Elizabeth Peyton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Elizabeth Peyton
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance

Danbury
Nationalité
Activité
peintre, dessinateur
Formation
School of Visual Arts, New-York
Représentée par
Gladstone Gallery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Influencée par

Elizabeth Peyton née en 1965 à Danbury (Connecticut) est une artiste peintre américaine.

Devenue célèbre dans les années 1990 à New York, où elle vit et travaille, cette artiste est particulièrement connue pour ses portraits stylisés et idéalisés de ses proches amis, de célébrités populaires et de la monarchie européenne.

Parcours[modifier | modifier le code]

En 1987, Elizabeth Peyton sort diplômée de la School of Visual Arts de New York.

Au début des années 1990, elle organise ses premières expositions, en 1993 au Chelsea Hotel à New York et en 1995 au Prince Albert Pub à Londres[1]. Au Chelsea Hotel, les visiteurs devaient se présenter à la réception, demander la clé de la chambre pour visiter l'exposition qui se composait essentiellement de dessins[2].

Peints à l'huile dans une touche large, rapide et colorée, ses portraits ont toujours pour origine une photographie[3]. La technique de peinture employée par Elizabeth Peyton s'oppose aux méthodes traditionnelles, dans le sens où elle peint d'abord les détails du dessin avant de passer une couche de base, ce qui complexifie nettement le travail. En effet, Peyton doit avoir ainsi une idée préconçue et précise avant d'entamer son travail. L'artiste utilise le plus souvent de petits formats — toile et surtout carton préalablement enduis — accentuant le caractère intimiste de ses portraits, mettant en contradiction la célébrité du modèle et l'image intime qu'elle en donne, de même que ses titres ne comportent que le prénom du modèle, qui apparaît ainsi d'autant plus comme un proche. Ainsi John pour le portrait de John Lennon, ou Sid pour celui de Sid Vicious.

Elizabeth Peyton est souvent citée lorsque l'on évoque le renouveau de la peinture figurative du début des années 1990[3].

Son œuvre est influencée par David Hockney et Andy Warhol.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

États-Unis
  • New York :
    • musée Solomon R. Guggenheim :
      • Keith (From Gimme Shelter), 2004, huile sur bois.
      • Matthew, 2008, crayons de couleur sur papier.
    • Museum of Modern Art :
      • John & Jackie, 2000.
      • Chloe (Gold), 2001.
      • Chloe, 2001.
      • Adi, 2002.
      • Em, 2002.
      • Em (Blue), 2002.
      • Gavin, 2002.
      • Rirkrit Reading, 2002.
      • Flower Ben, 2003.
      • Lunch (Nick), 2003.
      • Marc, 2003.
      • Marc (April), 2003.
      • Nick (Poquatuck Park), 2003.
      • Lichtenstein, Flowers, Parsifal, 2011.
France
  • Paris, musée national d'Art moderne :
    • Jean-Pierre Léaud (Antoine Doinel), 1994, mine graphite sur papier ;
    • Antoine Doinel (400 Blows), 1994, fusain sur papier ;
    • François Truffaut, 1994, fusain sur papier ;
    • Prince Harry and Prince William, 1999, huile sur bois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The Guggenheim Museums and Foundation », sur The Guggenheim Museums and Foundation (consulté le 3 novembre 2020).
  2. Guy Gilsoul, « Le portrait en mode Peyton », Le Vif, 33, 1, p. 75 (en ligne).
  3. a et b « Elizabeth Peyton », sur AWARE Women artists / Femmes artistes (consulté le 3 novembre 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Laura Hoptman, Iwona Blazwick, John Giorno, Live Forever: Elizabeth Peyton, Londres, Phaidon Press Ltd, 2011, 255 p. (ISBN 978-0-7148-6120-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]