Fodil Boumala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fodil Boumala
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nationalité
Activité

Fodil Boumala est un intellectuel et activste politique algérien, ancien journaliste de l'ENTV et politologue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fodil Boumala est né dans la commune de Chahna(aydalène), daira de Taher, wilaya de Jijel. il a commencé sa scolarité à Chahna puis à Taher où il a obtenu son baccalauréat, série lettres arabes, au lycée Nasri Ramdane, puis sa licence en sciences sociales à l'Université d'Alger et son magister à Alger.

À la fin des années 90,il travaille à l'ENTV comme journaliste [1] et présentateur télé, au début des années 2000 il présente l'émission Eljaliss.

Admirateur de Malek Bennabi, il intègre le Parti du Renouveau Algérien (PRA) de Noureddine Boukrouh dont il sera le traducteur attitré.

Il enseigne à l'université d'Alger et milite pour une Algérie forte et unie. En 2011, il est l'un des organisateurs de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD)[2] et politologue[3]. Il milite sur Facebook pour une assemblée constituante et la fondation d'une deuxième répulique à travers sa page « Res Republica II »[4].

Le , dans le contexte de la Révolution populaire en Algérie, l'activiste Fodil Boumala est arrêté par des agents de la police en civile à son domicile[5].Le procureur de la République demande un an de prison ferme et cent mille dinars d’amende lors de son procès du au tribunal de Dar El-Beïda à Alger, durant lequel, pour se défendre, Fodil Boumala se distingue avec son plaidoyer qui suscite les applaudissements de l'assistance[6]. Le , il est relaxé par le tribunal de Dar El Beida[7].

Le , il est le nouveau arrêté devant chez lui et placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction[8]. Il est accusé d'« incitation à attroupement non armé », « outrage à corps constitué » et « présentation de publications de nature à nuire à l’intérêt national »[9]. Le , Le juge du tribunal de Dar El Beïda, à Alger, ordonne sa remise en liberté jusqu'au procès qui est annoncé pour le [10].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. librekabylie.info
  2. Africom, Kaci Racelma, 19 février 2011
  3. Ségolène Allemandou, « Préparer la succession », France 24,‎ (lire en ligne).
  4. « FacebookTwitterEmailPrintFriendly Seule une constituante sortirait l’Algérie du statu quo, selon Fodil Boumala », sur El Watan,
  5. « Algérie : L'activiste Fodil Boumala arrêté par la BRI à Alger », sur Observ'Algérie, (consulté le 19 septembre 2019)
  6. Abdou Semmar, « Fodil Boumala donne une leçon aux juges et au pouvoir », sur algeriepartplus.com,
  7. https://www.tsa-algerie.com/alerte-fodil-boumala-relaxe/
  8. Ouramdane Mehenni, « Fodil Boumala remis en liberté », sur Algerie Eco, (consulté le 21 juin 2020)
  9. « Mandat de dépôt pour Fodil Boumala : Une arrestation et des interrogations | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 21 juin 2020)
  10. « En Algérie, le journaliste Fodil Boumala a été relâché en attendant son procès », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2020)