Félix Faure (1780-1859)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Félix Faure.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faure.
Félix Faure
Fonctions
Pair de France
-
Député
Isère
-
Député
Isère
-
Député
Isère
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail
Formation
Faculté de droit (Paris, 1806-1896) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Distinction

Félix Faure, né à Grenoble le 18 mai 1780 et mort à Paris le 28 janvier 1859, est un magistrat et homme politique français.

Docteur en droit en 1810, il est conseiller auditeur à la cour d'appel de Grenoble en 1811, puis substitut général en 1817. Avocat général en 1819, il est conseiller en 1822. Il est député de l'Isère de 1828 à 1832, siégeant à gauche et signant l'adresse des 221. Il est premier président de la cour d'appel de Grenoble en 1830 et conseiller à la cour de Cassation en 1841. Il est pair de France de 1832 à 1848. On se souvient de lui aussi pour avoir été l'un des plus proches amis de Stendhal, qu'il a connu dès l'école.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Désiré Félix Faure[1] naît à Grenoble le 18 mai 1780, fils d'Étienne Antoine Faure (1743-1823), receveur général des finances du Dauphiné.

Il obtient le doctorat en droit en 1810. Il entre dans la magistrature en 1811 comme conseiller auditeur à la cour d'appel de Grenoble, ville où il fait toute sa carrière de magistrat avant sa nomination à la cour de cassation. Il devient substitut du procureur général en 1817, avocat général en 1818, conseiller à la cour en 1819, président de chambre en 1828 et enfin premier président en 1830. Le 11 juillet 1836, il est nommé conseiller à la cour de cassation. Il prend sa retraite le 25 avril 1848.

Félix Faure s'intéresse à la question de l'instruction populaire ; il voit dans les méthodes de Pestalozzi et de Joseph Lancaster et dans la mise en œuvre de l'enseignement mutuel des moyens de répandre l'instruction dans les couches populaires. Il se fait remarquer ainsi des milieux libéraux et, en particulier, de celui qui en est le représentant le plus influent en Dauphiné, le banquier et industriel Augustin Perier[2].

En 1828, poussé par Augustin Perier, il se présente à la députation dans la circonscription de Vienne, où il avait des attaches familiales[3] ; il est élu très largement le 28 avril 1828 par 128 voix contre 30 à Miremont, candidat conservateur, et 18 à un personnage connu, Antoine Français de Nantes, plusieurs fois député, ancien préfet et futur membre de la Chambre des pairs de la Monarchie de Juillet[2].

Il avait connu Stendhal à l'école et ils restèrent longtemps des amis très proches, mais, entre le haut serviteur de l'État à la carrière brillante et l'écrivain désenchanté, une distance finit par s'installer[4]. Vers 1840, Félix Faure écrit : « Éviter de parler du Beyle d'aujourd'hui, irrité, aigri, détrompé parce qu'il a été trompé ; mais beaucoup du Beyle primitif, si loyal, si bon, si franchement bienveillant. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son prénom usuel est Félix, comme en témoignent les rapports et documents produits aussi bien comme député que comme magistrat. Cf. Fiche sur le site data.bnf.fr.
  2. a et b Jacques Félix-Faure, Un compagnon de Stendhal : Félix Faure, pair de France (1978), p. 115 et suiv. (en ligne).
  3. Son grand-père maternel, Joseph Désiré Goy, ingénieur des Ponts et chaussées, y avait aménagé les quais du Rhône et le notaire Alexandre Boizat, son cousin germain, y jouissait d'une très grande influence.
  4. « Pendant trente ans, avant d'être non pas rompue mais soudain "distanciée", cette amitié se maintint, non pas seulement habitude fraternelle, mais chaleur affective, affinité intellectuelle… ». Yves Florenne, Le Monde, 16 mars 1979, p. 19.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Félix-Faure, Un compagnon de Stendhal : Félix Faure, pair de France (« Collection stendhalienne », 21), Éditions du Grand Chêne / Droz, 1978, VI-226 p., ill. (ISBN 978-2-600-04339-7) (en ligne)
  • Marcel Rousselet, La magistrature sous la monarchie de Juillet, Paris, Sirey, 1937, Appendices, p. 458.
  • Serge Maury, « Les magistrats dauphinois au XIXe siècle », Bulletin mensuel de l’Académie delphinale, 10e série, 12e année, no 8, octobre 1999, p. 194.

Liens externes[modifier | modifier le code]