Cardère sauvage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dipsacus fullonum)

Dipsacus fullonum

La Cardère sauvage (Dipsacus fullonum ou Dipsacus sylvestris) est une espèce de plantes herbacées de la famille des Dipsacaceae selon la classification classique de Cronquist (1981) ou des Caprifoliaceae selon la classification phylogénétique APG III (2009). Elle est aussi appelée Cabaret des oiseaux ou Bonnetier sauvage. Cette espèce, autrefois parfois utilisée pour le cardage de la laine est à distinguer de la Cardère à foulon ou Chardon à Bonnetier (Dipsacus sativus) espèce à inflorescence plus longue et piquants plus courts domestiquée et utilisée pour le lainage de la laine[1],[2],[3].

Dans le calendrier républicain, Cardère était le nom donné au 17e jour du mois de fructidor (3 septembre)[4].

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante bisannuelle, de 70 cm à 1,5 m de haut. Les feuilles opposées par paires le long de la tige sont soudées par leur base deux à deux et forment une cuvette dans laquelle l'eau de pluie peut s'accumuler, d'où le nom vernaculaire de « cabaret des oiseaux ».

Les fleurs, de couleur rose lilas, sont groupées en capitules ovales de 5 à 9 cm de long. Ces capitules sont entourés d'un involucre formé de longues bractées munies d'aiguillons piquants. De petites bractées piquantes sont insérées entre les fleurs.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition de Dipsacus fullonum se situe dans l'Ancien Monde. Elle inclut l'Afrique du Nord (Maghreb), le Proche-Orient et l'Europe, depuis les îles Britanniques, le Benelux, l'Allemagne et la Pologne jusqu'au bassin méditerranéen.

L'espèce s'est naturalisée dans toutes les régions tempérées, notamment en Amérique du Nord (États-Unis, Canada), en Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Équateur, Uruguay) et en Australasie (Australie et Nouvelle-Zélande)[5].

Son habitat-type est constitué par les mégaphorbiaies planitiaires-collinéennes, eutrophiles, médioeuropéennes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Organes reproducteurs
Graine

Données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Utilisation[modifier | modifier le code]

La racine, qui renferme de l'inuline comme substance de réserve, est apéritive.

Certaines variétés sont cultivées comme plantes ornementales.

Cardère sauvage ( Dipsacus fullonum )

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Selon les différentes sources taxonomiques que l'on consulte, le nom scientifique retenu de cette espèce peut être Dipsacus fullonum L.[6],[7] ou Dipsacus sylvestris Huds.[8]

Synonymie :

  • Dipsacus fullonum subsp. sylvestris (Huds.) P.Fourn.

Parasitisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Encyclopédie méthodique, Agriculture, Tome troisième [Chable-Cytise], Paris, 1793, p. 62, article « Chardon à Bonnetier » par Alexandre-Henri Tessier : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5831298g/f77.image. Tessier parle de « Chardon à Bonnetier, Chardon à Foulon, Chardon à Lainer, Chardon à Carder, Chardon Lanier, Chardon à Drapier » pour désigner Dipsacus fullonum et Dipsacus sativus, en faisant la distinction entre deux espèces de « Chardon à Bonnetier » : le « sauvage & le cultivé »
  2. Ethnobotanique et usage des noms vernaculaires de Dipsacus fullonum L. sur Tela-Botanica
  3. (en) Daniel Mosquin, « Dipsacus sativus », sur The University of British Columbia, (consulté le )
  4. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 30.
  5. (en) Ian Popay, « Dipsacus fullonum (common teasel) », sur Invasive Species Compendium (ISC), CABI, (consulté le ).
  6. Selon Tela-Botanica, consulté le 02 Novembre 2018
  7. (fr+en) Référence ITIS : Dipsacus fullonum L. (+ version anglaise), consulté le 02 Novembre 2018
  8. (fr) Référence Catalogue of Life : Dipsacus sylvestris , consulté le 02 Novembre 2018
  9. Déom (1988), p. 38-39.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Déom, « La Cardère sauvage », La Hulotte, no 61,‎ , p. 1-40

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]