Full-size

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (février 2012).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Une Chrysler New Yorker de 1965.

Le terme anglais full-size (grande taille) est l'expression employée pour définir les grandes automobiles américaines des années 1950 à 1980, époque à laquelle les constructeurs américains se livrèrent à une extraordinaire course à la puissance, que ce soit sur le plan du gabarit ou des moteurs, des équipements ou du design. Cette bataille acharnée débuta quelques mois après la Seconde Guerre mondiale et fut stoppée net au lendemain de la crise pétrolière de 1973, date à partir de laquelle ces grands groupes industriels tentèrent de faire survivre ces véhicules d'une époque révolue avec plus ou moins de bonheur. Dès 1974, la mode fut au downsizing et seuls quelques modèles firent de la résistance, dont un des représentants les plus emblématique fut la marque Cadillac, qui ne cessa jamais de proposer de tels modèles, quand bien même ils passèrent pour la plupart (mais pas tous) à la traction avant. D'autres groupes automobiles tels que Ford (Chrysler abandonna quelque temps plus tôt, à la suite de ses ennuis financiers) conservèrent longtemps dans leur gamme ne serait-ce qu'un modèle full-size, versions devenus totalement obsolètes avec leur transmission sur les roues arrière, leur essieu rigide, et leurs suspensions d'un autre temps.

Les full-size n'eurent jamais véritablement d'équivalent en Europe : si, en ce qui concerne le gabarit, elles peuvent se comparer à une Mercedes-Benz Classe S ou une Jaguar XJ (pour rester sur des modèles comparables du point de vue de la date de commercialisation, et bien que l'on soit là sur la fin de vie des full-size) ou à une Citroen DS pour la France, le prix aux États-Unis de ces modèles exclusifs les en éloigne définitivement : les grands espaces américains n'ont jamais été qu'un leurre pour les Européens, le prix des carburants et la puissance industrielle des États-Unis ayant permis cette débauche de puissance, qui fait partie de l'histoire de l'automobile. Plus proche de nous, le succès des full-size américaines devrait plutôt être comparé à l'hégémonie des compactes européennes cinq portes à hayon, débutée dans les années 1980 et qui dure encore aujourd'hui.