Edwin Fischer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fischer.
image illustrant un musicien image illustrant suisse
Cet article est une ébauche concernant un musicien suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Edwin Fischer
Naissance
Bâle, Drapeau de la Suisse Suisse
Décès (à 73 ans)
Zurich, Drapeau de la Suisse Suisse
Activité principale Pianiste
Maîtres Martin Krause
Edwin Fischer, 1938 (Esquisse de Fritz Tennigkeit)

Edwin Fischer est un célèbre pianiste suisse, né le à Bâle et décédé le à Zurich.

Il est considéré comme un des pianistes les plus remarquables du XXe siècle, en particulier dans le répertoire de compositeurs allemands, tels que Johann Sebastian Bach, Wolfgang Amadeus Mozart, Ludwig van Beethoven, et autrichiens, tels que Franz Schubert. Il est aussi considéré comme un des meilleurs professeurs de piano des temps modernes[1].

Fischer naquit à Bâle et y commença ses études musicales, qu'il poursuivit à Berlin au Conservatoire Stern sous la direction de Martin Krause (1853-1918), lui-même élève de Liszt (1811-1886), lui-même élève de Carl Czerny (1791-1857). Après la Première Guerre mondiale, il devint connu comme pianiste. En 1926, il prit la direction du Musikverein de Lübeck, puis, en 1928, celle de la Bach-Gesellschaft à Munich avant, en 1932, de former son propre orchestre de chambre. Il fut l'un des premiers à tenter de retrouver les principes d'interprétation originaux, par exemple pour les concertos pour piano de Bach et Wolfgang Amadeus Mozart. Après lui, on est allé beaucoup plus loin en ce sens, et ses interprétations, même de Bach, restent empreintes de romantisme.

En 1932 il retourna à Berlin, succédant à Artur Schnabel comme professeur à la Hochschule für Musik. En 1942 il retourna en Suisse, interrompant provisoirement sa carrière pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il recommença à jouer en public, tout en donnant des masterclasses à Lucerne, qui furent suivies par de nombreux pianistes qui devinrent célèbres comme Alfred Brendel, Thierry de Brunhoff et Daniel Barenboim. Harry Datyner (1923-1992) fut un de ses élèves, tout comme Paul Badura-Skoda (né en 1927), et Reine Gianoli.

En plus des récitals en soliste, de l'exécution de concertos et de la direction d'œuvres orchestrales, Fischer a aussi joué de la musique de chambre. En particulier le trio qu'il forma avec le violoncelliste Enrico Mainardi et le violoniste Georg Kulenkampff (qui fut remplacé par Wolfgang Schneiderhan après sa mort) fut très apprécié.

Il joua avec le chef d'orchestre Wilhelm Furtwängler le Concerto pour piano nº 2 de Brahms, en 1942 avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin[2],[3], et le Concerto pour piano nº 5 de Beethoven (le "concerto empereur"), en 1951 avec l'Orchestre Philharmonia[4],[5]. Ces deux enregistrements sont considérés comme des références majeures.

Fischer publia de nombreux livres sur l'enseignement et un livre sur les sonates pour piano de Beethoven. Il réalisa aussi de nombreux enregistrements, en particulier le premier enregistrement intégral du Clavier bien tempéré de Bach pour EMI dans les années 1930.

L'intégrale du Clavier bien tempéré, enregistrée entre 1933 et 1936, fit date dans la discographie de Bach, en tant que premier enregistrement complet. L'enregistrement de Fischer est admiré en partie parce qu'il n'utilise pas les ressources de l'instrument moderne pour embellir artificiellement la partition. Son enregistrement des 48 préludes et fugues de Bach demeure le modèle auquel tous les pianistes se mesurent.

De manière générale, Edwin Fischer est considéré comme le musicien qui, à son époque, rompt avec les excès de romantisme et de passion dans les interprétations des ouvrages de J.S Bach aux compositeurs post romantiques. "Donne vie aux œuvres, sans leur faire violence" avait-il écrit (Considérations sur la musique PARIS, 1951).

Son buste a été exécuté par le sculpteur Philippe Besnard (exposé au Salon d'Automne à Paris en 1940).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article de Patrick Szersnovicz sur Edwin Fischer dans Le Monde de la musique, janvier 2005, p. 91.
  2. « Un disque puissant, audacieux qui présente l'intérêt absolu de la conjonction de deux des plus grands artistes du XXe siècle, et nous livre un Brahms lumineux, d'une puissance poétique et expressive hallucinante ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont, (ISBN 2-221-50233-7), p. 191.
  3. « L'accord entre Fischer et Furtwängler tient ici du miracle. Chef et soliste exaltent le caractère sombre et fantastique de l'œuvre. » Patrick Szersnovicz, Le Monde de la musique, , p. 67.
  4. « La conjonction Fischer-Furtwängler a tout simplement produit un des plus grands disques de l'histoire [...] Une souveraine et parfois surhumaine tension dramatique lient pour toujours l'espace furtwänglerien et l'expressivité poétique d'Edwin Fischer pour la plus grande gloire de Beethoven ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont, (ISBN 2-221-50233-7), p. 110.
  5. « Version à juste titre légendaire, d'une poésie et d'une émotion qui défient l'analyse ». Patrick Szersnovicz, Le Monde de la musique, , p. 67.

Liens externes[modifier | modifier le code]