Erik Gustaf Geijer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Erik Gustaf Geijer
Erik Gustaf Geijer.jpg
Fonction
Député au Riksdag
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ransäter (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
Q54006791Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Vieux cimetière d'Uppsala (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université d'Uppsala (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Johanna Ulrika Agnes Geijer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Œuvres principales
På nyårsdagen 1838 (d), Records of Sweden (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature d'Erik Gustaf Geijer
signature
Statue de Geijer à l'Universitetsparken à Uppsala.

Erik Gustaf Geijer, né le , et mort le , est un écrivain suédois, historien, poète, philosophe et compositeur. Ses écrits ont servi à promouvoir le nationalisme romantique suédois. Il a également été un défenseur influent du libéralisme[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Erik Gustaf Geijer naît le à Ransäter (en)[2], dans la commune de Munkfors dans le comté de Värmland. Il étudie au gymnasium de Karlstad puis à l'université d'Uppsala, où il obtient sa maîtrise en 1806. En 1803, il concourt avec succès pour un prix historique offert par l'Académie royale des sciences de Suède. En 1809, il voyage en Angleterre. L'année suivante, il devient professeur d'histoire à Uppsala, et en 1815 assistant d'Eric Michael Fant. Succédant à Fant, Erik Gustaf Geijer est professeur d'histoire à partir de 1817 à l'Université d'Uppsala où une statue lui rend hommage aujourd'hui. Il est recteur de l'université d'Uppsala durant les années 1822, 1830, 1836 et 1843-1844. En tant que représentant de l'université, il est membre du clergé de l'Église de Suède : 1828-1830 et 1840-1841. Il est membre de Académie suédoise (siège 14) à partir de 1824. En 1835, il devient membre de l'Académie royale des sciences de Suède[3],[4].

Il est également un membre fondateur de la Geatish Society (suédois : Götiska förbundet). Dans le premier numéro de son périodique, Iduna, parraît le plus célèbre poème de Geijer Le Viking (suédois : Vikingen), qui décrit le viking comme le Norseman héroïque que beaucoup d'entre nous peuvent imaginer aujourd'hui et qui a marqué un tournant dans la réhabilitation de la culture nordique parmi le peuple suédois. Il collabore également avec Arvid August Afzelius, dans la collection en trois volumes de chansons populaires suédoises, Svenska folk-visor från forntiden (Stockholm, 1814 à 1816)[5].

Geijer est également un historien de renom, bien qu'il n'achève pas l'une des vastes entreprises qu'il prévoyait. Des Registres de la Suède (suédois : Svea Rikes häfder), qui devaient couvrir l'histoire de son pays natal des âges mythiques jusqu'à son époque, il ne termine que le volume d'introduction. Son Svenska Folkets historia (3 vol., 1832-1836), qui devait faire partie de la série d'histoires européennes éditée par Léon et Ukert, n'est pas portée au-delà de l'abdication de la reine Christine de Suède (1654), la raison en étant probablement la conversion de l'auteur au libéralisme en histoire et en politique. Il a toutefois été suggéré que la déclaration de Geijer en faveur du libéralisme était peut-être autant une sortie du placard qu'une véritable conversion. Aussi incomplètes qu'elles soient, ces œuvres sont des contributions très appréciées à l'histoire suédoise. Son Histoire des suédois jusqu'à Charles X a été traduite en anglais par Turner, avec introduction biographique (Londres, 1845)[4].

Geijer est chargé d'examiner et d'éditer les documents que Gustavus III a légué à l'Université d'Uppsala, à condition qu'ils ne doivent pas être ouverts pendant cinquante ans après sa mort. Dans l'accomplissement de sa charge, Geijer organise ces articles dans un ouvrage paru en 1843-1845 sous le titre de Gusstaf III's efterlemnade papper, mais ils ne contiennent que peu ou aucune valeur[4].

Bien qu'il devienne célèbre en tant qu'auteur nationaliste, Geijer change d'avis au cours de sa vie. Au cours des dix dernières années de sa vie, il prend une part active à la vie politique et commence à défendre la réforme sociale et le libéralisme[4],[6]. Bien que ses écrits politiques possèdent un grand mérite, la polyvalence même de ses pouvoirs le détourne de les appliquer méthodiquement à l'élaboration complète d'un sujet en particulier[4].

En 1846, l'aggravation de son état de santé le contraint à démissionner de son poste de professeur à Uppsala. Il meurt à Stockholm. Il laisse quelques mémoires personnels, Minnen (Upsala, 1834). Ses œuvres rassemblées, Samlade Skrifter, avec un traité bibliographique de Teodblad (8 vol.), paraissent à Stockholm (1873 à 1875)[4].

Geijersgården[modifier | modifier le code]

Geijersgården est un manoir historique situé à Uppsala, au nord de la bibliothèque de l'Université d'Uppsala. Geijersgården est nommé d'après Erik Gustaf Geijer, qui y vécut de 1837 à 1846. Le bâtiment principal a été construit entre 1737 à 1738. Le domaine a acquis son aspect actuel vers 1850[7].

En 1934, le domaine a été repris par l'Université d'Uppsala et depuis 1965 a abrité la Fondation Dag Hammarskjöld (Hammarskjöldfonden). Le bâtiment a été restauré en 1983 après un incendie dans lequel les parties occidentales de l'immeuble ont été gravement endommagés. Les bâtiments sont classés en tant que propriétés historiques vertu de la Loi monuments culturels suédois (Kulturminneslagen)[8].

Sélection d'œuvres[modifier | modifier le code]

  • Om falsk och sann upplysning med avseende på religionen (1811)
  • Thorild: Tillika en filosofisk eller ofilosofisk bekännelse (1820)
  • Svea rikes häfder (1825)
  • Svenska folkets historia, I-III, 1832–36
  • Minnen (1834)

Œuvres musicales[modifier | modifier le code]

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Violin Sonata in G minor, 1819
  • Violin Sonata in D minor
  • Violin Sonata in F
  • Violin Sonata in A♭
  • Sonatine for cello and piano, 1838?
  • Piano trio in A♭
  • Piano Quartet in E minor, 1825, published 1865
  • Piano Quintet in F minor, 1823
  • String Quartet in F, 1830s
  • String Quartet in B, 1846-47

Piano[modifier | modifier le code]

  • Piano sonata in G minor, 1810
  • Fantasi in F minor, 1810
  • Divertimento, 1824
  • Midnattsfantasi, 1833
  • Scherzo, 1838
  • Aftonstunder for piano, 1840
  • Double sonata E♭ for four-hands, one piano, 1819
  • Double sonata F minor for four-hands, one piano, published 1820.

Chansons[modifier | modifier le code]

(ses propres mots, sauf indication contraire)

  • Sångstycken med ackompagnement för Piano-forte (1834)
    • Söderländskan i Norden ; I en ung flickas album ; Blomplockerskan ; Bilden ; Tonerna ; De små (duet) ; Höstvisa (duet) ; Soldatflickorna (duet)
  • Nya sånger med ackompanjement för piano-forte (1836)
    • Vårsång (trio) ; Den första sommarfläkten (trio) ; I dansen (duett) ; På sjön (a cappella choir) ; Avsked med eko (a cappella choir) ; Aftonkänsla (a cappella choir) ; Skärsliparegossen ; Reseda ; Ur dansen
  • Nyare sånger till forte-piano (1837)
    • Barndomsminnen ; Min hustrus visa ; Gräl och allt väl ; Min music ; Vallflickans aftonvisa ; Första aftonen i det nya hemmet ("Jag vet en hälsning mera kär") ; Husarbrudarna (duet) ; Marsch ("För Gud och sanning") (men's chorus)
  • Gammalt och nytt. Sånger för forte-piano. (1838)
    • Spinnerskorna (duet) ; På nyårsdagen ; Den lilla kolargossen (The Little Charcoal-burner) ; Riddar Toggenborg ; Anderöst (Per Daniel Amadeus Atterbom) ; From Lidner's Medea (I) and (II) (Bengt Lidner) ; Den slumrande lilla flickan (Carl Wilhelm Böttiger)
  • Sånger till forte-piano. 5:e häftet. (1839)
    • Vår och saknad (duet) ; Kom! Farväl! (duet) ; Anna (duet) ; Den femtiosjätte födelsedagen ; Kommer ej våren ; Salongen och skogen ; Sångerskan ; Flicktankar ; Gondolieren
  • Sånger till forte-piano. 6:e häftet. (1840)
    • Aftonklockan ; Natthimmelen (The Night Sky) ; Höstsädet ; Min politik (My politics) ; Tal och tystnad (Speech and Silence, 1838); På vattnet ; Studentsång ("Fädernesland, vars härliga minnen") (men's chorus) ; Aftonbetraktelse (mixed choir) (Carl Wilhelm Böttiger)
  • Sånger till forte-piano. 7:e häftet. (1841)
    • Flickorna (duet) ; På dagen av mitt silverbröllop (duet) ; Afton på sjön (duet) ; På en väns födelsedag (duet) ; På en resa i hembygden ; Vallgossens visa ; Juldagen 1840 ; Vad jag älskar ; Stjärnglansen
  • Sånger till forte-piano. 8:e häftet. (1842)
    • Det fordna hemmet ; Mod och försakelse (1839, for Jenny Lind) ; Till min dotter ; Sparvens visa ; Vid en väns tillfrisknande ; Den sörjandes morgon ; Avskedet ; Han ; Det sextionde året (duet) ; Aftonen (trio) ; Solens nedgång i havet (mixed choir)
  • Sånger till forte-piano. 9:e häftet. (1846)
    • Den enfaldiga visan ; Arbetarens visa ; Skridskovisa ; Den nalkande stormen ; Två sånger utan ord (piano)

Autres œuvres vocales[modifier | modifier le code]

  • Musik för sång och för fortepiano (with Adolf Fredrik Lindblad (1824)
  • Aftonstunder vid piano-forte tillegnade min dotter (1840)
    • Tillegnan
  • Bragurmannen (songs by Geijer, Adolf Fredrik Lindblad and Johan Erik Nordblom) (1845)
    • Tålamod
    • Harmoniens makt (duet)
  • Other songs
    • Vikingen (The Viking, 1811) ; Odalbonden ; Den siste skalden ; Aftonbön på Ransberg ; Majbetraktelser ; Emma (Johan Olof Wallin) ; Förgät mig ej (possibly Geijer's last song, 1846, published in Nordstjernan, 1847) ; Skaldens farväl ; Mignon
  • Other duets
    • Berg och dal ; Slädfarten ; Vid en väns tillfrisknande (duet version) ; Kärleken på resan genom lifvet
  • Other trios

Autres œuvres pour chœur mixte[modifier | modifier le code]

  • Minne och hopp
  • Var lyckan bor
  • 1841
  • Varning, hopp och bön
  • Serenad (Serenata)

Autres œuvres pour chœur d'hommes[modifier | modifier le code]

  • Svanhvits sång
  • Studentmarsch ("Att älska Gud, kung, Fädernesland")
  • Till mina vänner
  • Vandrar du än

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andræ, Carl Goran (1983) Siare och nationalmonument: Historikern Erik Gustaf Geijer, 1783-1847 (Almqvist & Wiksell) (ISBN 978-91-554-1429-0)
  • Ehnmark, Anders (1999) Minnets hemlighet: En bok om Erik Gustaf Geijer (Norstedts) (ISBN 978-91-1-300725-0)
  • Erdmann, Nils Axel Fredrik (2010) Erik Gustaf Geijer: En Minnesteckning (Nabu Press) (ISBN 978-1-141-42692-8)
  • Thorsoe, Alexander (2010) Erik Gustaf Geijers Forelaesninger Over Menniskans Historia (Kessinger Publishing) (ISBN 978-1-160-48593-7)
  • Olsson, Bernt and Ingemar Algulin (1991) Litteraturens historia i Sverige (Stockholm) (ISBN 91-1-913722-2)

Traités brèves biographies ont également été écrites par Malmström (Upsala, 1848), Fries (Stockholm, 1849), et Carlson (Stockholm, 1870).

Liens externes[modifier | modifier le code]