Éthyl-maltol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis E637)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éthyl-maltol
image illustrative de l’article Éthyl-maltol
Identification
Nom UICPA 2-éthyl-3-hydroxy-4-pyranone
No CAS 4940-11-8
No ECHA 100.023.256
No EINECS 225-582-5
PubChem 21059
FEMA 3487
Apparence solide blanc
Propriétés chimiques
Formule brute C7H8O3  [Isomères]
Masse molaire[1] 140,1366 ± 0,0071 g/mol
C 60 %, H 5,75 %, O 34,25 %,
Propriétés physiques
fusion 89 à 93 °C [2]
ébullition 161 °C

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’éthyl-maltol (2-éthyl-3-hydroxy-4-pyranone) nommé aussi veltol ou éthyl-praline au laboratoire Firmenich, est un composé analogue du maltol, où le groupe méthyle est substitué par un groupe éthyle. Contrairement au maltol, c’est un composé artificiel qui n’a pas d’équivalent dans la nature[2]. Inventé en 1969 et six fois plus puissant que le maltol (notamment présent à l’état naturel dans le cacao), ce composant de formule brute C7H8O3 évoque des odeurs de fruits cuits ou de caramel [3].

Chimie[modifier | modifier le code]

L’éthyl-maltol est un composé cristallin blanc stable à température ambiante et soluble dans les solvants polaires.

Ce composé, utilisé dans les parfums, dégage une odeur sucrée rappelant le caramel, la praline et les fruits cuits. Il est six fois plus puissant que le maltol[2].

Utilisation[modifier | modifier le code]

C’est un composant important utilisé dans l’industrie alimentaire comme aromatisant (numéro FEMA GRAS 3847[4]), il est considéré par l'IOFI comme un arôme artificiel[5], comme exhausteur de goût . Il est autorisé aux États-Unis d’Amérique par la FDA suivant le Code of Federal Regulations 21 CFR172.515 comme aromatisant synthétique[6].

Il est aussi largement utilisé dans l'industrie du parfum comme composant de parfums.

Parfums contenant de l'éthyl-maltol[modifier | modifier le code]

C'est dans la composition d'Angel que s'est opérée la première utilisation de l'éthyl-maltol dans la parfumerie. Auparavant, il n'était utilisé que dans le domaine alimentaire[7].

Angel de Thierry Mugler, 1992

Black XS for Her de Paco Rabanne, 1994

Lolita Lempicka de Lolita Lempicka, 1997

Flowerbomb de Viktor & Rolf, 2005

Forbidden Euphoria de Calvin Klein, 2011[8]

Loverdose de Diesel, 2011

La Vie est Belle de Lancôme, 2012[9]

Jimmy Choo de Jimmy Choo

Nina de Nina Ricci

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b et c (en) GA Burdock (2005). Fenaroli's Handbook Of Flavor Ingredients. Fifth Edition. CRC Press. (ISBN 0849330343) p590-591
  3. « Nous sommes addicts aux parfums sucrés, il est temps de nous sevrer », sur slate.fr, (consulté le 20 novembre 2017)
  4. JECFA, « Spécifications concernant les aromatisants : Ethyl maltol », sur www.fao.org, FAO, 2007 (consulté le 29 mai 2008).
  5. (en) IOFI Update on the IOFI list of artificial flavouring substances. Brussels, February 27, 2007. [PDF]
  6. (en) Code of Federal Regulations (2007) PART 172 Food additive permitted for direct addition to food for human. Title 21, Volume 3.
  7. « Nous sommes addicts aux parfums sucrés, il est temps de nous sevrer », (consulté le 20 novembre 2017)
  8. « FORBIDDEN EUPHORIA : LE NOUVEAU PARFUM CALVIN KLEIN », sur www.leparisien.fr, (consulté le 23 décembre 2017)
  9. « Lancôme Parfum La Vie Est Belle », sur www.prime-beaute.com, (consulté le 23 décembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]