Emmanuel Pisani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emmanuel Pisani
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
MassyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
DominicainVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Ordre religieux

Emmanuel Pisani, né le à Massy (Essonne), est un dominicain français, islamologue.

Il est depuis 2014, directeur de l'Institut de Science et Théologie des religions (ISTR) à l'Institut catholique de Paris. Il est nommé Directeur de l'Institut dominicain d'études orientales en juin 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel Pisani est docteur en philosophie - études arabes - (université de Lyon III), docteur de théologie (UCLy), titulaire d'une licence canonique de théologie, d'un certificat d’islamologie (P.I.S.A.I.), d'un DEA de sciences politiques à Institut d'études politiques de Bordeaux[1].

À l'issue de ses études, il est attaché linguistique à l'Ambassade de France à Vienne de 1996 à 1998.

Il entre en 2000 dans l'Ordre des Prêcheurs (les Dominicains) et se spécialise pour l'obtention d'une licence canonique en islamologie.

Docteur en philosophie et théologie, il reçoit en 2016 le prix Mohammed Arkoun[2],[3] pour sa thèse soutenue le sous la direction de Geneviève Gobillot et Michel Younès, Hétérodoxes et non musulmans dans la pensée d'Abu Hamid al-Ghazali (UCLy et Lyon III)[2],[4],[5]. « Avec sa thèse sur al-Ghazali, célèbre penseur mystique et théologien médiéval qui a durement critiqué en son temps « l’extrémisme exclusiviste » musulman, Emmanuel Pisani « donne à voir une approche de l’altérité qu’il qualifie de ’conciliatrice’ et qui constitue ’un essai de réponse au défi des divisions parfois fratricides en islam’ », estime le ministère de l’intérieur[6].

Le , il est nommé directeur de l'Institut de Science et Théologie des religions (ISTR) à l'Institut catholique de Paris[7]. C'est à ce titre qu'il est invité par Ghaleb Bencheikh dans l'émission Les Chemins de la foi de France 2[8].

Il est membre de l'Institut dominicain d'études orientales au Caire (Idéo) dont il devient le directeur le 24 juin 2020; il dirige depuis 2014 la revue du Midéo[2],[9].

Il est membre du Conseil pour le dialogue interreligieux de la Conférence des évêques de France et membre du Conseil d'orientation de la Fondation de l'islam de France[10] depuis 2017[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (dir.) 100 questions sur Dieu, Perpignan, Artège, 2012 (ISBN 2360401025).
  • (dir.) 100 questions sur l'Église, Perpignan, Artège, 2013 (ISBN 2360402412).
  • Le dialogue islamo-chrétien à l'épreuve, Paris, L'Harmattan, 2014 (ISBN 2343036934).
    Commentaire d'Emilio Platti [lire en ligne]
  • Hétérodoxes et non musulmans dans la pensée d'Abu Hamid al-Ghazali, Paris, Vrin, 2020 (à paraître).
  • (dir.), avec la collaboration de Pierre Diara, Marie-Hélène Robert, Xavier Manzano, Maximum illud. Aux sources d'une nouvelle ère missionnaire, Paris, Cerf, 2020 (ISBN 978-2-204-13995-3).

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Écologie en islam et dialogue interreligieux », Transversalités, n° 139,octobre-décembre 2016, p. 53-64.
  • « Abū Hāmid al-Gazālī (m. 1111). Un précurseur musulman de la sociologie des religions », Archives de sciences sociales des religions, n° 169, janvier-mars 2015, p. 287-304.
  • « Herméneutique biblique et christologie de l'Excellente Réfutation de la divinité du Christ du Pseudo al-Gazālī », Revue Théologique de Louvain, n° 45/3, juillet-septembre 2014, p. 389-408.
  • « Hors de l'islam point de salut ? Juifs, chrétiens et hétérodoxes dans l’eschatologie d’al-Ġazālī », MIDEO 30, 2014, p. 139-184.
  • « La pensée humaniste d’al-Ġazālī (m. 505/1111) », Studia Islamica 109, 2014, p.1-30.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]