Edmond de Carayon-Latour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Edmond de Carayon-Latour
Image dans Infobox.
Fonctions
Conseiller général du Tarn
-
Député du Tarn
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Autres informations
Propriétaire de
Distinction

Philippe-Edmond-Catherine-Marie, baron de Carayon-Latour (, Paris - , Paris), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edmond de Carayon-Latour est le frère de Joseph de Carayon-Latour et un petit-fils de Catherine-Dominique de Pérignon. Les Carayon-Latour (éteints de nos jours) ont reçu un titre de baron héréditaire en 1819[1]. L'autre branche familiale, les Carayon-Talpayrac (subsistants de nos jours), sont restés bourgeois[1].

Edmond était propriétaire au Fagel. Son père, officier de dragons puis receveur général à Bordeaux, lui avait laissé une grande fortune. Il fut élu, le , député du 3e collège du Tarn (Castres), et vota parfois avec l'opposition.

Il devint représentant du Tarn à l'Assemblée constituante du et siégea dans la droite légitimiste. Il soutint le gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte, et fut élu au Corps législatif, le , dans la 2e circonscription du Tarn.

Il épouse en 1847 Marie Adélaïde Louise dite Henriette de Chateaubriand, fille du comte de Chateaubriand.

Rallié à l'Empire, il soutint le gouvernement de ses votes, fut réélu le  ; mais ayant cessé d'être le candidat officiel, il échoua, le , face à Eugène Pereire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 8, pages 233 à 234 Carayon (de).

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]