Ferrite (céramique ferromagnétique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrite.
image illustrant les techniques, les sciences appliquées ou la technologie
Cet article est une ébauche concernant les techniques, les sciences appliquées ou la technologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ferrites utilisées pour réduire les parasites électromagnétiques sur des câbles.
Quelques circuits magnétiques en ferrite utilisés dans les transformateurs et les inductances.

La ferrite est une céramique ferromagnétique[1] obtenue par moulage à forte pression et à haute température (>1 000 °C) à partir d’oxyde de fer Fe2O3XO (où X : manganèse, zinc, cobalt, nickel, etc.). Ce matériau existe aussi à l’état naturel sous forme de ferrite de plomb PbFe12O19, appelé magnétoplombite. Elle est très utilisée en électronique et permet de mettre en œuvre des applications diverses et variées grâce à ses propriétés.

La ferrite est un matériau très dur, difficile à usiner et assez fragile, de couleur grise à noire. La température de Curie (propriété caractéristique des matériaux magnétiques) de ce matériau est généralement comprise entre 125 et 350 °C.

Ferrites dures frittées[modifier | modifier le code]

Ce sont des aimants synthétiques où le plomb peut être remplacé :

  • Soit par le baryum, pour les applications nécessitant une induction rémanente élevée ;
  • Soit par le strontium, pour les matériaux soumis à un fort champ magnétique démagnétisant.

Les cristaux des ferrites dures ont la capacité de s'orienter dans un champ magnétique. Les propriétés magnétiques sont alors supérieures dans la direction de l’orientation. Cependant, les cristaux correspondant à des mono-domaines de Weiss et ayant un certain degré de liberté les uns par rapport aux autres sont les seuls à pouvoir s’orienter. Avec les différentes techniques de broyage (d’où l’appellation ferrites frittées), le taux d'orientation des cristaux peut être supérieur à 90%, tout en n’entraînant aucune augmentation de la rémanence. Les ferrites sont alors dites anisotropes. Cependant, si lors de la préparation, aucun champ extérieur n’est appliqué sur la ferrite, il s’agira alors de ferrite isotrope.

Les ferrites dures frittées sont des céramiques, elles sont alors très stables chimiquement et temporellement par les éléments les composant.

Ferrites isotropes[modifier | modifier le code]

Les domaines magnétiques sont statistiquement orientés. Il est donc préférable d'utiliser les ferrites dures isotropes dans des applications nécessitant de faibles champs magnétiques, telles que : les attractions de faibles puissances, les pièces de réglage des faisceaux dans les tubes de télévision ; ou quand la propriété d'isotropie est nécessaire, telles que : les cylindres magnétiques pour photocopieurs par exemple.

Ferrites anisotropes[modifier | modifier le code]

Il s'agit du type de ferrite le plus répandu. Il existe plusieurs catégories de matériaux anisotropes.

La première répertorie les matériaux à rémanence élevée, avec les ferrites de baryum et les ferrites de strontium. Les ferrites de baryum sont adaptées aux applications statiques : les aimants des haut-parleurs par exemple. Les ferrites de strontium sont quant à elles plus adaptées pour les applications dynamiques ou lorsqu'un champ démagnétisant extérieur est présent, car elles présentent une bonne résistance à la désaimantation. Le moteur électrique est un bon exemple : les moteurs électriques à courant continu placés dans les voitures ou encore pour l’électroménager.

La deuxième catégorie rassemble les matériaux à haute coercitivité. Ils sont réalisés avec du ferrite de strontium mélangée à de l'oxyde d’aluminium ou de chrome en quantité variable. Cela permet d’ajuster le champ coercitif. Il ne faut pas oublier qu’un fort champ coercitif de l’aimantation ne peut être obtenu qu’au détriment de la rémanence. De-même que pour la première catégorie, les applications sont similaires. Cependant, cette fois-ci des champs démagnétisant intenses peuvent entrer en jeu. Pour l’exemple de moteurs électriques, les matériaux à haute coercitivité sont utilisés si les moteurs doivent avoir une certaine résistance au froid.

Ferrites liées[modifier | modifier le code]

Ces composés sont fabriqués à partir de poudre de ferrite mélangée à des agents liants. Il est alors possible de réaliser :

  • Des aimants souples si l’agent liant est un thermoplastique souple ;
  • Des aimants rigides si l'agent liant est une résine thermodurcissable.

Les aimants peuvent aussi obtenir une anisotropie magnétique lors de la fabrication soit pas application d’un champ magnétique, soit pas laminage lors de la création d’aimant sous forme de ruban. Grâce à ce type de ferrite, il est possible d’obtenir des aimants de formes complexes.

Propriété des aimants

La proportion massique de poudre de ferrite peut varier de 75 à 94% selon l'application. Ainsi la masse volumique varie beaucoup et les propriétés magnétiques aussi.

Par ailleurs, les propriétés chimiques et physiques de l’aimant sont fortement liées à la qualité de l’agent liant ajouté et à la densité de la poudre de ferrite. Les aimants ferrites liées sont des matériaux peu fragiles. Ainsi, la résistance à la rupture est garantie de 30 à 150 MPa (liée aux propriétés chimiques et physiques).

Plasto-ferrite (le plus utilisé pour la fabrication d’aimant)

Il s’agit d’un composé de poudre de ferrite mélangé à un liant thermoplastique. Ce composé associe les propriétés magnétiques de la ferrite aux propriétés mécaniques du thermoplastique. Dans la majorité des cas, les aimants de plasto-ferrite sont des aimants souples : cela est lié au liant utilisé.

Le marché des aimants à base de ferrite[modifier | modifier le code]

Le marché automobile est un gros utilisateur de ces aimants. En effet, ils sont très utilisés pour les moteurs électriques, par exemple pour les essuie-glaces. De plus, les ferrites dures sont utilisées dans un grand nombre d’applications industrielles pour la confection de moteurs, où la puissance est un paramètre important à prendre en compte. Des matériaux à champ coercitif élevé sont utilisés pour que l’aimant résiste à l’induction. Il y a aussi les fauteuils roulants pour personnes handicapées, différents objets portatifs et bien d’autres applications qui utilisent ce type de matériau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Techniques de l’Ingénieur, Aimants permanents – Matériaux et propriétés, Mai 2009, par Jean-Marie LE BRETON, Luc LECHEVALIER, Philippe TENAUD, Antoine MOREL.

Techniques de l’Ingénieur, Aimants permanents – Matériaux et applications, Juin 1996, François LEPRINCE-RINGUET.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]