Frédérick Houdaer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frédérick Houdaer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
Nationalité
Activité

Frédérick Houdaer (prononcez [oudar]) est un écrivain français né à Paris le , vivant à Lyon[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Très tôt, Frédérick Houdaer découvre des artistes qui vont marquer sa vie et motiver sa carrière d'écrivain : Fante, Brautigan, Cendrars, Céline, Henry Miller ou encore Melville, Sam Peckinpah, au cinéma, pour ne citer qu'eux.

Il a exercé de nombreux petits métiers (trieur de verre, vendeur au porte-à-porte, agent d'accueil au Foyer Notre-Dame des Sans-Abri, veilleur de nuit dans une résidence de personnes âgées, critique littéraire, etc.). Depuis 2003, il intervient sur des ateliers d'écriture en région Lyonnaise.

De 2008 à 2011, il dirige une collection de romans francophones, la collection "A charge" au sein des éditions À plus d'un titre.

En 2010, il crée un "Cabaret Poétique" qu'il anime de façon (presque) mensuelle au Périscope, salle de jazz lyonnaise située entre gare de Perrache et prisons désaffectées.

Depuis 2012, il dirige une collection de poésie aux Éditions Le Pédalo Ivre où il publie de jeunes poètes contemporains[2].

Depuis 1989, date à laquelle il a quitté le lycée pour se consacrer à l'écriture, il a écrit plus d'une centaine de textes publiés dans diverses revues françaises et québécoises (de Cahiers de Poésie-Rencontres à P.L.S, Revue Internationale de Poésie de la Sorbonne). En 2001, une dizaine de ses textes est sélectionnée pour l'anthologie Les Nouveaux Poètes français (éditions Les Lettres du Temps - Jean-Pierre Huguet).

Il est l'auteur de deux triptyques poétiques - le premier dit des "Anges Profanes" (Angiomes - Engelures - Engeances)[3], le second dit "anglo-saxon" (No Parking No Business - Fire Notice - Pardon my french) -, d'un essai sur Tristan Corbière et on lui doit également plusieurs romans.

Son premier roman noir paraît aux Éditions du Serpent à plumes, dans la collection Serpent noir, en mars 1999. L'Idiot no 2 traite, dans un style habilement déjanté, de l'univers carcéral et plus largement de l'enfermement (physique ou moral). Un thème cher à l'auteur. « "J'écris pour sortir de prison", confie-t-il ainsi au site polarnoir.fr, lors d'une interview[4].

En 2018, la parution de Armaguédon Strip aux éditions Le Dilettante marque son retour au roman.

Il nourrit régulièrement son blog de textes inédits et de liens.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Armaguédon Strip (roman),éditions Le Dilettante, 2018 (ISBN 978-2-84263-928-0).
  • Nuit Grave (recueil de poèmes), éditions La Boucherie Littéraire, 2017 (ISBN 978-2-95512-839-8).
  • Pardon my French (recueil de poèmes), éditions Les carnets du dessert de lune, 2016 (ISBN 978-2-93060-739-9).
  • Pourquoi je lis Les Amours Jaunes de Tristan Corbière (essai), éditions Le Feu Sacré, 2015
  • No parking no business (recueil de poèmes), éditions Gros textes, 2014 (ISBN 978-2-35082-245-7).
  • Fire Notice (recueil de poèmes), éditions Le Pont du Change, 2013 (ISBN 979-10-92038-00-2).
  • Engeances (recueil de poèmes), éditions La Passe du Vent, 2012[5]
  • Engelures (recueil de poèmes) éditions Oniva, 2010
  • Ankou, lève-toi (roman), éditions Terre de brume, collection Polars&Grimoires, 2010
  • Angiomes (recueil de poèmes), éditions La Passe du Vent, 2005 (ISBN 2845620756).
  • La Grande Érosion (black sotie) (roman), éditions La Passe du Vent, 2000 (ISBN 2-84562-011X).
  • L'Idiot no 2 (roman), éditions Serpent à plumes, collection Serpent Noir, 1999 (ISBN 2-84261-114-4).

Bourses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2002 : L’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation (ARALD) lui a accordé une résidence d’auteur à Montréal (Québec).
  • 2003 : Frédérick Houdaer a obtenu une bourse du Centre national du livre (CNL).
  • 2013 : Frédérick Houdaer a obtenu une bourse de la région Rhône-Alpes pour son nouveau triptyque poétique en chantier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Portrait de F. Houdaer par François-Xavier Farine.
  2. Notamment Thomas Vinau, Jean-Marc Flahaut, Jean-Baptiste Cabaud, Hélène Dassavray, Thierry Roquet, Grégoire Damon, Samantha Barendson, Marlène Tissot...
  3. Article signé Ludovic Maubreuil consacré au premier triptyque poétique de Frédérick Houdaer dit des "Anges Profanes" (Angiomes - Engelures - Engeances)
  4. Interview de Frédérick Houdaer réalisée par Emeric Cloche par échange de courriels en mai 2007
  5. critique de Engeances par l'écrivain Thierry Marignac

Liens externes[modifier | modifier le code]