Elias Murr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elias Murr
Elias-Murr.JPEG

Elias Murr le .

Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
إلياس المرّVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
Religion

Elias Michel Murr (arabe: إلياس المرّ), né le à Bteghrine, est un homme politique et homme d’affaires libanais. Il est le fils de l’ancien vice-premier ministre Michel Murr.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Juriste de formation, Elias Murr commence sa carrière comme avocat en 1982.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Elias Murr est ministre de l’intérieur au sein du gouvernement de Rafiq Hariri de 2000 octobre 2004[1]. Parallèlement, Murr est président du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur[2], chargé de promouvoir la coordination de la sécurité intérieure et la lutte contre la criminalité parmi les nations arabes[3].

Il perd son poste de ministre de l'intérieur suite à des relations tendues avec les services secrets syriens[2].

En avril 2005, Elias Murr est ensuite nommé vice-premier ministre et ministre de la défense au sein du gouvernement de Najib Mikati, chargé d’organiser les élections législatives de 2005 après le retrait syrien[2].

Le 12 juillet 2005, Elias Murr est la cible d’une tentative d’assassinat à laquelle il survit avec des blessures légères[4]. Il a plus tard accusé implicitement les services syriens et le Hezbollah d’être derrière cette tentative[5]. Murr a subi plus de 15 interventions chirurgicales après cette tentative[6].

Il conserve cependant son poste de vice-premier ministre et de ministre de la défense dans le gouvernement de Fouad Siniora[2].

Il organise le déploiement de l’armée libanaise au Sud du Liban à la suite de la guerre qui oppose le Hezbollah à Israël en juillet-août 2006, conformément à la résolution 1701 du Conseil de sécurité[2]. Elias Murr A supervisé le déploiement de 25 000 soldats, en préservant le cessez-le-feu mandaté par la communauté internationale. En parallèle, il a dirigé les efforts du Liban contre le groupe terroriste Fatah al-Islam, qui depuis 2007 avait ciblé Casques bleus et policiers libanais dans le domaine.

Durant son mandat en tant que membre du Cabinet[Lequel ?], il joue un rôle central dans les événements suivants :

  • L'adhésion du Liban à la Convention des Nations Unies contre la corruption;
  • Protocole d'entente sur la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) et l'organisation de la surveillance de la trêve (ONUST) ;
  • Protocole d'accord avec le Haut-Commissariat des Nations unies concernant les demandeurs du statut de réfugié au Liban.

Elias Murr a aussi supervisé les négociations des conventions de prêt d'une valeur de plus de 170 millions de dollars auprès de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement de l'infrastructure du Liban et du développement des sites historiques.

En tant que ministre de l'Intérieur, il a favorisé les liens du Liban avec l’INTERPOL[7] et a personnellement visité le secrétariat général de l’organisation, afin de renforcer sa connaissance directe des outils et des services de l’INTERPOL. Sous sa direction, les dossiers de police partagés par le Liban dans les bases de données de l’INTERPOL ont presque doublé durant une durée de moins de trois ans[8].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • président de la commission nationale du droit international humanitaire;
  • présidence du Comité des Ministres sur le projet de loi portant sur l'exploitation des ressources pétrolières en mer
  • Vice-présidence de la Commission visant à moderniser la réglementation du patrimoine forestier;
  • Vice-présidence de la commission contre la prolifération des armes parmi les citoyens libanais;
  • président du Comité ministériel de la Convention de Coopération judiciaire en matière pénale entre le Liban et la France[1].
  • Direction des forces de sécurité libanaise

Group Murr[modifier | modifier le code]

Le groupe Murr est une entreprise fondée en 1955 par son père. En 1992, la société a mis en œuvre des projets d'une valeur globale estimée à 4 milliards de dollars[9]. En 2013, le groupe Murr est classé 92e parmi les 100 groupes les plus influents dans le monde arabe par le magazine Forbes[10].

Elias Murr est président du conseil et chef de la direction du Group Murr de 1993 à 2000. Il lance une politique de diversification et d'internationalisation de l'entreprise[9]. Le groupe gère aujourd'hui 25 entreprises opérant sur trois continents et dans plusieurs secteurs d'activités : la construction, l'immobilier, les stations balnéaires, l'ingénierie, les produits de consommation, l'aviation, la sécurité, et les transports maritimes.

Al Joumhouria[modifier | modifier le code]

Alors qu’il dirigeait les grandes entreprises industrielles du Group Murr, Elias Murr occupait aussi le poste de président du conseil du quotidien Al Joumhouria, l'un des principaux quotidiens du Liban et de plusieurs autres périodiques thématiques. Après l'arrêt de sa publication tout au long de la guerre civile libanaise, le journal Al Joumhouria vit sa renaissance en 2011 sous la direction d'Elias Murr[11].

Controverses[modifier | modifier le code]

En décembre 2010, un magazine libanais publie les enregistrements de Wikileaks dans lesquels Elias Murr, en discussion avec des diplomates américains, partage ses échanges avec le général Michel Sleiman, devenu président du Liban par la suite. Dans ces discussions, Elias Murr expose les scénarios plausibles pour provoquer des conflits armés entre le Hezbollah et l'état d'Israël, et ainsi mettre la main sur la région du Beka[12].

Décorations[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elias Murr a été le mari Karine Lahoud, fille de l’ancien président de la république libanais Émile Lahoud, mais il l'a divorcée. Il est le père de trois enfants: Michel, Maria et Emile[13].

Elias Murr est actuellement marié à Rita Sabbagha.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Profil officiel d'Elias Michel Murr », sur Elias-murr.com (consulté le 3 juin 2016)
  2. a, b, c, d et e « Murr, Elias », sur Medea.be (consulté le 3 juin 2016)
  3. http://www.lorientlejour.com/article/466004/LIGUE_ARABE_-_Le_Liban_preside_la_21e_conference_des_ministres_de_l%27Interieur_a_TunisMurr_%3A_Priorite_a_la_lutte_contre_le_terrorisme_et_le_crime_o.html
  4. Paul Khalifeh, « Le ministre de la Défense échappe à un attentat », sur Rfi.fr, (consulté le 3 juin 2016)
  5. الياس المر: اشك منذ زمن طويل بتورط حزب الله بمحاولة اغتيالي
  6. « Quinzième opération chirurgicale pour Élias Murr », sur Lorientlejour.com, (consulté le 3 juin 2016)
  7. http://www.lebanonwire.com/0205/02053102DS.asp
  8. http://www.dailystar.com.lb/ArticlePrint.aspx?id=13537&mode=print
  9. a et b (en) « About Group Murr », sur Groupmurr.com (consulté le 3 juin 2016)
  10. (en) « Top 100 making an impact in the arab world », sur Forbesmiddleeast.com (consulté le 3 juin 2016)
  11. (en) « Al Joumhouria Newspaper », sur Groupmurr.com (consulté le 3 juin 2016)
  12. (en) Qifa Nabki, « Wikileaks Shocker: Lebanese Defense Minister Reveals Plan to Stay out of Israel’s Way in Next War », sur Qifanabki.com, (consulté le 3 juin 2016)
  13. http://www.addustour.com/13988/%D8%A7%D9%84%D9%8A%D8%A7%D8%B3+%D8%A7%D9%84%D9%85%D8%B1..+%D8%B3%D9%8A%D8%A7%D8%B3%D9%8A+%D9%85%D8%B3%D9%8A%D8%AD%D9%8A+%D8%B9%D9%85%D9%84+%D9%81%D9%8A+%D8%B8%D9%84+%D8%B3%D9%88%D8%B1%D9%8A%D8%A7+%D9%88%D9%88%D8%A7%D9%84%D8%AF+%D8%B2%D9%88%D8%AC%D8%AA%D9%87+%D9%84%D8%AD%D9%88%D8%AF.html