Eugénie Sellers Strong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eugénie Sellers Strong
Archéologue
Image illustrative de l’article Eugénie Sellers Strong
Portrait d'Eugénie Sellers Strong par Constance Phillott (1890)
Présentation
Naissance
Londres
Décès (à 83 ans)
Rome
Nationalité britannique

Eugénie Sellers Strong (Londres, 25 mars 1860-Rome, 16 septembre 1943) est une archéologue britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née d'un père anglais et d'une mère française, son enfance se passe en Espagne, en France et en Italie.

Elle fait ses études au Girton College (1890) puis devient la première femme à étudier à la British School at Athens. Élève de Adolf Furtwängler à Berlin, elle épouse en 1897 le bibliothécaire de la Maison des lords, Sandford Arthur Strong (en) à qui elle succédera lors du décès de celui-ci en 1904 comme bibliothécaire du duc de Devonshire à Chatsworth.

Directrice adjointe de la British School of Archaeology à Rome (1909), elle y devient une personnalité importante de l’archéologie par le salon qu'elle y tient.

Spécialiste de l'art romain, le manuel qu'elle publie sur le sujet (1908) et qu'elle traduit elle-même en italien en 1923 est considéré comme « le meilleur manuel en langue anglaise... »[1].

En 1903, elle participe à l'organisation de l'exposition du Burlington Fine Arts Club (en) sur l'art grec et travaille à l'établissement du catalogue. Elle publie en 1928 le catalogue de la collection de Lord Melchette et elle enseigne à l'Archaeological Institute of America (les Charles Eliot Norton Lectures).

Travaux[modifier | modifier le code]

  • The elder Pliny's chapters on the History of Art, 1896
  • Roman Sculpture from Augustus to Constantine, 1908
  • Greek and Roman Antiques, 1913-1914
  • Sculptura romana da Augusto a Constantino, 2 vols., 1923 et 1926
  • Apotheosis and After Life. Art of Ancient Rome from the earliest times to the time of Justinian, 1928

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. M. Richter, American Journal of Archaeology, janvier-mars 1944, p. 79
  • G. Scott Thomson, Mrs. Arthur Strong: A Memoir, 1949
  • C. Picard, Revue archéologique, 1950, p. 93
  • S. L. Dyson, Eugénie Sellers Strong: Portrait of an Archaeologist, 2004
  • Ève Gran-Aymerich, Les Chercheurs de passé, Éditions du CNRS, 2007, p. 1179 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ève Gran-Aymerich, voir bibliographie, p. 1181

Liens externes[modifier | modifier le code]