Température de Curie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matériau TC (K)
MnB 578
MnOFe2O3 573
Y3Fe5O12 560
Cu2MnIn 500
CrO2 386
MnAs 318
Gd 292
Au2MnAl 200
Dy 88
EuO 69
CrBr3 37
EuS 16,5
GdCl3 2,2
Matériau TC (K)
Co 1 388
Fe 1 043
Fe2B 1 015
SmCo5[1] 995
FeOFe2O3 858
NiOFe2O3 858
CuOFe2O3 728
MgOFe2O3 713
MnBi 630
Cu2MnAl 630
Ni 627
MnSb 587
Nd2Fe14B[1] 585

Dans un matériau ferromagnétique ou ferrimagnétique, la température de Curie, ou point de Curie, est la température TC à laquelle le matériau perd son aimantation permanente[2]. Au-dessus de cette température, le matériau est dans un état magnétiquement désordonné dit paramagnétique. Cette transition de phase est réversible ; le matériau retrouve ses propriétés ferromagnétiques quand la température redescend en dessous de la température de Curie. En revanche il a perdu son ancienne aimantation, même s'il peut être aimanté à nouveau.

Origine[modifier | modifier le code]

Cette température caractéristique tire son nom de Pierre Curie, le physicien français qui l'a découverte en 1895[2].

Par analogie, on parle également de température de Curie dans les matériaux ferroélectriques pour désigner la température de transition entre les phases paraélectrique et ferroélectrique. Cette température est habituellement marquée par un maximum de la constante diélectrique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b matériaux magnétiques en génie électrique - Hermes Sciences-2006
  2. a et b point de Curie, sur le site larousse.fr, consulté le 16 avril 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]