Else Marie Pade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pade.
Else Marie Pade
Nom de naissance Else Marie Jensen
Naissance
Aarhus, Danemark
Décès
Gentofte, Danemark
Activité principale Compositrice
Style musique électronique, musique concrète
Années d'activité 1952-2016
Maîtres Pierre Schaeffer

Else Marie Pade, née Else Marie Jensen le à Aarhus et morte le à Gentofte, est une compositrice danoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Else Marie Pade a étudié le piano à l'Académie royale danoise de musique à Copenhague. Elle a étudié la composition d'abord avec Vagn Holmboe, puis avec Jan Maegaard, qui l'a initiée au dodécaphonisme.

En 1954, elle devient la première compositrice danoise de musique électronique et de musique concrète[1].

Elle a travaillé avec Pierre Schaeffer, Karlheinz Stockhausen et Pierre Boulez[2].

Elle a été active dans la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, et a été internée dans le camp de Frøslev (da) de 1944 à la fin de la guerre[2].

Enfance[modifier | modifier le code]

Pade est née à Aarhus. Durant son enfance, elle était souvent clouée au lit à cause d’une maladie, la pyélonéphrite. Elle a écouté le monde extérieur et créé « Aural Pictures » d’après ces sons. Ces sons, sons réelles, sont devenus la base de son travail musical. En tant qu’enfant chérie, elle fut emmenée en ville par sa mère au théâtre. Sa première leçon de musique eût lieu à la maison, où sa mère essayait de lui enseigner le piano. Mais comme elle ne prenait pas la peine de pratiquer ses gammes, elle eut le professeur de sa mère, Miss Moller. Plus tard elle eut des leçons de musique à l’Ecole de Musique Populaire d’Aarhus, où le directeur, avait remarqué le talent de Pade et lui a proposé une place dans l’Ecole de Musique Populaire. Pade a répondu, que sa famille ne pourrait pas en supporter les frais alors le directeur a appelé les parents  et mis en place un système.  Else a ainsi acquis quelques connaissances sur le jazz au sein de l’Ecole de Musique Populaire. Elle a emprunté un gramophone portable à une copine ce qui lui a permis d’écouter du jazz New Orleans. A l’âge d’environ 16 ans, elle a commencé à jouer dans un groupe de jazz,  le « Blue Star Band», qui a joué dans des écoles de danse et des associations.

C’est par le biais de son professeur de piano, Karin Brieg, qu’elle entra ensuite dans la résistance danoise. Un jour, Else a craché sur une colonie de soldat allemand qui marchait dans le centre d’Aarhus. Un soldat est sortie du rang et lui a couru après, mais Else connaissait la ville et l’a semé en prenant le tram pour rejoindre Karin Brieg qui vivait à Klintegarden. Brieg lui a dit que si elle voulait résister, il fallait qu’elle rejoigne la Résistance, et donc Pade rejoignit, avec elle, un groupe de femmes.

Résistance et emprisonmement[modifier | modifier le code]

Pade commença en distribuant des journaux illégaux à partir du 20 aout 1943, et en 1944, elle reçut un entrainement à l’utilisation d’armes et d’explosifs. Elle rejoignit un groupe exclusivement féminin de pyrotechniciennes dont le but était d’identifier les câbles de téléphone avec l’organisatrice de la résistance, Hedda Lundh. L’idée de cette surveillance était que les câbles explosent au moment où l’invasion britannique arriverait, afin que les allemands ne puissent pas utiliser le réseau téléphonique. De toutes les façons, le plan a été annulé lors de l’arrivé des américains sur le sol Européen.

Le 13 septembre 1944, Pade a été arrêté par la Gestapo. A travers la prison, elle a vu une étoile filante et elle a entendu une musique qui venait des tréfonds de son être. Le matin suivant, elle a inscrit l’air qu’elle avait entendu sur les murs de sa cellule à l’aide de la boucle de sa ceinture. C’était la chanson, « Toi et moi et les étoiles ». Elle a été envoyée à Frøslevlejren, où elle a commencé à composer, et décidé de développer ses performances musicales. A Frøslevlejren, les prisonniers ont fait des soirées de chanson pour préserver leur moral. Ces chansons incluaient les chansons de Pade et d’autres chansons arrangées par Karin Brieg. Leur travail est sorti sur CD à l’occasion du 60ème anniversaire de la Libération : Songs in the Darkness: Music Frøslevlejren 1944–45.

La composition[modifier | modifier le code]

Après la guerre, elle étudia au Conservatoire de Musique d’abord en tant que pianiste, mais à cause de l’après-coup de ce qu’elle a vécu à Frøslevlejren, elle n’a pas pu continuer et se forma à la place en tant que compositeur. En 1952, elle entendit un programme radiophonique du Danemark sur la musique concrète. Cela lui a rappelé ses conceptions d’enfance du son et des timbres. Grâce à de la famille en France, elle prit contact avec la radio française RTF et le fondateur de la musique concrète. Elle eut la chance de voir des études sur RTF,  et la même année elle lut A la recherche de la musique concrète de Pierre Schaeffer, le fondateur de la musique concrète.

Lyden af Bakken[modifier | modifier le code]

C’est devenu la première œuvre de musique concrète et électronique du Danemark. Elle accepta de réaliser le fond musical d’un show télévisé pour la télévision danoise. La musique de fond était la première œuvre musicale danoise créée par un grand nombre d’enregistrement de Bakken, à laquelle elle a assisté en tant que technicienne de DR. 

Symphonie magnétophonique[modifier | modifier le code]

Le travail de la musique concrète est décrit comme la vie quotidienne d’une journée à Copenhague. L’aube matinale avec ses routines, le chemin du travail, les heures au bureau ou à l’usine, et enfin le retour à la maison depuis l’école ou le travail jusqu’aux routines ménagères du soir et la journée se terminent pour qu’une nouvelle puisse commencer.

Syv Cirkler[modifier | modifier le code]

Ceci a été composé après sa visite du Planétarium à l’Expo 58, à Bruxelles. Cette compo montre le ciel étoilé et la dynamique de ces étoiles. Ce travail est basé en partie sur la micropolyphonie. « En superposant un certain nombre de lignes mélodiques aux contours rythmiques différents, le compositeur parvenait d’une part à créer une polyphonie très dense (à base de clusters), difficilement perceptible dans le détail, d’autre part, grâce aux légers décalages rythmiques (superposition de triolets, quintolets, septolets par exemple), à dépasser le seuil de « non-perception » des sons. Ce seuil, connu depuis longtemps, est situé environ au vingtième de seconde, c’est-à-dire que les sons se succédant à intervalles inférieurs à un vingtième de seconde ne sont plus perceptibles individuellement ; la courbe d’ensemble de ces sons n’est audible que globalement et l’aspect horizontal de la mélodie devient vertical, car nous percevons dans ce cas plusieurs sons simultanément. » (ref : Les rapports textes/musique de Lux Aterna au Grand Macabre, de Pierre Michel)

Ce travail est également basé sur le sérialisme que Stockhausen (un compositeur allemand) définit de cette manière : « donc la pensée « sérialiste », est quelque chose qui vient de notre conscience et qui sera là pour toujours : c’est de la relativité et rien d’autre. Ça dit simplement : utilises tous les composants d’un nombre donné d’élément, ne mets pas les éléments individuels à part, utilises les avec une importance égale, et essayes de trouver une gamme à égale distance de façon à ce qu’aucune étape ne soient plus large qu’une autre. C’est une attitude démocratique et spirituelle envers le monde. Les étoiles sont organisées de manière sérielle. Quelle que soit la constellation que tu regardes, tu trouves un nombre limité d’éléments avec différents intervalles. Si on étudie plus profondément les distances et les proportions des étoiles, on trouverait probablement des relations avec les bases multiples de quelques gammes logarithmiques ou peu importe la gamme. » (Cott, Jonathan. 1973. Stockhausen; Conversations with the Composer, New York: Simon & Schuster.)

L'école de Darmstadt[modifier | modifier le code]

Son intérêt pour la musique l’a mené, comme beaucoup d’autres compositeurs, à aller à Darmstadt, et suivre les cours de Stockhausen, Ligeti (un expert de la micropolyphonie) et Boulez (à l’origine du sérialisme). Pade y a participé en 1962, 1964, 1968 et 1972. Le compositeur allemand, Stockhausen, a utilisé son Glass Bead Game (Jeu de Perle de Verre) comme exemple lorsqu’il a donné des conférences sur la musique électronique.   

Græsstrået[modifier | modifier le code]

Nini Theilade et Pade étaient amies, et ont rencontré El Forman, chez qui de nombreux.ses passionné.e.s d’art se rassemblaient. Ensemble, ils ont réalisé un ballet télévisé, la Pelouse de Lames, basé sur les poèmes d’El Forman, avec les chorégraphies de Theilade. 

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Inge Bruland, « Pade, Else Marie », dans The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan Publishers.,
  2. a et b (da) Lea Wind-Friis et Thomas Michelsen, « Dansk elektronikas bedstemor er død », Politiken,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Crédits de traduction[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]