Filippo Palizzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Filippo Palizzi
Filippo Palazzi - Giovinetta alla sorgente (Napoli).jpg

Jeune fille à la source (Giovinetta alla sorgente, 1856, Galerie nationale d'art moderne et contemporain)

Naissance
Décès
(à 81 ans)
Rome
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Influencé par

Filippo Palizzi, né le à Vasto dans les Abruzzes, et mort le à Rome, est un peintre italien, précurseur du vérisme.

Ses frères Guiseppe, Nicola et Francesco Paolo sont également artistes-peintres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Vivant à Vasto, Filippo Palizzi découvre l'art auprès d'un modeleur de statuettes pour crèches. En 1837 il part à Naples où il devient l'élève de Camillo Guerra et Costanzo Angelini avant de passer à l'atelier de Giuseppe Bonolis, portraitiste de renom. Dans le sillage de la Scuola di Posillipo, il s'oriente progressivement vers l'observation détaillé de la réalité.

Il fut parmi les tout premiers peintres, à s'intéresser à la photographie et à la pratiquer à partir de solides connaissances techniques. Depuis l'année 1850, il était capable de préparer seul les plaques photographiques et il utilisait couramment ses propres images photographiques comme modèles pour ses peintures, ou celles d'autres photographes. Ses lettres[réf. nécessaire] montrent qu'il partagea cette pratique avec tous ses frères.

Séjour en France[modifier | modifier le code]

Invité, ainsi que ses frères, par Guiseppe à venir le rejoindre en France, il sera le seul avec Nicola à répondre à l'invitation, Francesco Paolo préférant le soleil de Naples, bientôt suivi par Nicola.

C'est à Grez-sur-Loing qu'il séjourne en premier avec Guiseppe, où il obtient l'autorisation de l'aubergiste Chevillon de construire un cabanon sur le terrain de boules de l'auberge pour lui servir d'atelier, et signe un bail de dix années. L'atelier est la plupart du temps occupé par Filippo. C'est lors de son séjour qu'il rencontre Narcisse Díaz de la Peña, Jean-Baptiste Camille Corot et Théodore Rousseau, ce qui le confirme dans ses propres orientations. Giuseppe s'installent à Marlotte, au Bocage,no 2 rue Palizzi, puis au no 100 de l'actuelle rue Gambetta, dans ce qui sera la Villa Palizzi. Les deux frères sont surnommés[réf. nécessaire] « les peintres des ânes et des chèvres », car ils en glissent dans tous leurs tableaux. Filippo réalisait le portrait de ses petites amies accompagnées d'une biquette.

Les trois frères Filippo, Nicola et Giuseppe se retrouvent à la Gobba , petit atelier construit par Giuseppe, sur la route de la Gorge aux Loups où, dans ses Souvenirs, Dominique Isengrain prétend que « les séances de pose y étaient plus langoureuses que laborieuses, que les soirées y étaient torrides et avinées, que les rires et les cris, et les chansons napolitaines et paillardes s'entendaient de loin . »

Giuseppe et Filippo partageaient volontiers leur bourse, mais également leur signature, pour la bonne raison que Giuseppe était plus côté en France et Filippo en Italie.

Giuseppe étant le seul à être resté en France, la Villa Palizzi à Marlotte fut vendue aux enchères par le notaire de Montigny, après la mort de Giuseppe en 1888.


Retour au pays[modifier | modifier le code]

Le style de Filippo Palizzi s'orienta vers une technique plus affinée et statique avec la réalisation de peintures de petites vues et de parties rustiques des alentours de Naples. Il fut surnommé[réf. nécessaire] aussi il pittore degli animali (« le peintre des animaux »), ceci à cause de ses thématiques préférées.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

La galerie d'art moderne de Naples lui rend hommage avec une salle Palizzi et un buste réalisé par le sculpteur Achille D'Orsi.

En Italie

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • Le critique Pietro Obraro[réf. nécessaire] dit : « Par ses petites touches gaies, harmonieuses, Filippo Palizzi rejoint les maîtres de la peinture française moderne qu'il admire et il exercera une influence indéniable sur les peintres du XIXe siècle italien. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guglielmo Aurini, « Filippo Palizzi », in Revue des Abruzzes, 15e année, Fasc. 1 et 2, Teramo, janvier-février 1900.
  • Raffaele Aurini, « Palizzi Filippo », in Dictionnaire bibliographique des gents des Abruzzes, vol. I, Teramo, Ars et Labor, 1952. Nouvelle édition par Fausto Eugeni, Luigi Ponziani, Marcello Sgattoni, Colledara, Andromeda éditeur, 2002, vol.IV, p. 301-321.
  • (it) Giovanna Di Matteo et Cosimo Savastano, Filippo, Giuseppe, Nicola, Francesco Paolo Palizzi del Vasto, Sant'Atto di Teramo, Edigrafital, 1999.
  • (it) Corrado Anelli, Fausto Eugeni, Cosimo Savastano, photographes des Abruzzes des années 1800 et du début de 1900, Sant'Atto di Teramo, Edigrafital, 2002, pp.IX-XIII, (collana Scatti d'Epoca, n.6)
  • Cosimo Savastano, « Palizzi Filippo », in Gents d'Abruzzes. Dictionnaire biographique, Castelli, Andromeda éditeur, 2006, vol. 7, p. 235-242.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :