Roger van Gindertael

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant un peintre belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Roger van Gindertael
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Activité

Roger van Gindertael, (né en 1899 en Belgique, mort en 1982, d'abord peintre, est ensuite à Paris un critique d'art important des années 50 et années 60, soutenant dans ses articles et préfaces les peintres non figuratifs, dont il organise de nombreuses expositions.

Biographie[modifier | modifier le code]

À Bruxelles, Roger van Gindertael étudie les lettres et les beaux-arts, élève du peintre H. Richir à l'académie. Partageant dès 1924 sa vie entre la Belgique et la France, il peint notamment en Provence (La Gloriette verte, La Ciotat, 1926), illustre de lithographies Le Roi de la nuit de Pierre Broodcoorens (éditions Lumière, Anvers) et participe en 1928 au Salon de la Jeune Peinture belge (galerie Le Centaure à Bruxelles). Influencées par les expressionnistes flamands et Cézanne, ses peintures sont fortement charpentées dans une matière généreuse. Roger van Gindertael expose à Marseille en 1942 et se fixe définitivement à Paris en 1943. On lui doit des dessins de personnages (Jean Ballard, directeur des Cahiers du Sud). Son œuvre a été répertoriée lors du centenaire de sa naissance.

Cofondateur et rédacteur en chef de la revue Cimaise, Roger van Gindertael a publié de nombreux articles (souvent sous ses seules trois initiales, RVG) dans Combat, L'Œil, Les Beaux-Arts de Bruxelles, XXe siècle, Les Lettres françaises... Il a également organisé de nombreuses expositions, ou participé à leur organisation, à Paris (Galerie Craven, 1955 ; Galerie Arnaud, 1956 ; Galerie Raymonde Cazenave ; Salon d'art contemporain de Montrouge) et à l'étranger (École de Paris, Kunsthalle de Mannheim, 1958).

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Staël, Paris, Collection "Signe", Peintres et sculpteurs d'aujourd'hui, novembre 1950.
  • L’art abstrait, nouvelle situation dans « Premier bilan de l’art actuel », Le Soleil noir, n° 3 et 4, Paris, 1953.
  • Divergences, nouvelle situation, Galerie Arnaud, Paris, Juillet-Août-Septembre 1954.
  • Propos sur la peinture actuelle, Paris, 1955.
  • Alva, Paris, Collection "Signe", Peintres et sculpteurs d'aujourd'hui, juillet 1955.
  • Permanence et actualité de la peinture, Paris, 1960.
  • Hans Hartung, Paris, Éditions Pierre Tisné, 1960 (éditions en anglais et en allemand en 1961 et 1962).
  • Jonas, Éditions Anthropos, 1969.
  • Ensor, Londres, Studio Vista, 1975. Boston, New York Graphic Society Ltd, 1975.
  • Modigliani et Montparnasse, Éditions Fabri, 1981.
  • Simona Ertan, Éditions ICI Beaupréau, 2011 (texte de 1970).

On doit à Roger van Gindertael de très nombreux articles et préfaces (Chafik Abboud, Alva, Bouqueton, Bryen, Bury, Nicolas Carrega, Fiorini, Hartung, Lipsi, Nallard, Moser, Penalba, Pougny, Greta Saur, Nicolas de Staël, Van Haardt, Gérard Vulliamy, Wendt).