Edward Mandell House

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edward Mandell House
Edward Mandell House
Edward Mandell House
Fonctions
Secrétaire d'État (États-Unis)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Houston Texas
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès New York

Edward Mandell House (- ) était un diplomate, politicien et conseiller présidentiel du président Woodrow Wilson. Comme d'autres personnes éminentes du Sud des États-Unis, il est connu sous le titre honorifique de Colonel House sans posséder néanmoins aucune expérience militaire. Nommé conseiller personnel du président en 1912, il exerce une influence exceptionnelle sur celui-ci en particulier dans le domaine des affaires étrangères et ce, jusqu'à sa mise à l'écart, en 1919.. House a été le négociateur en chef de Wilson en Europe au cours des négociations pour la paix (1917-1919) et le chef adjoint de Wilson à la Conférence de paix de Paris. Il fait partie des signataires du traité de Versailles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Houston Texas, il a fait ses études à Université Cornell qu'il a dû interrompre à la suite de la mort de son père. En 1912, il écrit un roman dans laquelle il évoque sa vision de l'avenir: Philip Dru : administrator.

Il épouse Loulie Hunter le 4 août 1881. Il vend ses plantations de coton et investit dans le secteur bancaire. Il déménage à New York en 1902.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débutant en politique au Texas, House se lie d'amitié avec le gouverneur du New Jersey, Woodrow Wilson, en 1911, et l'aide à remporter l'investiture démocrate à la présidentielle en 1912. Il contribue par la suite à installer sa nouvelle administration. Refusant un poste ministériel, il est nommé conseiller personnel du président, fonction dans laquelle il exerce une influence considérable et atypique dans l'histoire américaine[1]. Bien qu'il n'ait jamais été militaire, il est nommé colonel honoraire de la garde nationale de son État d'origine[1]. Membre important du parti démocrate, il occupe à la Maison-Blanche le bureau le plus proche du président et est parfois qualifié de « vice-président non officiel »[1].

Il joue un rôle décisif dans la direction donnée à la politique américaine vis-à-vis des belligérants de la Première Guerre mondiale[1]. Envoyé par la Maison-Blanche, il séjourne en Europe en 1915 et 1916 dans le but de mettre fin à la guerre par la diplomatie et de négocier la paix. Bien qu'enthousiaste, il n'a pas une connaissance approfondie des affaires européennes et est induit en erreur par certains diplomates britanniques[réf. nécessaire]. Le 7 mai 1915, le naufrage du Lusitania a développé la tension entre l'Allemagne et les États-Unis et mis à mal la neutralité de ces derniers. Considérant que la grande majorité des Américains sont néanmoins nettement opposés à toute entrée en guerre, House pousse Wilson, lors de la campagne électorale de 1916 à utiliser le slogan : « Grâce à moi, l'Amérique est restée en dehors du conflit européen »[1]

House a joué un rôle majeur dans la diplomatie en temps de guerre. Wilson avait créé une commission, une équipe d'experts universitaires pour concevoir des solutions efficaces d'après-guerre à tous les problèmes du monde. En septembre 1918, Wilson a donné à House la responsabilité de préparer une constitution pour une Société des Nations. En octobre 1918, House a travaillé sur les détails de l'armistice avec les Alliés.

House a aidé Wilson à exposer ses Quatorze points et a travaillé avec le président sur la rédaction du traité de Versailles et du Pacte de la Société des Nations. Le 30 mai 1919, House participe à la réunion de Paris, qui a jeté les bases de l'établissement du Council on Foreign Relations (CFR). Tout au long de 1919, la Chambre a exhorté Wilson à travailler avec le sénateur Henry Cabot Lodge pour obtenir la ratification du Traité de Versailles.

Cependant, la conférence a révélé de graves désaccords politiques entre Wilson et House. Pire encore étaient les conflits de personnalité. Wilson était devenu beaucoup plus intolérant et a systématiquement rompu avec ses proches conseillers. Lorsque Wilson retourna aux États-Unis en février 1919, House a pris sa place, négociant des compromis inacceptables pour Wilson. À la mi-Mars 1919, Wilson est revenu à Paris et a retiré sa confiance à House, le reléguant au second plan et annulant ses contributions.[référence manquante]

Dans les années 1920, House a fortement soutenu l'adhésion des États-Unis à la Société des Nations, à la Cour internationale de justice et à la Cour permanente de justice internationale.

En 1932, House a soutenu Franklin D. Roosevelt mais s'opposera en privé au New Deal.

House est décédé le 28 mars 1938 à New York City, à la suite d'un combat avec une pleurésie. Il est enterré au cimetière de Glenwood à Houston.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Philip Dru : administrator 1912

Références Biographiques[modifier | modifier le code]

  • (en) George, Alexander L. and Juliette George, Woodrow Wilson and Colonel House: A Personality Study, Dover Publications, (ISBN 978-0-486-21144-2) a controversial study
  • Godfrey Hodgson. Woodrow Wilson's Right Hand : The Life of Colonel Edward M. House (2006), the standard biography
  • Lasch, Christopher. The New Radicalism in America, 1889-1963: The Intellectual as a Social Type (1965)
  • Arthur Walworth, Wilson and His Peacemakers: American Diplomacy at the Paris Peace Conference, 1919 (1986)
  • Edward Mandell House & Charles Seymour. What Really Happened at Paris, 1921
  • Les secrets de la Réserve Fédérale par Eustace Mullins aux Éditions Le retour aux sources (1952,2010)

Liens et Références externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Rémy Porte, « Le président Wilson, un pacifiste en guerre », La Nouvelle Revue d'histoire, no 90, mai-juin 2017, p. 46-48