Discussion:Anglais

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives

Le genre[modifier | modifier le code]

Je suis desole si je fais des meprises, je ne suis pas francophone.

Chaque mot en anglais a un genre, comme le mot feminin "girl" et le mot masculin "boy", mais la plupart est neutre. En general le genre d'un mot c'est pareil avec le genre naturel, mais bien sur c'est pas toujours le cas. Les noms des bateaux et des pays sont feminins, on dit "She's a fine ship".

Je ne parle pas francais tres bien (je suis americain), donc je ne veux pas essayer de un article sur fr.wikipedia.org . Est-ce que quelqu'un peut le corriger? 130.13.73.232 13 décembre 2005 à 18:42 (CET)


Quand on a de bonnes raisons il ne faut pas hésiter à proposer un article en anglais en le faisant précéder du bandeau : {{besoin de traduction}}. Regardez par exemple cet article, et voyez ce qu’il est devenu. Par ailleurs, si vous parlez de l'anglais, il semble que les gens qui seront intéressés doivent connaître un peu l'anglais et être capables de le lire. Amicalement. Gustave G. 23 août 2006 à 00:24 (CEST)

Je ne pense pas[modifier | modifier le code]

Je suis pas vraiment d'acord avec le fait qu'il existe des genres en anglais puisque les articles ne varient pas selon les genres. Il est evident, par exemple, que "actor" est masculin tandis que "actress" est féminin mais qu'en est t'il de bouteille, roue ou justice ? Les genres en anglais relèvent plutôt d'une exception je pense

A mon sens, il y a trois genres en anglais, le neutre est un genre à part entière. Gwalarn 8 janvier 2006 à 03:58 (CET)

Au sujet du substrat celtique en anglais, que j'avais imprudemment avancé ailleurs, je sois reconnaitre que vérification faite, il est difficile à retrouver dans le lexique, qui ne semble guère plus riche en mots celtiques que le français ??? Le dernier endroit où on pourrait alors rechercher son influence ne serait il pas l'évolution phonétique des dialectes germaniques au contact des celtes par rapport aux autres ? Problème : il semble que tous les dialectes germaniques ont dû, à une époque ou une autre, être au contact direct des Celtes, vous ne croyez pas ? --Motunono 23 mars 2006 à 20:01 (CET)

Vu le peu de connaissance sur les langues celtiques insulaires à l'époque de l'arrivée des Anglo-Saxons, l'influence celtique sur leur langue va être difficile à caractériser ! Mais si tu as des billes, n'hésite pas ! Gwalarn 5 avril 2006 à 13:04 (CEST)
Il n'y a plus de mots celtiques en anglais. Les traces doivent être recherchées dans les noms de lieux. Même chose pour la période d'occupation romaine (350 ans quand même!). Il ne reste pas grand chose. Je ne connais que le mot 'mob'.--Michel Boulanger 20 décembre 2006 à 18:02 (CET)

Mots de racine anglo-saxonne[modifier | modifier le code]

Le français n'a pas inventé les mots "parking", "marketing" et cie. Ceux-ci sont des emprunts directs à la lnague anglaise. Je propose qu'on les ajoute à la liste des emprunts. Iniminimagimo 5 avril 2006 à 04:05 (CEST)

Ce qui est nouveau, c'est l'utilisation comme substantif, usage non répandu en anglais. Gwalarn 5 avril 2006 à 13:00 (CEST)
Il faut aussi dire que le français invente des mots qui n'ont aucun sens en anglais. Par exemple 'footing' qui n'existe pas en anglais et qui ne voudrait rien dire car 'foot' n'est pas un verbe.--Michel Boulanger 20 décembre 2006 à 17:55 (CET)
Eh bien, sans vouloir me faire agaçant, "footing" existe comme substantive, dans le sense d'une "prise de pied", par exemple si on fait de l'escalade. Et "to foot" existe, bien qu'au sens colloquial, en tant que "to foot the bill", soit essentiellement prendre charge des coûts. Mais oui, effectivement, les emprunts que le français effectue à l'anglais en changent le sens, et ne dérivent pas plus des sens que je viens d'exposer.

For the record[modifier | modifier le code]

I have twice appended an external link to the website 'Re-Romanization of English', and in good faith. Now it has an expanded content reflected in its summary line 'Une orthographie phonémique de l'anglais et un alphabet phonétique romain pour l'anglais'. To remove that link -- whether rightly or not -- is something that happens in the Wikipedia life; to describe my contribution as 'vandalisme' is something else though, bad manners. Apcbg 21 avril 2006 à 13:43 (CEST)

Apcbg, If you have something to blame against me, do it on my talk page. This is not the page to do so.
I put a vandalism warning against you because you never justified your controversial addings on talk page (controversial, as we can see as well in other versions of the wikipedia-project). It was probably too strict on my side to put a vandalism warning on your talk page, and that's why I let you remove this warning. Now, as you said on my talk page, subject closed.
ʃtaːtn̩loːzɐ | diskyte avɛk mwa 22 avril 2006 à 01:22 (CEST)
My 'for the record' remark duly belongs here as it refers not to talk pages but to the present article 'Anglais', respectively the 'vandalisme' allegation inserted in your edit summary of 21 April that stays in the article's history. Apcbg 23 avril 2006 à 01:15 (CEST)

Majuscule[modifier | modifier le code]

Je ne suis pas d'accord avec la phrase du début disant que l'Anglais PREND une majuscule. L'article Usage des majuscules en français est à mon avis plus correct en disant que c'est l'usage courant et non la règle. La règle est de mettre une minuscule. L'article mérite d'être précisé en ce sens -- MrKoala, 3 mai 2006

D'accord ou pas, quand il s'agit du nom commun désignant une ou des personnes, "Anglais" prend la majuscule, il n'y a pas de doute là-dessus. — ʃtaːtn̩loːzɐ | diskyte avɛk mwa 3 mai 2006 à 17:40 (CEST)

Ne pas confondre[modifier | modifier le code]

Les gens susceptibles de confondre une langue et une personne n'ont probablement pas d'ordinateur. Il faut supprimer la parenthèse ridicule de la première phrase.

nombre de mots en anglais[modifier | modifier le code]

Bonjour,

J'ai lu quelque part qu'en anglais il y'avait considérablement plus de mots qu'en francais, ainsi je me demandais dans quel domaine se creusait tant cet écart vu que je n'ai jamais eu l'impression d'avoir une carrence de mots pour m'exprimer en francais ou traduire un texte de l'anglais. Merci

C'est exact que l'anglais a plus de mots que le français (300.000 mots dans les "petits" dictionnaires). Une des principales raisons est qu'il puise son lexique dans plusieurs langues : anglo-saxon et français pour les plus importantes. D'où un certain nombre de doublons. Autre phénomène : la permissivité del'anglais (l'emprunt constant à d'autres langues ou la création de mots nouveaux). Il y a plusieurs façons de s'exprimer, un mot peut suffire, sinon on fait une périphrase. Le français a assez de mots pour exprimer beaucoup de choses, notamment grâce à une grammaire complexe. l'anglais utilise un lexique plus étendu. Il n'y a pas à se sentir plus ou moins supérieur ! Gwalarn 14 octobre 2006 à 20:34 (CEST)
D'accord, le francais s'appuyerait davantage sur les outils que la matière... Sinon, j'avais cru comprendre que l'occitan avait également un très grand nombre de mots mais que cela venait du fait qu'ils avaient 50 mots différents pour désigner la foudre, autant pour le vent, et pour tout le vocabulaire rural en somme, comme c'était le cas pour le francais avait qu'il n'ait été allégé par l'académie sous l'ordre de richelieu. Donc peut être y'a-t-il de cela également.
Le site www.oed.com (Oxford English Dictionary) donne des statistiques sur le nombre de mots. Dans leur seconde édition du dictionnaire de 1989 il y a 291 500 entrées. Je ne crois pas qu'en Français il y a un dictionnaire équivalent. Une langue n'est pas supérieure à une autre mais l'histoire particulière de l'anglais et sa flexibilité ont produit un vocabulaire unique par sa taille.Michel Boulanger 20 décembre 2006 à 17:46 (CET)
Il me semble que se paragraphe est :1)non pertinent 2) peut neutre (le nombre mots de faisant argument d'autorité),3) quelque soit la langue si on regroupe tous les mots argotiques , des métiers ou ayant trait a une région particulière on arrivera à un constat identique pour la quantité de mot 4) si l'anglais etait une langue flexibles on pourrait mettre les mots dans l'ordre que l'on souhaite comme en latin5) le fait d'avoir énormémént de mots pour désigner une même chose est très génant pour la mémoire par rapport à une langue ou il y a un mot pour désigner une chose.(cf [ido/eo])
Donc l'anglais est une langue redondante si je vous suis bien car il y a enormément de synonyme

This is English[modifier | modifier le code]

Can you understand it?

Apparently they can't :P Ironmagma 9 mars 2007 à 09:20 (CET)

I can. So what? What's the point of this discussion?Old Fred Hunter9 mars 2007 à 10:52 (CET)

American English vs British English[modifier | modifier le code]

L'américain et l'anglais se différencient de plus en plus au niveau de l'orthographe et du vocabulaire. Une mention dans l'article sur cette évolution serait peut-être intéressante.--Michel Boulanger 20 décembre 2006 à 18:11 (CET)

il y aussi l'australien tant qu'on y est. Madame Grinderche 9 janvier 2007 à 08:53 (CET)

etymologie[modifier | modifier le code]

mot anglais d'origine francaise (introduit en angleterre par Guillaume Le Conquérant) aujourd'hui empruntés aux anglais: (à préciser)

  • budget:bougette
  • nurse:nourrice
  • cash:...
  • bacon:...

Madame Grinderche 9 janvier 2007 à 08:53 (CET)

Confusion ?[modifier | modifier le code]

Est-ce le paragraphe Emprunts à l'anglais parle de l'emprunt par le français de mots à l'anglais ? Si oui, il ne se trouve pas dans le bon article, non ? --GaAs 29 janvier 2007 à 16:04 (CET)

J'ai déplacé toute cette (longue) section dans le chapitre "influence de l'anglais", où il est plus à sa place que dans "lexique de l'anglais" comme précédemment. Je me demande, comme GaAs, si cette section est bien à sa place, et si elle ne serait pas mieux dans l'article "français#Emprunts étrangers".
J'en ai profité aussi pour placer "conjugaison" comme sous-rubrique de "grammaire". -- Camster 6 mai 2007 à 15:55 (CEST)

Au sujet de mél[modifier | modifier le code]

mél ne vient pas de e-mail, mais est une abréviation de messagerie électronique. C'est à partir de ça que les académiciens on construit ce mot, a utiliser comme l'abréviation "tél." et non comme "e-mail" ou "courriel".

Voir ici : [1]

Le lien précise qu'il s'agit d'une abréviation qui s'écrit "Mél." (avec une majuscule et un point à la fin). Il ne dit pas que cela peut être employé comme substantif. En fait, la proximité de son avec l'original "mail" n'est probablement pas un hasard. Gwalarn 21 avril 2007 à 15:34 (CEST)

Liens externes[modifier | modifier le code]

En passant sur cet article, je me suis permis de supprimer tous les liens externes, car aucun ne me semblait réellement répondre aux pré-requis des liens externes sur WP. Je les ai remplacé par la catégorie dmoz correspondante. Cependant, n'ayant rien rédigé de l'article, j'imagine qu'il y en a peut etre quelques-uns qui était pertinents. Je laisse donc le soin à ceux qui sont plus au fait de restaurer ce qui doit l'être. Bien cordialement, Maloq causer 15 avril 2007 à 23:59 (CEST)

Cette liste est certainement perfectible. Je l'ai cependant remise dans son intégralité car je pense que c'est à toi de dévalider ceux qui te semblent non conformes à la règle (pas de supprimer d'office l'ensemble du travail fait par d'autres) et parce que dmoz est essentiellement tourné vers l'apprentissage, ce qui est réducteur par rapport aux sites recensés. J'ai également fait un classement des liens pour que cette liste soit plus lisible. Gwalarn 21 avril 2007 à 16:42 (CEST)
Ok, ça roule, je vais essayer de les regarder un par un. Cela dit, j'ai bien peur que ça revienne aux même résultat, peu de site m'ont l'air de rentrer dans les critères. Maloq causer 21 avril 2007 à 17:41 (CEST)
Je met ici la liste de liens afin de mettre les raisons de leur eventuelle suppression:
Note: je supprime les site de cours quizz car ils n'apportent aucun contenu encyclopédique, et sont référencés sur dmoz. Je supprime également les liens vers des dictionnaires et rajoute les deux catégories dmoz dictionnaires français-anglais et dictionnaires anglais, bien plus riches.
En regardant les 4 derniers liens (sauf wikitravel), il me semble qu'ils sont une référence d'une partie de l'article, je vais me pencher (dès que j'ai du temps) sur l'historique pour essayer de retrouver les auteurs, et faire des notes cohérentes. Codialement. Maloq causer 21 avril 2007 à 18:13 (CEST)

Notoriété[modifier | modifier le code]

Bonjour,

J'ai supprimé la mention suivante:

Après une recherche sur le web, je n'ai trouvé rien qui ne parle de projet de langage européen (a part WP...). Il m'a semblé que ce n'était qu'un texte du style essai personnel, plutot qu'un langage reconnu. Maloq causer 21 avril 2007 à 13:40 (CEST)

prononciation / phonétique[modifier | modifier le code]

J'ai remplacé le tableau existant, incohérent et contenant des erreurs, par le tableau des consonnes de l'anglais recopié et traduit de en:English language#Consonants. Il faut compléter par des mots exemples et des notes, aussi ajouter les voyelles. Egalement supprimé une référence redondante. - Camster 11 septembre 2007 à 18:18 (CEST)

origine des mots[modifier | modifier le code]

je cite l'article:

En 1973, Thomas Finkenstaedt et Dieter Wolff, en se basant sur les 80 000 mots du Shorter Oxford Dictionary (3e édition), ont établi la répartition suivante [réf. nécessaire]:

  • français, y compris l'ancien français et le normand (ou anglo-français) : 28,3 %
  • latin, y compris les mots scientifiques et techniques récents : 28,24 %
  • ancien et moyen anglais, vieux norrois et néerlandais : 25 %
  • grec : 5,32 %
  • étymologie indéterminée : 4,03 %
  • mots dérivés de noms propres : 3,28 %
  • toutes les autres langues : moins de 1 %

Ceci fait un total de 95,17% (même en comptant 1 pour "moins de 1"): le déficit est grand et jette un doute sur ces chiffres. Quelqu'un est-il en mesure de rectifier? - Camster (d) 19 décembre 2007 à 09:21 (CET)

origine des mots (2)[modifier | modifier le code]

J'ai rétabli Henriette Walter "affirme" plutôt que "précise" car rien n'est démontré et la "précision" n'en est pas une: c'est plutôt une estimation différente, et très générale, de la proportion de mots empruntés au français. "Précise" semble suggérer que c'est elle qui aurait le dernier mot sur cette question... J'ai également remplacé le texte de la note "On peut trouver plus de précisions à ce sujet dans cet interview" par "Voir cet interview": en effet on n'y trouve pas, justement, de précisions supplémentaires. - Camster (d) 1 janvier 2008 à 16:56 (CET)

Anglais pas langue simple[modifier | modifier le code]

Que pensez-vous d'ajouter la phrase suivante : contrairement à une idée très répendue l'anglais n'est pas la langue la plus simple du monde

Euh, bien sûr l'anglais n'est pas la langue la plus facile du monde, mais c'est beaucoup plus facile que le français ou l'allemand. Personne n'a jamais dit que l'anglais est la langue la plus simple du monde... --Île_flottante~Floating island 3 janvier 2010 à 01:36 (CET)
Ce n'est pas la langue qui est simple, c'est sa morphologie : absence de genres, absence de cas, faible nombre de paradigme verbaux. C. Cottereau (d) 3 mai 2010 à 19:47 (CEST)

L'anglo-américain[modifier | modifier le code]

Je rejoins la remarque de Michel Boulanger du 20 décembre 2006, laissée sans réponse : l'anglo-américain (je ne parle pas de l'"argot américain") est devenu une forme autonome de l'Anglais, au même titre actuellement que l'Anglais britannique. A titre d'exemple, les formes d'écriture "center" ou "color" par exemple sont plus répandues que les "centre" ou "colour" de l'Oxford Dictionary. Il est surprenant que cet article ne le fasse figurer nulle part. L'"anglais international" (internet inclus) est bien plus anglo-américain que british. -- Fr.Latreille (d) 20 avril 2008 à 22:42 (CEST)

anglo-français[modifier | modifier le code]

Supprimé ce lien de la phrase "français, y compris l'ancien français et le normand : 28,3 %" dans la section "origine des mots". L'anglo-français n'est pas une langue mais une race de chiens (selon WP); l'anglo-normand est bien une langue mais n'est pas le normand. Donc hors-sujet. - Camster (d) 10 mai 2008 à 19:50 (CEST)

Le véritable niveau en anglais de la plupart des gens[modifier | modifier le code]

« À mon humble avis », dit Camster (d · c · b)... que son humilité n'empêche pas de sabrer un ajout sans juger utile de passer par la PdD. Sur sa page de présentation, il se garde bien d'ailleurs de nous dire quelles sont ses compétences en anglais, et il est pourtant utile parfois de connaître ce dont on parle ; je lui signale que Claude Piron, qu'il considère comme quantité négligeable, est un traducteur de très haute qualification, admis à officier à l'ONU après un concours où étaient admis six candidats sur 250, déjà triés sur le volet. Quand ce monsieur assure avoir rencontré des gens qui se disaient très forts en anglais et commettaient en fait les pires bourdes, je pense qu'il était d'un niveau suffisant pour les juger ; et lui-même avouait que, si l'on estimait à 100 le niveau en anglais d'un Anglais moyen, lui-même atteindrait à peine 85. On s'imagine où peuvent en être les autres ! Ma fille, traductrice, passe toujours en Allemagne pour une Allemande (elle y a fait plusieurs années d'études) et on l'a déjà prise pour une Anglaise en Angleterre, mais elle me dit avoir conscience de ses limites et se borne à traduire vers le français, sa langue maternelle. Camster a peut-être une expérience tout à fait différente, mais qu'il renonce provisoirement à la modestie et nous parle un peu de lui-même. Gustave G. (d) 18 mai 2009 à 10:35 (CEST)

Le rédacteur qui a sabré l'interpolation suivante
Selon le service de la recherche sur la pedagogie de hanovre il existe un décalage important dans l'apprentissage de l'anglais entre le niveau qu'estime posséder les utilisateurs et leur véritable maitrise de l'anglais , il a été demander a des élève qui pratiquaient depuis 8 à 10 ans d'estimer leur niveau de compétence en anglais (34% on répondu très bien , 38% on répondu bien maitriser l'anglais) Par contre suite à un teste d'évaluation on c'est rendu compte que seulement 1% des étudiant maitrisait très bien l'anglais , et seulement 4% le maitrisaient bien)[1]
avait bien raison de le faire.
Cet ajout concerne non pas la diffusion de l'anglais dans différents domaines et pays mais le niveau d'anglais d'apprenants scolaires dans un pays, du moins tel que ceux-ci l'imaginent.
De plus, il y a des fautes de français (ce qui reflète le niveau de français de l'intervenant).
S'il faut conserver une place à cet ajout dans la page, ce n'est pas à l'endroit initialement choisi.--Elnon (d) 18 mai 2009 à 10:55 (CEST)
  1. http://www.youtube.com/watch?v=Z7IeoNi79wk
Je suis heureux que nous ayons sur Wikipédia un collaborateur aussi compétent ; moi-même je ne suis qu'un modeste utilisateur de vos travaux, mais je me permets de m'étonner de votre suppression. S'il y a des fautes de français, vous n'avez qu'à les corriger, et puis je me demande moi aussi si l'intervention est bien à sa place, mais en pareil cas il suffit de la placer à un endroit plus adéquat car, dans l'article, elle est extrêmement utile ; car il est tout de même étrange qu'on parle de diffusion de l'anglais sans préciser à quel niveau il est connu. Je me rappelle avoir eu sous les yeux, par exemple, une lettre en anglais écrite par une secrétaire espagnole à une entreprise française : sans doute s'imaginait-on qu'en France tout le monde comprendrait. En fait le client a renvoyé la lettre à un bureau de traduction et le jeune traducteur dont j'ai relu le travail a eu bien du mal à essayer de comprendre : il fallait se creuser la tête pour essayer de retrouver ce que cette brave fille avait pu penser dans sa langue. Mais je pense que, pour se faire embaucher, elle avait dû assurer qu'elle connaissait l'anglais comme sa poche. J'ai beaucoup aimé la citation de Bernard Shaw que vous avez mise dans votre page de présentation ; il faudrait que je retrouve celle du professeur John C. Wells qui disait que, si l'on devait choisir une langue internationale d'après les seuls critères internes, l'anglais serait sans doute la dernière retenue ; il est vrai qu'il s'appuyait surtout sur des raisons de phonétique. Avec mon plus grand respect. Gustave G. (d) 18 mai 2009 à 12:11 (CEST)

Ce paragraphe doit figurer dans la partie sur la diffusion de l'anglais car cela permet de relativiser toute cette partie où l'on nous dit que l'anglais est pratiqué de manière importante dans différents domaines mais on ne donne jamais de quantification pour ce qui est de la réelle maîtrise de la langue.

Je vois que Elnon (d · c · b) écrit : « L'auteur doit en discuter et ne pas chercher à imposer son point de vue. » Mais ce n'est pas le point de vue de l'auteur, c'est celui de Claude Piron, grand traducteur et à qui on ne saurait nier une connaissance de l'anglais qui dépasse celle de monsieur Tout-le-Monde. On a tout à fait le droit de ne pas être de cet avis à condition de citer une autre autorité considérable, qui assurera par exemple qu'un Français sur trois a au contraire une excellente connaissance de l'anglais. Je serais vraiment curieux de savoir qui soutient une telle opinion. Gustave G. (d) 18 mai 2009 à 15:50 (CEST)
Je salue M. Gustave Graetzlin, qui fait dans WP un excellent travail dans ce domaine si passionnant qu'est le passage d'une langue à une autre. M. Graetzlin, j'ai le même avis que vous sur l'intérêt de l'ajout d'Ygdrasil mais il faut constater qu'il a été mis à un endroit où l'on s'attendrait à voir plutôt une brève introduction sur le thème de la diffusion et de l'influence de l'anglais de par le monde. Comme cet ajout traite du niveau supposé et du niveau réel de personnes ayant appris l'anglais en seconde langue, il faut lui trouver une autre place, sans doute dans une nouvelle section qui traiterait de l'apprentissage de l'anglais (sans exclure une autre possibilité). Le « point de vue » dont il est question dans mon message à l'adresse d'Ygdrasil dans la boîte de résumé, n'est pas celui exprimé par Claude Picon (j'y adhère entièrement), c'est la façon dont on maintient le paragraphe concerné à un endroit qui ne convient pas. Je veux bien me charger d'intégrer de manière plus pertinente cet ajout dans la page et profiter de toutes les suggestions pour ce faire, mais s'il doit y avoir blocage sur l'emplacement actuel ou encore des discussions interminables, je préfère renoncer. Très cordialement, --Elnon (d) 18 mai 2009 à 18:29 (CEST)
Si vous pouvez intégrer ailleurs l’idée d’Ygdrasil, je ne demande pas mieux. Ce que je voudrais, c’est qu’on ne passât pas sous silence la distorsion entre le mythe et la réalité ; que dans une réunion quelqu’un raconte qu’aujourd’hui tous les Japonais connaissent l’anglais au point que les jeunes en sont à oublier presque leur langue nationale, tout le monde le croira et le contradicteur sera unanimement traité d’imbécile. Et n’entendons-nous pas qu’en France nous sommes nuls en anglais mais que nous sommes une exception dans le monde par la faute de notre enseignement qui ne vaut rien ? Ailleurs croit-on, c'est beaucoup mieux. Et je repense à ce que disait Pierre Janton, professeur à l'université de Clermont-Ferrand : « Mieux vous parlerez l'anglais, moins bien vous serez compris » (des non-anglophones, bien sûr). Mais les gens ont presque l'impression qu'on présente une TI à mettre en doute que l'anglais soit aujourd'hui universellement compris. Gustave G. (d) 18 mai 2009 à 21:44 (CEST)
Pour répondre à Utilisateur:Gustave Graetzlin, d'une part, et expliquer ma suppression d'autre part:
Je ne mets nullement en cause la compétence de Claude Piron, ni son expérience, ni ses affirmations. Je pense simplement que la question du niveau que les gens s'attribuent en anglais et celle de la diffusion de cette langue dans le monde sont deux choses différentes.
La diffusion (locale, nationale, internationale) d'une langue est une chose sans doute très difficile à mesurer, puiqu'il faut tenir compte du nombre brut de locuteurs de cette langue (il y a des locuteurs natifs, d'autres pour qui c'est une langue étrangère mais bien connue, d'autres encore qui peuvent l'utiliser dans la vie quotidienne ou professionnelle mais la maîtrisent moins bien etc.) mais aussi des circonstances et de la fréquence avec lesquelles la langue est utilisée (au foyer, dans les loisirs, au travail, quotidiennement, fréquemment, à l'occasion, seule ou en concurrence avec une autre/d'autres langues ?). Ce sont des mesures difficiles à établir - au niveau mondial du moins.
le niveau auquel la langue est pratiquée est encore plus difficile à mesurer, me semble-t-il. Qu'est-ce qu'un "bon niveau" en anglais? Une maîtrise parfaite de la grammaire (mais quelle grammaire, celle de l'américain ou de l'anglais britannique?); ou une excellente prononciation? (mais est-ce celle d'Oxford? de Boston? d'Edinbourg ou de Sydney? Du broker de la City, du journaliste new-yorkais ou du livreur De Liverpool?) ; un vocabulaire étendu? (mais dans quel domaine et jusqu'à combien de mots?) La qualité de la langue parlée est impossible à mesurer dans l'absolu, et c'est un critère non pertinent à mon sens pour mesurer la diffusion de la langue. Quand deux scientifiques, un Français et un Hongrois, se rencontrent lors d'un colloque à Vienne et échangent en anglais, ou quand deux Nigérians font affaire en anglais, ou quand le pape en visite en Israël fait un discours en anglais, l'important n'est pas la qualité de leur anglais, encore moins le niveau auquel ils l'évaluent, mais simplement le fait que l'anglais leur sert de langue commune. (la même remarque vaut bien sûr pour tout autre langue qui joue ce rôle) - Camster (d) 18 mai 2009 à 19:20 (CEST)
Il me semble que cela doit être mis dans la diffusion car on s'imagine toujours que l'anglais parlé par les gens est un bon anglais hors si l'on implique le critère de qualité on se rend compte que ce n'est pas le cas et que très peu de personne on un niveau suiffisant anglais (5%) pour pouvoir réellement l'utiliser.--Ygdrasil 18 mai 2009 à 23:30 (CEST)
J'ai fait le nécessaire pour transférer le paragraphe concerné à un endroit plus indiqué de la partie "Diffusion de l'anglais" (voir mes commentaires dans l'historique). J'en ai profité pour intégrer dans la page l'image demandée avec une légende inspirée de celle de WP en anglais. S'il y a des corrections ou des aménagements à faire, n'hésitez pas. Cordialement à tous, --Elnon (d) 19 mai 2009 à 01:32 (CEST)
Merci Elnon.
Pour Utilisateur:Ygdrasil je voudrais juste ajouter qu'en effet il est utile de rappeler que "utilisation de l'anglais" n'est pas nécessairement synonyme de "parfaite maîtrise de l'anglais". Quant à l'affirmation selon laquelle "5% [des gens] ont un niveau suffisant pour pouvoir réellement l'utiliser", je me demande d'où vient ce chiffre. 5% de 7 milliards (si on arrondit la population mondiale à ce nombre) cela ferait environ 350 millions de personnes, ce qui est à peine supérieur à la population des ÉEtats-Unis et me semble donc très sous-estimé. - Camster (d) 19 mai 2009 à 08:40 (CEST)
ce chiffre vient de 4%+1% de l'etude de hanovre dont nous débattons je l'ai cité a titre d'exemple --Ygdrasil 19 mai 2009 à 09:24 (CEST)
je comprends. Mais ces chiffres appellent deux remarques. La première : qu'appelle-t-on un "bon" et un "très bon" niveau"? Par rapport à quoi le mesure-t-on? La deuxième: ces mesures de 4% et 1% portent apparemment sur un échantillon réduit de locuteurs de l'anglais (élèves allemands ayant appris l'anglais pendant 8 à 10 ans dans un cadre scolaire), qui n'est forcément pas représentatif de la situation dans d'autres groupes et d'autres pays, et ne peut pas servir de base à une estimation du niveau de maîtrise de l'anglais dans le monde - Camster (d) 19 mai 2009 à 18:27 (CEST)
Le niveau bon et très bon il y a 2 cas a mon sens :
  • 1) le niveau subjectif que les gens estiment posséder dans cette langue (et donc il se base sur leur sentiment de maitrise)
  • 2)pour le niveau objectif (celui évalué par les tests) il me semble que cela est standardisé (par exemple pour certain diplôme il est necessaire d'obtenir un certain nombre de points en anglais)

Ce qui est interressant dans cette étude plus que les chiffres en eux même c'est l'écart entre le niveau estimé et le niveau réel effectivement atteints ainsi que le temps qu'il a fallu pour atteindre ce niveau (5% de personne pouvant parler bien ou très bien l'anglais au bout de 8 à 10 ans d'étude cela implique 95% de personne ne le maitrisant pas) De plus cette étude présente l'intêret de casser le mythe du "en france on est null en langue" (l'étude ici est réalisée en allemagne et l'on constate le même phénoméne)

quelqu'un peut-il insérer cette image[modifier | modifier le code]

http://en.wikipedia.org/wiki/File:English_dialects1997_modified.svg

origine des mots[modifier | modifier le code]

Utilisateur:Ygdrasil a modifié le 20 mai 2009 le texte comme suit : -

est devenu :

avec le commentaire « commment peut-on distinguer les vairante du français et du latin? »

Même s'il est vrai que la plupart des mots empruntés au français viennent du latin, je ne vois pas de raison d'amalgamer dans une même rubrique les mots venant du français et les mots directement empruntés au latin. - --Camster (d) 20 mai 2009 à 16:03 (CEST)

Ce qui me géne dans le découpage latin/français c'est comment fait-on pour distinguer l'origine d'un mot par exemple le mot rose en anglais serait-il classé d'origine latine (rosa) ou d'origine française ? c'est pourquoi je trouvais plus pertinent de regrouper en 1 ensemble --Ygdrasil 21 mai 2009 à 10:57 (CEST)

je comprends votre question, mais je ne peux pas y répondre directement. L'étymologie n'est pas mon domaine. Mais nous savons que dans pas mal de cas on sait si un mot est emprunté au français, ou directement au latin, ou à une autre langue bien sûr. Par exemple "bishop" (évêque) vient du latin "episcopus" (qui vient lui-même du grec "episkopos") alors que "people" vient de l'ancien français "pople" (qui vient lui-même du latin "populus"). De plus certains mots qui viennent du français ont une origine autre que latine, par exemple "admiral" du vieux français "admiral / amiral" qui vient lui-même de l'arabe "al amir al-rahl/al-calī", ou encore "branch" qui vient de "branche" lui-même d'origine gauloise semble-t-il. Donc on ne peut pas dire que tout ce qui vient du français vient du latin, ni que tous les emprunts au latin sont passés par le français. --Camster (d) 22 mai 2009 à 13:46 (CEST)

nombre de mots[modifier | modifier le code]

Utilisateur:Ygdrasil écit ceci, citant Claude Piron: « Dans pratiquement toutes les langues il y a un rapport de forme, qui facilite la mémorisation. Ceci est souvent absent en anglais. Par exemple on dérive lunaire de lune, dentiste de dent, désarmement d'arme. En anglais il faut souvent apprendre deux mots différents: moon/lunar, tooth/dentist, weapon/disarmament. Et on ne maîtrise pas l'anglais si on ne connaît pas des milliers de doublets du style buy/purchase, read/peruse, freedom/liberty, threat/menace, etc. »

Malgré tout le respect dû à Claude Piron, dont beaucoup d'observations me semblent justes, ce point de vue me semble légèrement biaisé. Car s'il est indéniable que l'anglais comprend beaucoup de doublons, qui peuvent alourdir la tâche de qui apprend cette langue, il est vrai aussi que la dérivation existe aussi en anglais comme dans les exemples cités par Piron et repris par Ygdrasil: swim / swimmer / swimming, friend / friendly / friendship, etc.

Le phénomène "reproché" à l'anglais existe d'ailleurs aussi en français : eau et hydrologie sont un exemple.

Dans certains cas c'est l'anglais qui, par rapport au français, est plus simple: ainsi l'anglais dit "water", "water bird" et "water skiing" là où le français additionne "eau", "oiseau aquatique" et "ski nautique". On pourrait ajouter aussi "water table" ("nappe phréatique") et "water system" (réseau hydrographique").

De plus je ne suis pas sûr que ces considérations sur la difficulté plus ou moins grande d'apprendre l'anglais soient à leur place dans ce paragraphe. - --Camster (d) 20 mai 2009 à 17:11 (CEST)

*Mon intervention avait simplement pour but de nuancer le paragrahphe sur la quatité de mot qui pouvait laisser sous entendre en anglais il y a plein de mots ce qui en fait une langue plus prècise que les autres .
  • Vous noterez que je n'ai jamais dit que la dérivation n'existait pas en anglais.
  • Ces considérations ont leurs place dans ce paragraphe dans la mesure ou elles relativise la quantité de mots cité au tout début .

--Ygdrasil 20 mai 2009 à 23:24 (CEST)

je note bien volontiers que vous n'avez pas dit que « la dérivation n'existait pas en anglais. » Mais la formulation (de Claude Piron) « Dans pratiquement toutes les langues il y a un rapport de forme, qui facilite la mémorisation. Ceci est souvent absent en anglais » peut laisser penser qu'en effet la dérivation n'existe pas en anglais, ou à tout le moins qu'elle est rare, ce qui n'est pas du tout le cas. Pour la clarté et par souci d'exactitude je pense qu'il serait donc préférable de supprimer purement et simplement cette remarque de l'article. Je ne l'ai pas fait, attendant d'autres avis. Le reste, qui concerne les doublons saxons / romans, me semble tout à fait recevable et à sa place dans le paragraphe. - Camster (d) 21 mai 2009 à 07:54 (CEST)

Modification du dernier paragraphe 21 juillet 09[modifier | modifier le code]

J'ai refondu ce paragraphe en le rattachant au précédent. Du paragraphe d'origine (recopié ci-dessous) j'ai supprimé les parties en gras (c'est-à-dire presuqe tout), qui me semblent ou insuffisamment justifiées ou très subjectives ("Dans pratiquement toutes les langues", "souvent absente" "souvent apprendre deux mots", qu'est-ce exactement que "maîtriser l'anglais"?) ou peu pertinentes (les dérivations existent aussi en abondance en anglais, les paires de quasi-synonymes existent aussi en français, voir acheter / acquérir etc.)

« Dans pratiquement toutes les langues il y a un rapport de forme, qui facilite la mémorisation. Cette caractéristique est souvent absente en anglais[17]. Si en français on dérive « lunaire » de « lune », « dentiste » de « dent », « désarmement » d'« arme », en anglais par contre il faut souvent apprendre deux mots différents : moon et lunar, tooth et dentist, weapon et disarmament. Et l'on ne maîtrise l'anglais que si l'on connaît des milliers de doublets du style buy/purchase, read/peruse, freedom/liberty, threat/menace, etc. »

Citations[modifier | modifier le code]

Bonjour. Je trouve que le paragraphe avec des citations sur l'expansion de l'anglais n'apporte rien. En effet, de simples citations, sans mise en perspective, ne constituent pas un contenu encyclopédique. De plus, le choix des citations n'est pas neutre. On peut très facilement trahir la pensée de quelqu'un en ne mentionnant que quelques phrases bien choisies. D'ailleurs, celui qui procède au choix des citations effectue un travail inédit. Je me souviens que quelqu'un avait un jour réussi à faire passer ici Winston Churchill pour un crypto-nazi (voir par exemple cette version). Tout ça pour dire qu'une citation, même d'un personnage illustre, n'est pas toujours significative. Autrement dit : on peut faire dire tout ce qu'on veut aux citations. Rāvən (d) 19 juillet 2009 à 07:49 (CEST)

Effectivement, ces citations ne sont pas à leur place au début de la section, elles seraient plus pertinentes dans la sous-section "Polémiques", de plus la 3e citation ne mentionne pas la langue.--Elnon (d) 19 juillet 2009 à 08:52 (CEST)
Il est exact qu'on peut prendre une citation au rebours de ce qu'elle signifie… ou refuser d'y voir ce qu'elle dit expressément ; mais il faut en pareil cas beaucoup de naïveté ou de complaisance pour s'y laisser prendre. Dans le cas de David Rothkopf la citation n'est qu'un encouragement à lire Praise of Cultural Imperialism d'où elle est tirée, article qui est capable d'édifier le lecteur. Le seul argument pour faire mettre de côté cette phrase dérangeante serait de montrer que son auteur n'est qu'un Américain moyen, sans la moindre autorité ni la moindre influence et qu'il ne représente que lui-même. Il faudrait bien sûr ne pas trop regarder Google Scholar qui nous montre que Praise of Cultural Imperialism est cité 111 fois dans des publications de référence. Gustave G. (d) 19 juillet 2009 à 12:19 (CEST)
effectivement il peut être intéressant de lire Praise of Cultural Imperialism de David Rothkopf, mais est-ce une raison suffisante pour justifier cette citation dans l'article? Je pense que non: d'abord parce que David Rothkopf, même s'il n'est pas un "quidam" (il est "directeur général du cabinet de conseil Kissinger Associates", certes, mais qu'est-ce que ce cabinet?), n'est pas une autorité politique comme l'était Thatcher ou comme le serait Obama. Exprime-t-il autre chose que son propre point de vue?
D'autre part et faute d'autres citations contradictoires celle-ci semble accréditer l'idée d'un complot (?) fomenté par les Américains (?) pour faire de l'anglais la langue universelle. Cette seule citation, intéressante parmi d'autres et au sein d'une étude, me semble donc ici totalement biaisée et à supprimer. - 19 juillet 2009 à 19:54 (CEST)Camster (d) 19 juillet 2009 à 19:54 (CEST)
Cela dit cela peut être mis en corrélation avec les bénéfices réalisé par la "vente" de l'anglais dans certains groupes inter-étatique comme l'europepar les pays anglophone ,et permet d'expliquer en partie le faible investissment que font les pays anglophones dans l'apprentissage des langues , la citation est peut-être placée maladroitement mais j'ai pensé que la place de la citation devait figurer dans la partie sur l'extention de la langue.Si il n'y a pas complot (se serait idiot de le penser) cependant il serait naif de croire que les états-uni et l'anglettere ne cherchent pas a accroitre cette influence ( pour rappel l'angleterre gagne chaque année 18 miliard d'euro au cause du role de sa langue dans les institution européenne)ce que l'on nomme communément impot linguisitque ( voir les travaux de françois grin sur le sujet).Cependant il est vrai que la citation de margarette tacher ne rentre pas directement dans se cadre
--Ygdrasil 19 juillet 2009 à 21:58 (CEST)
Je suis d'accord avec ce qui précède, mais ce point doit être argumenté et justifié dans l'article et on ne peut pas se contenter de listes de citations, même de personnalités "faisant autorité". - Camster (d) 20 juillet 2009 à 15:44 (CEST)
+1 : je ne suis pas contre la rédaction d'un paragraphe (sourcé) concernant la politique de promotion de l'anglais par les gouvernements du Royaume-Uni et des États-Unis, mais ce paragraphe ne peut se limiter à des citations. Telles quelles, ces citations font précisément supposer l'existence d'un complot. Rāvən (d) 22 juillet 2009 à 16:04 (CEST)
J'ai procédé à la refonte du paragraphe, en gardant dans le texte la citation de Margaret Thatcher et en mettant en note la deuxième, bien trop longue. J'ai ajouté une phrase introductive.--Elnon (d) 29 septembre 2009 à 00:14 (CEST)

Un ajout qui n'est pas à sa place[modifier | modifier le code]

J'ai retiré du paragraphe "Polémique sur la diffusion de l'anglais" ce paragraphe récemment ajouté concernant un désavantage de l'anglais par rapport à d'autres langues, son "opacité". Si le contenu en est intéressant, je peine encore à voir son rapport avec la polémique dont il est question.

« selon le l'article "Apprendre à lire avec les doigts" paru en septembre 2004 dans Médecine et enfance:
Le deuxième facteur critique dans l’apprentissage de la lecture est la régularité de la correspondance entre le son et le symbole visuel qui l’exprime. Les langues comme l’italien ou l’espagnol sont des langues dites «transparentes », c’est-à-dire qu’un son se traduit par un seul symbole ou graphème, et les graphèmes se lisent toujours de la même façon. L’anglais est une langue très opaque, la même lettre pouvant correspondre à plusieurs sons. Le français est intermédiaire et se caractérise par une asymétrie entre lecture et écriture. Par exemple «eau » se lit toujours //o/mais /o/peut s ’écrire «o »,«eau »,«au »,«ot », etc. Il faut également tenir compte du nombre de lettres qui peuvent coder le son. Parfois il s ’agit d ’une seule lettre /m/,/p/,parfois de deux («ch » «eu » par exemple) ou même de trois («eau »). Cette irrégularité des correspondances a un coût non négligeable.A la fin de leur première année de lecture,les écoliers italiens lisent 100 %des pseudo-mots qu’on leur présente,les français 75 %et les anglais seulement 30 %.Il faudra trois ans aux écoliers anglais pour atteindre le niveau de lecture des Italiens. Même à l’âge adulte, chez des lecteurs performants, le coût de l’irrégularité de l’anglais reste notable, puisque les Anglais lisent moins vite que les Italiens la même liste de pseudo-mots. On constate également que le niveau de lecture n’a pas d’impact sur le QI verbal en espagnol mais en a un en anglais. En effet, si l’on considère qu’une partie importante du vocabulaire de l’enfant est acquise par la lecture de textes, on conçoit bien que la difficulté de lecture de l’anglais amplifie les différences entre écoliers. On voit donc qu’à capacités égales d’apprentissage de la lecture, l’environnement linguistique va handicaper ou favoriser le jeune lecteur et que les langues (et surtout leurs élites à travers les académies) n’ont pas toujours fait les bons choix pour faciliter la tâche du cerveau. »

Ou alors faut-il consacrer un nouveau paragraphe aux défauts de l'anglais ? Qu'en pensent les rédacteurs de l'article ?--Elnon (d) 13 novembre 2009 à 15:10 (CET)

Je ne vois pas exactement ce qu'on entend par les "défauts" d'une langue, c'est une notion que me semble subjective et derrière laquelle on voit le risque d'aboutir à un "classement" des langues, certaines étant déclarées plus parfaites (ou moins imparfaites) que d'autres.
Chaque langue est comme elle est, le résultat d'un long processus d'évolution, il n'y a pas de langue supérieure aux autres, ni inférieure. Ce n'est pas parce qu'une langue est plus parlée, ou plus ancienne, ou appartient à une culture plus avancée techniquement, qu'elle est supérieure aux autres - ni inférieure.
D'autre part le degré de complexité d'une langue n'a rien à voir avec le degré de développement social et technique de ceux qui la parlent. Certaines langues de peuples "primitifs" sont plus complexes, sur le plan du lexique, ou de la grammaire, ou du système phonologique, que les langues européennes. Cela veut-il dire qu'elles sont supérieures? Ou au contraire qu'elles ont plus de "défauts"?
A la rigueur on pourrait envisager de parler des "difficultés d'apprentissage" d'une langue (le rapport graphie-phonie en anglais en est une), mais même cela reste assez subjectif.
Camster (d) 7 décembre 2009 à 20:54 (CET)
Je faisais allusion à "la difficulté de lecture de l'anglais" évoquée dans le paragraphe (j'aurais dû mettre le mot défauts entre guillemets). Je suis bien sûr du même avis que vous. --Elnon (d) 7 décembre 2009 à 21:38 (CET)

Section influences indirectes[modifier | modifier le code]

Si j'ai bien compris, c'est le deuxième paragraphe de la section qui paraît hors sujet, et qui justifie le bandeau de pertinence. L'opinion que j'exprimais, peut-être maladroitement, n'est , malheureusement, pas personnelle, mais partagée par les membres du WWF (qui représente 3 millions d'adhérents), et prise au sérieux par les autorités officielles françaises et européennes. Si le gâteau était plus grand, on ne parlerait pas autant d'environnement. J'ai revu la formulation pour que cela paraisse moins personnel au lecteur, sourcé avec des sites sérieux, et indiqué « voir empreinte écologique » car on est effectivement à la frontière avec un autre sujet.Pautard (d) 5 décembre 2009 à 18:49 (CET)

Souvenirs d'un ancien[modifier | modifier le code]

Il faudrait retrouver de vieux articles des années 1970. On montrait alors les populations du monde entier comme impatientes d'adopter l'anglais. Les différents gouvernements menaient des combats d'arrière-garde mais bientôt la télévision par satellite allait faire irruption et très vite seraient balayées les chaînes qui s'obstineraient à employer les misérables dialectes locaux. En quelques années, sur tout le globe, on ne regarderait plus la télévision qu'en anglais. Depuis lors les paraboles se sont multipliées et l'anglais reste une simple possibilité parmi d'autres.

Le 31 décembre 1999 (il y a presque dix ans) The Economist nous prédisait qu'Internet allait réussir là où la télévision avait échoué (voir la première note de l'article) ; je n'en ai pas l'impression. Il suffit de voir sur notre Wikipédia les articles restés squelettiques et où pourtant se sont succédé nombre de wikipédiens qui seraient certainement rangés parmi les 250 ou 300 millions de bipèdes qui « emploient [l'anglais] ou savent l'employer en tant que deuxième langue ». Gustave G. (d) 18 décembre 2009 à 13:31 (CET)

Statut officiel[modifier | modifier le code]

L'anglais n'est pas la langue officielle des USA, puisque les USA n'ont pas de langue officielle. Voyez: article sur English Wikipedia. L'anglais n'est la langue natale que pour 82 % des Américains. Encore 12 % parle l'espagnol comme langue natale. Les USA n'ont jamais eu de langue officielle. Un bon nombre des états particuliers, en revanche, ont leurs propres langues officielles. Je vais alors supprimer cette partie de l'article --TimothyDexter (d) 5 février 2010 à 04:42 (CET)

Sous-entendus[modifier | modifier le code]

On ne peut pas mettre sur le même plan les emprunts contemporains du français à l'anglais et les emprunts de l'anglais à l'ancien français ou au normand.

En effet, la langue d'oïl était parlée dans les îles britanniques et est à l'origine d'un phénomène de substrat essentiel et fondateur de l'anglais moderne. Rien à voir avec la langue française, qui certes s'est fortifiée d'emprunts divers et limités au cours de son histoire, mais qui aujourd'hui aborde un tournant qui pourrait mener à sa perte pure et simple (comme c'est le cas pour beaucoup de langues), car l'anglais est devenu la source quasi-exclusive d'emprunts qui phagocytent et appauvrissent littéralement la lexique du français, pour cause de mondialisation économique, de journalistes pressés ou / et incompétents dans les deux langues, de chefs d'entreprises qui veulent faire "branchés". Ainsi un mot comme "drastique" relègue (alors qu'il est franchement très laid) le beau terme français de "draconien" aux oubliettes et tout sur le même plan (drastique ne s'emploie quasiment que pour décrire les effets d'un médicament en français), on pourrait dire la même chose de "discount" (alors que le français a pléthore de terme (rabais, ristourne, etc.), etc. C. Cottereau (d) 3 mai 2010 à 20:02 (CEST)

Mots d'origine norroise[modifier | modifier le code]

Selon le Online Etymology Dictionnary qui semble être une valeur sûre, "again" vient sans conteste du vieil anglais "ongean" et non du vieux norrois comme indiqué dans l'article. Cuauhtémoc (d) 4 janvier 2011 à 23:12 (CET)

non pas tout à fait, car l'anglais se caractérise par la palatalisation du /g/ du germanique commun, donc il y a forcément une influence scandinave sur le /g/ comme dans give. ce n'est pas ongean mais onġean, le g avec un point note [j] Y. ça aurait donc dû donner *ayain, d'ailleurs il s'agit ici d'un dialecte, il y a plusieurs mots onġæġn, onġeġ, la forme moyen anglais est aȝen, éliminée au 16e par une forme dialectale du nord avec /g/ dur issue du vieux danois. Source OED English Etymology. C. Cottereau (d) 5 janvier 2011 à 00:04 (CET)

Un article plusieurs fois cité[modifier | modifier le code]

Dans un article du Financial Times du 8 octobre 2010 Simon Kuper (en) a écrit en reprenant un mot prêté à Cecil Rhodes : « Naître anglais, c'est gagner le gros lot à la loterie de la vie » et il disait s'en être rendu compte lors d'une conférence internationale : en fait les anglophones y faisaient la loi et les autres, francophones mais aussi néerlandophones ou germanophones, préféraient balbutier des notes rédigées en mauvais anglais, et que plus personne n'écoutait au bout d'une minute, même si on leur demandait de parler plutôt dans leur langue et que des interprètes avaient été prévus pour eux mais restaient à ne rien faire dans leurs cabines.

Cette apologie de l'anglais était d'ailleurs à double tranchant, car elle montrait que les non-anglophones avaient assimilé la soumission mais n'avaient pas assimilé l'anglais. Gustave G. (d) 22 mars 2011 à 20:30 (CET)

Poésie et littérature[modifier | modifier le code]

Bonjour,

Ce n'est pas souvent que j'interviens en PDD sans rien faire, mais étant incompétent sur le sujet je vais me contenter de ça pour cette fois. Comme je suppose que cet article est assez suivi, je me permets de signaler des manques que je trouve assez embêtants. Bien que nous vivions une époque moderne, comme dirait l'autre, il me semble dommage que les mots "poésie" et "littérature" soient absents de l'article, tandis que Shakespeare n'apparaît qu'au détour d'un exemple de prononciation de diphtongue et dans une note de bas de page...

Bref, pour être plus clair, si une bonne âme pouvait écrire au moins un mot sur les grands poètes et écrivains anglais (les grands anciens, les récents qui ont eu des prix Nobel etc.). Je constate d'ailleurs que Poésie anglaise et Poésie en anglais sont des liens rouges qui font froid dans le dos - avis aux amateurs ! Par ailleurs, j'ai entendu au café du Commerce que la langue anglaise était selon certains experts, avec le français, la langue qui permettait l'expression poétique la plus raffinée. Wikipédia pourrait-il m'en dire plus ? J'attends avec impatience ! --Awkiku (d) 2 mai 2011 à 18:12 (CEST)


Article orphelin[modifier | modifier le code]

L'article Influence du français sur l'anglais est déclaré orphelin. Quelqu'un peut-il y jeter un coup d'oeil et insérer un lien approprié dans celui-ci ? Merci. Ji-Elle (d) 21 septembre 2011 à 08:30 (CEST)

Références à Crystal[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du projet de restauration des ancres brisées Harvard, j'ai tenté de réparer cette page. Cependant, il m'est impossible de compléter le travail, compte tenu du fait que 6 références citent une oeuvre de Crystal:

  • Entrée #Crystal appelée par la référence [2]
  • Entrée #Crystal appelée par la référence [15]
  • Entrée #Crystal appelée par la référence [16]
  • Entrée #Crystal appelée par la référence [22]
  • Entrée #Crystal appelée par la référence [24]
  • Entrée #Crystal appelée par la référence [25]

Or, il y a deux ouvrages de Crystal (2003 et 2010) dans la bibliographie. En espérant qu'un wikipédien puisse faire le tri... Merci. — Bouchecl (dring) 10 juin 2012 à 20:55 (CEST)

La réponse est vraisemblablement dans la page en anglais. --Elnon (d) 10 juin 2012 à 23:27 (CEST)
J'ai assigné toutes les mentions à Crystal à Crystal 2003. S'il y a un problème, n'hésitez pas ! — Bouchecl (dring) 11 juin 2012 à 18:40 (CEST)

Chauvinisme[modifier | modifier le code]

Pour un non-Francais comme moi-meme, cet article est rempli de chauvinisme francais. Il devrait traiter son sujet en-soi, et ne pas etre si obsede par la langue francaise. 86.29.235.207 (d) 10 juillet 2013 à 21:03 (CEST)

chauvinisme français[modifier | modifier le code]

Je suis d'accord que la tendance des contributeurs français est de faire trop souvent des articles franco-français, ce qui peut décourager les autres francophones (qui sont majoritaires) de contribuer à Wikipedia et même de le consulter.