François Ganneron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ganneron.

François Ganneron, né vers 1590 à Dammartin-en-Goële, mort le 24 août 1668 à la chartreuse du Mont-Dieu, est un moine chartreux, un chroniqueur et historien, écrivant en latin ou en français, et un poète.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né vers 1590 à Dammartin-en-Goële, il est l'aîné de trois sœurs et de deux frères. Il mène des études à Provins, Reims puis Paris[1]. Il fait profession de chartreux au Mont-Dieu le 8 septembre 1616. Ses parents meurent en juillet 1617. En 1624, ayant contesté les travaux, trop somptueux à son goût, menés dans cette chartreuse de Mont-Dieu, il est envoyé comme procureur en la chartreuse Notre-Dame-des-Prés de Neuville-sous-Montreuil. Il revient au Mont-Dieu en 1626. En 1633, il devient vicaire. Il est passionné de recherches historiques, entretient des relations avec plusieurs abbayes, rédige plusieurs ouvrages consacrés à des établissements du diocèse de Reims et la chronique de la chartreuse du Mont-Dieu. À partir de 1639, il se rend successivement à la chartreuse du Val-Saint-Pierre en Thiérache, à la chartreuse de Saint-Honoré à Thuison près d'Abbeville, puis à la chartreuse du Mont-Renaud à Passel, près de Noyon. Il revient en 1663 au Mont-Dieu, et y meurt vers 1668[2],[3].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Annales de dom Ganneron. Les antiquités de la chartreuse du Mont-Dieu, Éditions Picard, . —— L'on peut en lire de larges extraits dans la Revue de Champagne et de Brie, Arcis-sur-Aube, 1892, t.5, pour le XVIe siècle, p. 207-268 [1] ; pour le XVIIe siècle, p. 608-668 [2] & p. 735-755 [3] & p. 861-65 [4].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Webographie[modifier | modifier le code]