Chartreuse Notre-Dame-des-Prés de Neuville-sous-Montreuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chartreuse Notre-Dame-des-Prés
Image illustrative de l'article Chartreuse Notre-Dame-des-Prés de Neuville-sous-Montreuil
Présentation
Culte Catholique romain
Type Chartreuse
Début de la construction 1325
Protection  Inscrit MH (1993)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Ville Neuville-sous-Montreuil
Coordonnées 50° 28′ nord, 1° 47′ est

La Chartreuse Notre-Dame-des-Prés est un monastère fondée en 1325 par le comte de Boulogne[1] pour l'ordre des Chartreux. Dissous au moment de la Révolution française, le lieu devient sous la Belle Époque, un sanatorium et une résidence d'artistes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La chartreuse Notre-Dame-des-Prés est fondée en 1325, soit par Robert III, comte de Boulogne[2], soit par Robert VI[3] — les sources restent incertaines. De 1539 à 1571, la chartreuse subit les attaques des Impériaux. En 1584, les Huguenots envahissent et dévastent la chartreuse[4]. Elle se trouve en plein tourment des guerres de Religion.

Le 6 octobre 1767, Benoît Joseph Labre est rejeté après quelques mois dans la communauté de la Chartreuse de Notre-Dame-des-Prés de Neuville-sous-Montreuil[5]. Il a été béatifié en 1860 et canonisé le 8 décembre 1881 par le pape Léon XIII.

Le 11 décembre 1790 à la suite de la Révolution, les biens de l'Église sont nationalisés et mis en adjudication. La ferme nommée La Parthe, à Bazinghen, appartenant aux chartreux et estimée à 70 800 francs est adjugée à ce prix[6]. Après une nouvelle destruction causée par la Guerre franco-prussienne, l'architecte hesdinois Clovis Normand entreprend la reconstruction en s'appuyant sur la structure initiale du site : les travaux s'étalent de 1872 à 1875.

Les chartreux, durant cette période faste, ont une activité intense d'imprimerie et un fonds important de bibliothèque est constitué. En 1901, à la suite des lois anticongrégationnistes d'Émile Combes sanctionnant les communautés religieuses catholiques, les chartreux sont expulsés. Ils s'exilent en Angleterre à la chartreuse de Parkminster (placée sous le vocable de saint Hugues de Lincoln et fondée en 1873), située dans le Sussex. Ils emportent leur bibliothèque et ils s'y trouvent toujours. L'imprimerie est entreposée chez les camilliens de Tournai[7],[8].

Vers 1905, Victor Morel, député-maire de Campagne-les-Hesdin transforme la chartreuse en un hospice, un sanatorium puis un hôpital avec un phalanstère, ouvert aux artistes et destiné aux ouvriers et employés[9]. Son ami Jules Rais fonde avec quelques amis écrivains le comité de la Clairière qui se réunit la première fois le 9 avril 1908 sous la présidence de Jules Renard. Les activités artistiques cessent en 1912, mais le lieu fonctionne en tant qu'hôpital jusqu'en 1997.

En 2000, les sœurs de Bethléem l'achètent pour 3,5 millions de francs. La vente est annulée à cause du mérule qui attaque la charpente.

Désormais revendu, un nouvel avenir lui est destiné. Une SCI formée par un architecte François Pin et un entrepreneur Maxime Rinaldi avec sept autres investisseurs privés en font l'acquisition.

  • L'association de la Chartreuse de Neuville est créée en 2008 et actuellement présidée par Hervé Knecht.
  • Le , dans le cadre des Rencontres Musicales, La chartreuse de Neuville accueille l'Atelier Cosi Fan Tutte. Les plus belles pages de l’opéra de Mozart sont mises en scène par Sir Jonathan Miller. Parrainés par la Fondation Royaumont, les deux actes du célèbre « dramma giocoso » sont interprétés par un ensemble de six jeunes interprètes talentueux, sélectionnés parmi quatre-vingts candidats issus des quatre coins de l’Europe.

Le , un chantier de rénovation de la chartreuse est lancé pour un coût de près de 25 millions d'euros, faisant de celui-ci le plus grand chantier des monuments historiques de France[10].

Description[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (janvier 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

Ancienne chartreuse Notre-Dame-des-Prés Ensemble de l'ancienne chartreuse, à savoir : allée d'accès, mur d'enceinte, sol de la cour d'honneur, sol du petit et du grand cloître, sol de l'ancien cimetière, sol de l'ancien potager ; façades et toitures : du parloir et de la chapelle extérieure, du bâtiment d'entrée avec les ailes accolées, des bâtiments encadrant la cour d'honneur (galerie des étrangers, ancienne boulangerie et ancienne imprimerie au Nord, quartier des hôtes et appartement de l'évêque au Sud), de la chapelle de famille, du réfectoire des pères, des frères et des cuisines, de la salle du chapitre, des galeries du grand cloître entourées des vingt-quatre enclos monastiques et de la cellule du prieur ; église avec ses vitraux et son mobilier, chapelle Nord formant sacristie à double étage avec son escalier, bibliothèque et salle du trésor (au premier étage au-dessus de la salle du chapitre), cellule de chartreux (reconstituée) située au Nord et portant la lettre U (cad. AI 2 à 11, 14) : inscription par arrêté du 28 décembre 1993

Renseignements issus de : Bases de données Ministère de la culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • site officiel [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. La Voix du Nord du 5 juillet 2009
  2. M. Harbaville,Mémorial historique et archéologique du département du Pas-de-Calais, tome Ier, imprimé à Arras, chez Topino, libraire Rue saint-Aubert en 1862, p. 161 - archives de bibliotheca Bodelana -numérisé par Google Books
  3. Gazette du Nord Pas-de-Calais du 26 janvier 2010 page 17
  4. Mathieu, Franck Mulliez, Le Nord-Pas-de-Calais: Vu du ciel, 2006, page 96 - numérisé par Google Books
  5. Marie-Thérèse Avon-Soletti, Des vagabonds aux S.D.F, Publication de l'université de Saint-Étienne - Numérisé par Google Books
  6. P.-J.-B. Bertrand, Précis de l'Histoire physique, civile et politique, de la ville de Boulogne-sur-Mer depuis les Morins jusqu'en 1814, imprimé à Boulogne en 1828, tome premier, page 201 - archives de Bibliotheca Bodliana - numérisé par Google Books
  7. Patrick Cabanel et Jean-Dominique Durand, Le Grand Exil des congrégations religieuses françaises, 1901-1914
  8. J. Thirion, En exil. Les congrégations françaises hors de France, 1903.
  9. « Le phalanstère de Neuville-sous-Montreuil. Une résidence d’artistes à la Belle Époque », dans les Archives départementales du Pas-de-Calais, cote 1 J 544/01.
  10. (fr)Culturebox (avec AFP), « Lancement d'un grand chantier à la chartreuse de Neuville, dans le Pas-de-Calais », sur http://culturebox.francetvinfo.fr/, (consulté le 2 avril 2017)
  11. Jean-Pierre Aniel, Les Maisons des chartreux, page 137 - numérisé par Google Books