Félix de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Savoie.

Félix de Savoie
Dom Felice di Savoia
Naissance 1604
Probablement Turin
Décès (à 40 ans)
Turin
Origine Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Famille Maison de Savoie

Blason de Dom Félix de Savoie


Félix de Savoie, connu le plus souvent sous le nom de « Dom Felix de Savoie » (en italien « Dom Felice di Savoia »), né en 1604 et mort le [1] à Turin, fils naturel légitimé du duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie, est Lieutenant Général du Comté de Nice de 1625 à 1632, et Lieutenant Général et Gouverneur du Duché de Savoie de 1634 à 1644.

Pendant la Guerre Civile Piémontaise, il est le seul membre de la Maison de Savoie qui soutient de manière constante la régente Christine de France (« Madame Royale »)[1].

Il est seigneur de Baldissero d’Alba, de Farigliano, de Sommariva Perno et de Serravalle Langhe[2]..

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Félix de Savoie est le fils, né hors mariage, de Charles-Emmanuel Ier de Savoie et de Gentine ou Argentine Provana, fille de François Provana (mort en 1644), comte de Collegno et Grand Chancelier de Savoie[3]. Sa famille paternelle compte une vingtaine de demi-frères et de demi-sœurs. Il est le neveu de l'archevêque de Turin Antonio Provana di Collegno.

Carrière[modifier | modifier le code]

Lieutenant Général du Comté de Nice[modifier | modifier le code]

Gouverneur et Lieutenant Général du Duché de Savoie[modifier | modifier le code]

Le , il renouvèle les dispositions prises par Victor-Amédée Ier de Savoie, à Vercelli, le , pour faire détruire, aux frais des étapes de Saint-Jean-de-Maurienne, de Lanslebourg et de Modane, le Fort Allamand (dit Fort-Sarrasin) Pontamafrey[4].

Sépulture[modifier | modifier le code]

Il est inhumé dans la crypte de la Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin. Ses restes sont transférés, sur ordre du roi Charles-Albert, à Abbaye Saint-Michel-de-la-Cluse en 1836[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) Giovanni Battista Adriani, , Referendario Apostolico, primo Consigliere e Auditore Generale del Principe Cardinale Maurizio di Savoia: Con un saggio di lettere e monumenti inediti, Turin, Tip. Ribotta, (lire en ligne)
  2. a et b (it) Felice Carrone Di San Tommaso, Tavole genealogiche della real casa di Savoia, Turin, Giuseppe Bocca, (lire en ligne), p. 40
  3. Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoie ou Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoie justifiée par titres, fondations de monastères, manuscrits, anciens monumens, histoires, et autres preuves authentiques, t. 2, chez Jean-Michel Briolo, (lire en ligne), p. 445.
  4. Couvert, curé de Pontamafrey, et Buttard, curé de Saint-Sorlin, Travaux de la Société d'histoire et d'archéologie de la province de Maurienne : Notice sur le Fort-Sarrazin à Pontamafrey, t. I, Série 2, Saint-Jean-de-Maurienne, Société d'histoire et d'archéologie de la province de Maurienne, (lire en ligne)