Eduard Tubin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eduard Tubin
Eduard Tubin, 1947.jpg

Eduard Tubin

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
StockholmVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Republic of Estonia (1918–1940) (d), SuédoisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Genres artistiques

Eduard Tubin (Torila, Gouvernement de Livonie, Empire russe, Stockholm, Suède, ) est un compositeur estonien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu rural, Eduard Tubin est né à Torila, un village près de Kallaste, sur les bords du lac Peipsi en Estonie. Ses parents (son père exerçait les métiers de tailleur et de pêcheur) étaient tous deux amateurs de musique, et Eduard révéla tôt un talent musical.

Il fit des études musicales à Tartu où il dirigea l'orchestre (la formation musicale la plus importante après le théâtre de Tallinn), puis voyagea dans l'Europe entre les deux guerres. Il rencontra en particulier Zoltán Kodály et Béla Bartók qui l'encouragèrent. Sur le modèle du premier, il s'intéressa vivement à la musique folklorique de son pays.

En 1940, l'Estonie fut occupée par les troupes soviétiques et après quelques années de cohabitation, Tubin s'enfuit en Suède avec sa femme Erika et ses deux fils, en septembre 1944.

Il y travailla jusqu'à sa mort, réalisant dans ce pays la majeure partie de son œuvre. Il composa pour l'orchestre philharmonique de Stockholm et l'opéra de cette même ville. Il y fit également un important travail de recherche pour la réhabilitation d'œuvres baroques. Citoyen suédois en 1961, il reprit contact avec son pays natal dès 1965. Sa rencontre avec le chef d'orchestre estonien Neeme Järvi assura la diffusion mondiale de son œuvre orchestrale. Il devient membre de l'académie royale de musique de Suède.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour piano nº 1 (1928)
  • Sonate pour piano nº 2 Northern Lights (1950)
  • Sonate pour violon nº 1 (1934-36 (révisée en 1968-69)
  • Capriccio nº 1 pour violon et piano (1937, révisée en 1971)
  • Sonate pour alto (1964-65)
  • Sonate pour saxophone alto (1951)

Œuvres symphoniques[modifier | modifier le code]

  • Symphonie nº 1 en ut mineur (1931-34)
  • Symphonie nº 2 Legendary, en si mineur (1937)
  • Symphonie nº 3 Heroic, en ré mineur (1940-42, révisée en 1968)
  • Symphonie nº 4 Lyrical, en la (1943, révisée en 1978)
  • Symphonie nº 5 en sol mineur (1946)
  • Symphonie nº 6 (1953-54, révisée en 1956)
  • Symphonie nº 7 (1955-58)
  • Symphonie nº 8 (1965-66)
  • Symphonie nº 9 Sinfonia semplice (1969)
  • Symphonie nº 10 (1973)
  • Symphonie nº 11 (1981/82, inachevée, le premier mouvement a été complété par Kaljo Raid)
  • Musique pour cordes (1962-63)
  • Sinfonietta sur des thèmes estoniens (1930-31)
  • Toccata (1937)
  • Prélude solennel (1940)

Concertos[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour violon nº 1 en ré majeur (1941-42)
  • Concerto pour violon nº 2 en sol mineur (1945)
  • Concerto pour contrebasse (1948)
  • Concerto Balalaika (1963-64)
  • Concertino pour piano (1944-45)

Œuvres chorales[modifier | modifier le code]

  • Cantate pour l'Inauguration (Vihkiäiskantaatti), pour baryton, récitant, chœur mixte et orchestre (1958)
  • Requiem pour les soldats morts au combat (Reekviem langenud sõduritele) pour mezzo-soprano, chœur d'hommes, trompette, orgue, percussion & timbales (1950, rév. 1979) Texte de Henrik Visnapuu (1890-1951) & Marie Under (1883-1980)

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Pühajärv Opéra sur un livret de Juhan Sütiste (1941, inachevé)
  • Libahunt Livret de Albert Üksip d'après August Kitzberg (1944, inachevé)
  • Le pasteur de Reigi (Reigi õpetaja) Opéra en six cènes (1970/71)
  • Barbara von Tisenhusen Opéra en trois actes et neuf scènes (1967/68)

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Intégrale des symphonies accompagnées par quelques œuvres symphoniques - BIS, Dir. Neeme Järvi.

Liens externes[modifier | modifier le code]