Daniel Lebègue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lebègue.
Daniel Lebègue
Daniel-Lebegue octobre2015 r8.JPG

Daniel Lebègue en 2015

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Daniel Lebègue, né le [1] à Lyon, est un haut fonctionnaire français, président de Transparency International France depuis 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et diplômes[modifier | modifier le code]

Daniel Lebègue est diplômé de l'Institut d'études politiques de Lyon et ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion Jean-Jaurès).

Haut fonctionnaire[modifier | modifier le code]

En 1969, il commence sa carrière au Ministère de l'Économie et des Finances en qualité d'administrateur civil de la Direction du Trésor.

De 1974 à 1976, Daniel Lebègue est attaché financier près de l'Ambassade de France au Japon[2].

De retour à la Direction du Trésor, il occupe successivement les postes de chef de bureau de la balance des paiements et des changes, Chef de bureau de la trésorerie, sous-directeur chargé du service épargne et marché financier.

En 1981, Daniel Lebègue est nommé conseiller technique auprès du cabinet du Premier Ministre Pierre Mauroy, chargé des affaires économiques et financières. En 1983, il devient directeur adjoint de la Direction du Trésor puis directeur du Trésor de 1984 à 1987[3].

En 1987, il rejoint la Banque nationale de Paris[3] en tant qu'administrateur et directeur général, puis devient administrateur et vice-président en 1996.

Le , Daniel Lebègue est nommé directeur général de la Caisse des dépôts et consignations[4],[3]. Il est remplacé à ce poste par Francis Mayer le .

Depuis 2003, il est administrateur d'Alcatel, Crédit agricole SA, Technip, Scor. Parallèlement, il est président de l'Institut du développement durable et des relations internationales, président de la section française de Transparency International[5], coprésident d’Eurofi, président d’Epargne sans frontières.

Transparency International France[modifier | modifier le code]

En 2003, Daniel Lebègue est nommé président de Transparency International France, une ONG d'ampleur internationale qui combat la corruption au sein des gouvernements.

En , alors qu'éclate la crise économique mondiale des années 2008 et suivantes, Daniel Lebègue fait campagne contre les hedge funds nichés dans les paradis fiscaux[6].

En 2011, à l'approche des élection présidentielle française de 2012, Transparency International France propose un « pacte éthique » à l'image du pacte écologique de Nicolas Hulot, et qui introduit le principe de « super procureur » pour couper les liens entre le Garde des Sceaux et le parquet. Daniel Lebègue affirme alors que « la démocracie française est malade » et se prononce contre le cumul des mandats[7].

En , dans le cadre de l'affaire des biens mal-acquis, Teodoro Nguema Obiang Mangue, fils du président de Guinée équatoriale, porte plainte contre Daniel Lebègue pour diffamation, Transparency International France s'étant portée partie civile dans ce procès[8].

En 2017, la réaction de l'opinion publique face aux éléments de l'affaire Fillon constitue pour Daniel Lebègue un « changement de culture » en France où les citoyens ne tolèrent absolument plus les techniques, mêmes indirectes, de corruption et de détournement des fonds publiques pratiquées par les représentants politiques, et voit derrière ce changement le travail de fond de Transparency International[9].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : notice « Lebègue, Daniel (1943-….) » dans le catalogue BN-Opale Plus de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Daniel Lebègue, héraut de la transparence et serviteur de l'Etat, 20minutes.fr, 10 juin 2016 (consulté le 18 juin 2017)
  3. a, b et c Lutte anti-corruption: le combat d'un ancien banquier, Challenges.fr, 19 février 2015 (consulté le 18 juin 2017)
  4. Décret du 17 décembre 1997, JORF no 293 du 18 décembre 1997, p. 18319, NOR ECOX9702466D.
  5. Les trous noirs de la finance, dossier de France Inter par Benoît Collombat - novembre 2008
  6. Catherine Chatignoux, La finance clandestine, une grave menace, selon Daniel Lebègue, Lesechos.fr, 21 octobre 2008 (consulté le 18 juin 2017)
  7. Jonathan Bouchet-Petersen, Daniel Lebègue : «La démocratie française est malade», Liberation.fr, 15 septembre 2011 (consulté le 18 juin 2017)
  8. Biens mal acquis : Daniel Lebègue mis en examen pour diffamation, Lemonde.fr, 2 octobre 2012 (consulté le 18 juin 2017)
  9. L’affaire Fillon marque un « changement de culture » [entretien], Ouest-france.fr, 9 février 2017 (consulté le 18 juin 2017)
  10. Daniel Lebègue devient le nouveau président du Bureau de l'ORSE, Actu-enrionnement.com, 24 octobre 2008 (consulté le 18 juin 2017)