Famille Niel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Niel.

Niel
Armes de la famille.
Armes de la famille : Niel

Blasonnement d'azur, à un L d'or, surmonté d'un nid renfermant trois oiseaux d'argent
Pays ou province d’origine Comminges
Demeures Brioudes
Château d'Aufréry
Charges Ministre de la Guerre
Fonctions militaires Maréchal de France
Général
Récompenses militaires Ordre de la Légion d'honneur

La famille Niel est une ancienne famille de la bourgeoisie française. Elle s'est illustrée dans les carrières militaire, juridique et politique, principalement sous le Second Empire.

De cette famille est issu le maréchal de France et ministre de la Guerre, Adolphe Niel (1802-1869), dont les descendants (branche de Paris) appartiennent à la noblesse pontificale depuis 1877.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La famille Niel est connue depuis le XVIIe siècle dans le village de Goyrans situé dans le sud de l'agglomération toulousaine non loin des premières terres de l'ancienne province du Comminges. Elle s'est ensuite installée près de Muret (Haute-Garonne).

Titre[modifier | modifier le code]

La famille Niel a obtenu en 1877, par bref pontifical, le titre héréditaire de comte Niel[1].

Branches[modifier | modifier le code]

  • Les deux branches issues de Muret, sont :
    • Paris (branche issue d'Adolphe Niel dont le fils Léopold Niel sera le 1er comte Niel)
    • Mauressac (Haute-Garonne)

Généalogie[modifier | modifier le code]

Cette généalogie simplifiée de la famille Niel (XVIIIe siècle - XIXe siècle) est issue des travaux d'André Delavenne[2].

  • Joseph Niel, il épouse Christine Lamothe. Ils ont pour enfants :
    • André Niel, né à Muret en 1799, président de Chambre à la Cour de Toulouse, officier de la Légion d'honneur, mort à Toulouse en 1867. Il avait épousé Louise de Saget. Ils ont pour enfant :
      • Charles Niel, né à Muret en 1837, maire de Muret, conseiller général de Haute-Garonne, député
    • Adolphe Niel, qui suit
  • Adolphe Niel, né à Muret en 1802, élève à l'école polytechnique, maréchal de France, sénateur de l'Empire, ministre de la Guerre, président du Conseil général de la Haute-Garonne, grand-croix de la Légion d'honneur, mort à Paris en 1869. Il avait épousé Clémence Maillères, créée comtesse par bref pontifical du 7 avril 1877 et autorisée à porter ce titre en France par décret du président de la République du 25 septembre 1877. Ils ont pour enfants :
    • Léopold Niel, qui suit
    • Paul Niel, il épouse Marie-Noémie de Gauléjac, il meurt à Mauressac en 1892. Ils ont pour enfant :
      • André Niel, il naît à Auterive en 1877, propriétaire, il épouse à Castres en 1907 Jeanne Barbara de Labelotterie de Boisséson, fille de Paul Barbara de Labelotterie, "marquis de Boisséson", et de Charlotte de Lonjon. Il est l'auteur de la branche des Niel (de Mauressac).
  • Léopold Niel, comte Niel, il naît en 1846, général de brigade, officier de la Légion d'honneur, créé comte héréditaire par bref pontifical du 7 avril 1877 et autorisé à porter ce titre ad personam en France par décret du président de la République du 25 septembre 1877. Il épouse à Paris en 1878 Marthe Clary, fille de François-Jean Clary et de Sidonie Talabot, il meurt à Nantes. Ils ont pour enfants :
    • Adolphe Niel ( -1966), 2e comte Niel, chef d'escadron, amateur d'art, marié avec Victoire de Gasquet-James
    • Gaston Niel, qui suit
    • Paul Niel, né à Nantes en 1887, il épouse Olga de Azevedo-Macedo
      • François Niel (1936-), 5e comte Niel
        • Florence Niel
  • Gaston Niel, 3e comte Niel à la mort de son frère Adolphe en 1966, il naît à Tours en 1880, comte romain, président de la fédération nationale des sociétés de courses de France, chevalier de la Légion d'honneur, il épouse à Paris en 1909 Marie-Jeanne-Léontine de Bryas-Desmier d'Archiac, fille de Jacques de Bryas et d'Ida de Gramont, il meurt en 1970
    • Jacques Niel (1909-2000), 4e comte Niel, célibataire, président d'honneur de la Société du patrimoine du Muretain
    • Marthe Niel

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les principales personnalités de la famille Niel sont[3] :

Muret
  • Gustave Niel, né en 1799, membre de l'académie de législation de Toulouse dont il est un temps président, conseiller à la cour d'appel de Toulouse en 1852, président de chambre à la cour impériale de Toulouse en 1862, conseiller général de la Haute-Garonne, officier de la Légion d'honneur
  • Charles Niel, né le 29 juillet 1837 à Muret, mort le 9 septembre 1918 dans la même ville, maire de Muret et conseiller général (1868), élu député de la Haute-Garonne (1877, 1879, 1885), un temps substitut du procureur général à Toulouse
  • André Niel, maire d'Auterive puis de Mauressac (Haute-Garonne), chevalier de la Légion d'honneur
Paris
  • Adolphe Niel (1802-1869), maréchal de France et ministre de la Guerre. Du mariage d'Adolphe Niel avec Clémence Maillères (1822-1901), naîtront deux enfants :
    • Léopold Niel, général commandant la brigade de cavalerie du 6e corps d'armée à Reims, membre du comité technique de la cavalerie, créé comte héréditaire par bref pontifical de Pie IX du 7 avril 1877 (titre autorisé à être porté en France, pour lui-même et sa mère, par décret du maréchal de Mac Mahon, président de la République, du 25 septembre 1877)[1], officier de la Légion d'honneur
    • Amélie Niel, femme du comte Gaston Duhesme, général de division
  • Gaston Niel, comte romain, président de la fédération nationale des sociétés de courses de France, chevalier de la Légion d'honneur

Possessions[modifier | modifier le code]

La famille Niel a possédé des propriétés dans la région toulousaine, dont[4] :

  • domaine de Brioudes, près de Muret
  • château d'Aufréry, près de Toulouse, acheté par le maréchal Niel

Divers[modifier | modifier le code]

  • Palais Niel, demeure construite à Toulouse pour le maréchal Niel
  • Avenue Niel, avenue de Paris en souvenir du maréchal Niel
  • Loi Niel, loi proposée par le maréchal Niel, alors ministre de la Guerre, à Napoléon III pour réformer et moderniser l'armée française
  • Prix Niel, course hippique de plat en souvenir de Gaston Niel, petit-fils du maréchal Niel

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille Niel sont[3] : Lamothe, de Saget, de Pistoye, Maillères (1843), Clary (1878), Duhesme, de Gauléjac[5], Barbara de Labelotterie de Boisséson (1907), de Bryas (1909), Pihan de La Forest, etc.

Armes, blasons, devises[modifier | modifier le code]

  • Niel : d'azur, à un L d'or, surmonté d'un nid renfermant trois oiseaux d'argent[6] (armes parlantes).
  • Titre : comte Niel (depuis 1877 pour la branche de Paris)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Révérend (A., vicomte), Titres et confirmations de titres, Monarchie de Juillet, 2e République, 2e Empire, 3e République, 1830-1908, page 622.
  2. André Delavenne, Bourgeoisie ancienne, tome 1, page 334.
  3. a et b Christophe Marquez, Le maréchal Niel (Revue de l'Association de sauvegarde du patrimoine muretain). André Delavenne, Bourgeoisie ancienne, page 334.
  4. Le Maréchal Niel 1802-1869, Stéphane Faudais, Paris Giovanangeli ed., 2012.
  5. Gauléjac (de).
  6. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur http://www.euraldic.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Faudais, Le Maréchal Niel (1802-1869), mars 2012, éd. Bernard Giovanangeli, 317 pages
  • André Delavenne, Bourgeoisie ancienne, tome 1, page 334
  • Révérend (A., vicomte), Titres et confirmations de titres, Monarchie de Juillet, 2e République, 2e Empire, 3e République, 1830-1908