Philippe Jurgensen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jurgensen.

Philippe Jurgensen, né le à Mâcon[1], est un haut fonctionnaire français, président du conseil d'orientation de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (COLB) depuis 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Jurgensen est le fils de Jean-Daniel Jurgensen et de Marie-Rose Treffot. Il est issu de la promotion Jean-Jaurès de l'école nationale d'administration[1].

En 1969, Philippe Jurgensen entre à l'IGF comme inspecteur des finances. En 1973, il est également chargé de mission au cabinet du ministre de l’Économie et des finances. En 1974, il est nommé chef de bureau au Trésor, d'abord aux aides à l'export, puis au financement de l'économie. En 1979, il devient sous-directeur aux affaires multilatérales au Trésor. En 1982, il est chef du service des affaires internationales du Trésor au ministère de l'Économie, des finances et du budget, puis directeur des relations économiques extérieures (DREE) au ministère de l’Économie, des finances et du budget à partir de 1985.

En 1987, Philippe Jurgensen est nommé administrateur-directeur général du Comptoir des entrepreneurs et PDG de CDE-Banque. En 1989, il devient directeur général de la Caisse française de développement (aujourd’hui Agence française de développement) et des instituts d’émission d’outre-mer, et président de PROPARCO. De 1995 à 1996, Philippe Jurgensen est le PDG de la Sofaris (Société française de garantie des financements des PME). En 1996, il devient le directeur de l’Agence nationale de valorisation de la recherche[2], puis président de la CCAMIP (renommée Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (ACAM) par la loi du 15 décembre 2005) à partir de 2004. En 2005, il est nommé président exécutif de la section française de la Ligue européenne de coopération économique et président de sa commission économique et sociale internationale. Il assure cette position 13 ans avant de laisser la présidence à Olivier Klein, en janvier 2018[3].

Depuis 2010, Philippe Jurgensen est le président du Conseil d'orientation de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (COLB)[4]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • Membre de la Société d'économie politique
  • Professeur d’économie à l’Institut d'études politiques de Paris
  • Jusqu’en juin 2005 : Secrétaire général du comité interministériel Eurêka, initiative intergouvernementale de soutien à la coopération technologique européenne[5],[6]
  • 1997-1999 : Membre du Conseil économique et social français
  • 1989-1995 : Administrateur de la BEI (Banque européenne d'investissement)
  • 1984-1985 : Président du Club de Paris sur le dette des pays émergents
  • 1980-1985 : Administrateur de la BEI (Banque européenne d'investissement)
  • 1979-1985 : Membre du comité monétaire européen
  • Ancien administrateur d’Havas, de la CGE (Compagnie générale d’électricité), de Matra, du CNES, de Dassault, du Crédit Lyonnais, de Paribas, d’Indosuez, de SIPAREX, et de l’IFRI (Institut français des relations internationales)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Philippe Jurgensen et Daniel Lebègue, Le Trésor et la politique financière (cours à l'Institut d'études politiques de Paris), éditions Les Cours de droit, Paris, 1985, 3 volumes de 58 p., 175 p. et 316 p., [pas d'ISBN], (notice BnF no FRBNF34979683). – Réédition : éditions Les Cours de droit, Paris, 1986, 2 volumes de 760 p. (pagination globale), [pas d'ISBN], (notice BnF no FRBNF34970140). – Réédition : éditions Montchrestien, coll. « Domat économie » Paris, 1988, 1 volume de 669 p. (ISBN 2-7076-0387-2), (notice BnF no FRBNF34957409).
  • Écu, naissance d’une monnaie, éditions Jean-Claude Lattès, 1991, 344 p. (ISBN 2-7096-0992-4), (notice BnF no FRBNF35419981) – Ouvrage lauréat du Prix de l’Académie des sciences morales et politiques – Fondation Limantour, et du prix Turgot, 1992.
  • L'Euro pour tous, éditions Odile Jacob, Paris, février 1998, 312 p.-12 p. de planches illustrées, (ISBN 978-2-7381-0556-1), (notice BnF no FRBNF36199427).
  • Le Guide de l'euro pour tous, éditions Odile Jacob, Paris, septembre 2001, 504 p. (ISBN 978-2-7381-1026-8), (notice BnF no FRBNF37742701).
  • L'Erreur de l'Occident face à la mondialisation, éditions Odile Jacob, Paris, mars 2004, 437 p. (ISBN 978-2-7381-1402-0), (notice BnF no FRBNF39146537).
  • L'Économie verte, éditions Odile Jacob, février 2009, 336 p. (ISBN 978-2-7381-2249-0), [pas de notice BN-Opale Plus] - Ouvrage lauréat du Prix Veolia de l'environnement 2010.

En outre, Philippe Jurgensen collabore régulièrement à la webradio Canal Académie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Philippe Jurgensen a été le premier époux de Françoise Chandernagor[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « CV sur le site du ministère de l'économie et des finances », sur www.economie.gouv.fr (consulté le 18 juin 2017)
  2. Fabien Claire, Interview de Philippe Jurgensen, www.journaldunet.com, 25 mai 2000 (consulté le 18 juin 2017)
  3. Ligue de coopération économique européenne, Le Figaro, 16 janvier 2018
  4. Carole Bellemare, Philippe Jurgensen promu à Bercy, Lefigaro.fr, 6 juillet 2010 (consulté le 18 juin 2017)
  5. Conseil des ministres du 27 Novembre 1996 Mesures d'ordre individuel, Discours, vie publique, 27 novembre 1996
  6. L'initiative intergouvernementale Eurêka, Site du Ministère de l'Economie, de l'industrie et de l'emploi, 2012
  7. « Françoise Chandernagor »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.francoisechandernagor.com (consulté le 9 mai 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]