé, le geste qu’il exprime devient beauté. Plus encore que la force, je retiens la noblesse de ce langage et sa pudeur. Dans le chaos de la vie souterraine l’esprit  a apporté la règle souple ; l’émotion, analysée, sera maîtresse d’elle ; le cri capté à sa source même, devient un chant scandé ; le geste de l’artiste élabore l’œuvre comme un acte d’amour spirituel, l’acte pur d’un démiurge… » Michel Seuphor, 1953

« Je croyais très bien connaître l’œuvre de Gérard Schneider. Il me manquait cependant d’avoir vu réuni un ensemble aussi important de ses peintures des dernières années. La confrontation permise ici des rigoureuses compositions de sa période murale-mate et des grandes improvisations colorées de sa récente production, met en pleine lumière la richesse du tempérament et la largeur d’esprit de Schneider, qui peut se permettre toutes les libertés et toutes les audaces sans jamais porter atteinte à l’unité foncière de son œuvre. L’évidence de sa valeur constante s’impose d’emblée, mais j’attache plus de prix encore à l’allant de la démarche créatrice qui conduit Schneider à la rencontre de tous les possibles, jusqu’à l’effusion lyrique pure, dans des rythmes plastiques étonnants, sonores. » Roger Van Gindertael, in Cimaise, n°3, janvier 1954, à propos de l’exposition au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

« Peinture puissante, maîtrisée au point qu’à chaque étape de l’accomplissement toute la conception se fait valoir, surprenante, parce que l’état définitif garde toujours la virulence de l’acte créateur. Sous l’aspect d’une improvisation véhémente, cette peinture cache la plus consciencieuse disposition des éléments, le plus sévère contrôle des rapports. Basée sur la couleur, elle part cependant de motifs linéaires, mais la ligne s’est transformée en traits de brosse larges de deux mains. Evidemment, une telle écriture dépasse les petits cadres, et c’est en remplissant les plus grands formats qu’elle nous apporte l’affirmation de sa force souveraine. » Herta Wescher in Cimaise, janvier 1955,à propos de l’exposition à la galerie Galanis à Paris

« Quant à la couleur… elle apparaît dans ces œuvres récentes de Schneider, avec une liberté toujours plus grande, comme le facteur de vie par excellence, même lorsque cette couleur est le noir dont Schneider use avec la maîtrise de celui qui sait combien sont chargées  d’émotion toutes les suggestions de la nuit et des ténèbres. La réponse que ces peintures trouvent dans le cœur et dans l’intelligence, - évidemment comblés -, de celui qui les contemple, achève cette communion qui auparavant s’était établie entre l’artiste et l’œuvre d’art, entre la forme et l’espace, entre la structure et le mouvement. » Marcel Brion, de l’Académie française, dans la préface du catalogue de l’exposition à la galerie Kootz, New York, 1958

« Je connais et j’admire depuis longtemps le peintre Gérard Schneider, la richesse originelle, irruptive de cette œuvre (…) Une peinture est un langage à déchiffrer, un monde à pénétrer, ce n’est que petit à petit, en s’y habituant, avec beaucoup de patience que l’on arrive à faire dire quelque chose à cette chose mystérieuse qu’est l’œuvre d’art, on s’adresse autant à elle qu’à soi-même, dans une sorte de confrontation et dans la solitude. » Eugène Ionesco, in Mots au vol, Editions Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1974

« ... Lorsque Schneider pose le pinceau sur la toile vierge, c’est comme s’il plaquait un accord. Ensuite le thème naît et s’orchestre. Il travaille directement dans la couleur. Sa pâte est très riche. Elle ressemble parfois à des coulées de lave. Parfois elle prend la rutilance de l’émail. Violence, tumulte, dynamisme sont les caractéristiques de cette peinture qui tend au paroxysme c’est-à-dire au pathétique. Un drame sous-jacent y est perpétuellement dominé par la maîtrise de la forme. » Michel Ragon, in Schneider, Expressions contemporaines, Angers, 1998

Catalogue raisonné[modifier | modifier le code]

La Galerie Diane de Polignac à Paris réalise le Catalogue Raisonné de Gérard Schneider sous la direction de Laurence Schneider, fille de l’artiste.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

1920 - Galeries Léopold Robert, Neuchâtel

1946, 1947, 1948 et 1953 - Galerie Denise René, Paris

1947, 1948 et 1950 - Galerie Lydia Conti, Paris

1951 - Betty Parsons Gallery, New York

1952, 1953, 1955 et 1957 - Galerie Der Spiegel, Cologne

1952 - Galerie Otto Stangl, Munich

1953 - Gérard Schneider, rétrospective, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles

1954, 1959, 1965, 1967, 1968 et 1970 - Galerie Arnaud, Paris

1956-1961 - Kootz Gallery, New York,

1958 - Galerie Apollinaire, Milan

1960, 1961, 1965, 1972, 1974, 1986, 1989 et 2012 - Galerie Lorenzelli, Milan

1960 - Galerie Minami, Tokyo

1960 - Galerie Nakanoshima, Osaka, 1960

1961 et 1963 - Galerie Im Erker, Saint-Gall,

1962 - Salon de Mai au Japon, Tokyo, Osaka

1962 - Gérard Schneider, rétrospective, Kunstverein, Düsseldorf

1962 - Gérard Schneider, rétrospective, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles

1966 - 33e Biennale de Venise. Une salle entière du Pavillon français lui est consacrée

1970 - Gérard Schneider, rétrospective, Galleria civica d’Arte moderna, Turin

1970 - Gérard Schneider, rétrospective, Pavillon Terre des Hommes, Montréal

1974, 1975, 1977, 1981 et 1986 - Galerie Beaubourg, Paris

1983 - Gérard Schneider, rétrospective, Musée d’Art et d’Histoire, Neuchâtel

1983 - Gérard Schneider, rétrospective, Musée d’Art Contemporain, Dunkerque

1983 - FIAC, Galerie Patrice Trigano, Paris

1999 - Gérard Schneider. Rétrospective, Musée des beaux-arts de Carcassonne

2011 - Gérard Schneider, grands gestes pour un grand monde, Musée d’Art & d’Histoire, Neuchâtel

2013 - Gérard Schneider. Rétrospective, Musée des Beaux-Arts d’Orléans

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

1948 - 24e Biennale de Venise

1948-1949 - Wanderausstellung Französischer Abstrakter Malerei, exposition itinérante en Allemagne : Stuttgart, Munich, Düsseldorf, Hanovre, Hambourg, Francfort et Fribourg

1951 - 1re Biennale de São Paulo

1951 - Biennale de Turin

1951 - Hartung, Lanskoy, Schneider, galerie Louis Carré, Paris.

1951-1952 - Advancing French Art, exposition itinérante aux États-Unis (Louisville, Bloomington, San Francisco, Chicago et Washington)

1953 - 2e Biennale de São Paulo

1953 - Biennale de Turin

1954 - 27e Biennale de Venise

1955 - Documenta I, Cassel

1959 - Documenta II '59, Cassel

1964 - 32e Biennale de Venise

1968 - Paintings in France 1900-1967, exposition itinérante aux États-Unis : New York, Boston, Chicago, San Francisco et au Canada

2006 - L'Envolée lyrique, Paris 1945-1956, Musée du Luxembourg, Paris. C'est une toile de Gérard Schneider qui a été choisie pour l'affiche et la couverture du catalogue[2]

2011 - Les Sujets de l’abstraction, Peinture non figurative de la Seconde École de Paris (1946-1962), Fondation Gandur pour l’Art, Musée Rath, Genève

2011-2012 - Les Sujets de l’abstraction, Peinture non figurative de la Seconde École de Paris (1946-1962), Musée Fabre, Montpellier, France

2012-2013 - Montparnasse/Saint-Germain-des-Prés, un certain regard sur l'abstraction lyrique (Olivier Debré, Jean Le Moal, Alfred Manessier, André Marfaing, Gérard Schneider, Geer Van Velde), Anciennes écuries des ardoisières, Trélazé ; Montparnasse/Saint-Germain-des-Prés, six regards sur l'abstraction lyrique, Musée de Tessé, Le Mans ; Montparnasse/Saint-Germain-des-Prés, Abstractions d’après-guerre, Musée des Beaux-Arts de Bordeaux

2013 - L’Art en guerre, France 1938–1947: From Picasso to Dubuffet, Musée Guggenheim, Bilbao, Espagne

2016-2017 - Hartung et les peintres lyriques, Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture, Landerneau, France

2017 - Le Geste et la Matière – Une abstraction « autre » – Paris, 1945-1965, Fondation Clément, Le François, Martinique

2020-2021 - La Libération de la peinture, 1945-1962, Mémorial de Caen, Caen, France

2021 - Au cœur des abstractions, Marie Raymond et ses amis, Musée de Tessé, Le Mans, France

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Gérard Schneider sont présentes dans les plus prestigieuses collections à travers le monde. On peut citer – parmi d'autres – le Centre Pompidou à Paris, le Musée d'Art moderne de Paris (Composition, 1944, 73 × 93 cm), le MoMA à New York (Opus 95 B, , 146 × 114 cm), la Phillips Collection à Washington, le musée des Beaux-Arts de Montréal, le Musée national des beaux-arts du Québec[3], le musée des Beaux-Arts de Séoul, la Princeton University, le Phoenix Museum, le Walker Art Center à Minneapolis, la Kunsthaus de Zurich et le Musée d’Art moderne de Rio de Janeiro, ainsi que dans de nombreuses collections privées et des fondations de renom telle la Fondation Gandur pour l’Art à Genève.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix d'art abstrait de Lissone (Italie) (1957)
  • Prix du Gouverneur de Tokyo (1959)
  • Grand Prix national des arts (1975)

Cote[modifier | modifier le code]

Lors de la dispersion de la collection d'Alain Delon, une peinture de Schneider (Opus 85 D) datant de 1960 (146 × 114 cm) est adjugée 150 000  à Drouot-Montaigne[4].

Le mardi , l'œuvre Opus 402, huile sur toile de 1949 (130x195 cm) a été adjugée 192 000 euros (frais compris) à l'Hôtel de Ventes de la Vallée-de-Montmorency[5].

Bibliographie (sélection)[modifier | modifier le code]

  • M. Pobé, Schneider, Paris, Georges Fall éditeur, coll. « Le Musée de Poche »,
  • Michel Ragon, Schneider, Amriswill, Bodensee Verlag, 1961
  • Marcel Brion, Roger van Gindertael, Schneider, Venise, Alfieri, 1967
  • Gérard Schneider, cat. expo. Turin, Galleria civica d’Arte moderna (16 avr.–24 mai 1970), Turin, Galleria civica d’Arte moderna, 1970
  • Gérard Schneider, Eugène Ionesco (préf.), Mots au vol, Paris, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1974
  • Pierre von Allmen (dir.), Jean-Marie Dunoyer, Schneider, cat. expo., Neuchâtel, Musée d’Art et d’Histoire (26 févr.–17 avr. 1983), Neuchâtel, Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel, 1983
  • Jean Orizet, Schneider Peintures, Paris, La différence / l’autre musée, 1984
  • Daniel Chabrissoux, Loïs Frederick, Gérard Schneider : œuvres de 1916 à 1986, cat. expo., Angers, (1991), Angers, Expressions contemporaines, 1991
  • Lydia Harambourg, Dictionnaire des peintres de l'École de Paris, 1945-1965, Neuchâtel, Éditions Ides et Calendes, (ISBN 2-8258-0048-1); nouvelle édition, 2010, pp. 431-433 (ISBN 978-2-8258-0241-0)
  • Michel Ragon, Schneider, Angers, Expresssions contemporaines, 1998
  • Benoît Giraud, Gérard Schneider, œuvres de 1935 à 1965, thèse de doctorat d'Histoire de l'art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1998, 4 volumes, 785p. (Institut National d'Histoire de l'Art, Université Panthéon-Sorbonne)
  • Patrick-Gilles Persin, L’Envolée lyrique Paris 1945-1956, cat. expo., Paris, Musée du Luxembourg (26 avr.–6 août 2006), Milan, Skira, 2006
  • Éric de Chassey (dir.), Éveline Notter (dir.), Justine Moeckli et al., Les sujets de l’abstraction. Peinture non-figurative de la seconde École de Paris, 1946-1962. 101 Chefs-d’œuvre de la Fondation Gandur pour l’Art, cat. expo., Genève, Musée Rath (6 mai–14 août 2011) / Montpellier, Musée Favre (3 déc. 2011–25 mars 2012), Milan, 5 continents, 2011
  • Christian Briend, Nathalie Ernoult, Le Geste et la Matière – Une abstraction « autre » – Paris, 1945-1965, cat. expo., Le François, Martinique, Fondation Clément (22 jan.–16 avr. 2017), Paris / Le François, Centre Pompidou, Paris / Fondation Clément, Le François, Martinique / Somogy éditions d’Art, 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [Pobé 1959], p. 51
  2. (ISBN 88-7624-679-7)
  3. « Gérard Schneider | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mbnaq.org (consulté le )
  4. La Gazette de l'hôtel Drouot, 25 avril 2008, p. 46.
  5. La Gazette de Drouot, vendredi 13 décembre 2013, p. 9.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]