Forward guidance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La forward guidance est un outil utilisé par une banque centrale pour exercer son pouvoir dans la politique monétaire dans le but d'influencer, avec ses propres prévisions, les anticipations du marché quant aux niveaux futurs des taux d'intérêt.

Explication [modifier | modifier le code]

La communication sur l'évolution probable de la politique monétaire est connue sous le nom de « forward guidance » [1]. Les particuliers et les entreprises utiliseront cette information pour prendre des décisions concernant les dépenses et les investissements. Ainsi, les orientations prospectives sur les politiques futures peuvent influencer les conditions financières et économiques actuelles. [2]

La stratégie peut être mise en œuvre de manière explicite, exprimée par une certaine communication de prévisions et d'intentions futures, parfois appelées guidance prospective Odysséenne (Odyssean forward guidance). Il existe également une sorte de forward guidance, appelé Delphic forward guidance. C'est une version plus souple et moins contraignante des directives visant à obtenir des effets similaires. Parmi les principales banques centrales, la Delphic forward guidance domine, bien qu'il y ait quelques exceptions comme la Réserve Fédérale américaine, ce qui la rend particulière, mais encore dans les instructions conditionnelles, ainsi que la Banque du Japon[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La politique de communication de la Réserve Fédérale Américaine a évolué au fil du temps. La politique actuelle est connue sous le nom forward guidance, mais c'est assez récent. En effet, à partir de 1994, les décisions des réunions prévues ont été annoncés au public dans un délai de quelques minutes à 2h14 du matin, Heure de l'est. Avant 1994, les décisions de politique monétaire n'ont pas été annoncées, et les investisseurs ont dû indirectement en déduire les actions de politique à travers la taille et le type des opérations d'open market dans les jours suivant chaque réunion.[4] Dans le contexte actuel, c'est ce qui pourrait être appelé reverse guidance. La politique de forward guidance est apparue dans le début des années 2000. Cela a apparemment abouti à un market timing de la stratégie, utilisé depuis 1994, "où l'indice S&P500 a en moyenne augmenté de 49 points de base dans les 24 heures avant l'annonce tenue de la réunion de la FOMC.  Ces rendements ne reviendront pas dans les jours de négociations qui suivront, et en ordre de grandeur ceux-ci seront en dehors de la limite pre-FOMC 24h avant. En conséquence, environ 80 % du montant annuel a réalisé un excès de rendements boursiers depuis 1994, et ceux-ci sont comptabilisés à la pré-annonce de la dérive de la FOMC. De plus, environ la moitié de l'excédent de rendement boursier réalisé entre janvier 1980 et mars 2011 a été gagné au cours de la pré-FOMC alors qu'il n'existe aucune preuve du retour de la pré-ouverture avant 1980. La dérive est généralement indépendante sur le plan macro-économique de l'État, des tendances du marché ou des mesures prises par la FOMC[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le point sur le concept de forward guidance, son intérêt et ses dangers », sur www.professeurforex.com (consulté le 28 juin 2018)
  2. « The Fed - FAQs »
  3. « BoE’s Carney unleashes Delphic forward guidance? @Euromoney », sur Euromoney
  4. David O. Lucca et Emanuel Moench, « The Pre-FOMC Announcement Drift », Federal Reserve Bank of New York Staff Reports, no. 512, sur Federal Reserve Bank of New York Staff Reports, no. 512,
  5. L Nilsson, « The Curious Case of the Pre-FOMC Drift »,