Deuxième bataille de l'Isonzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deuxième bataille de l'Isonzo
Les douze batailles de l'Isonzo
Informations générales
Date du 18 juillet au
Lieu Rivière d'Isonzo
(nord-est de l'Italie)
Issue Victoire austro-hongroise
Belligérants
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Commandants
Luigi Cadorna, Emmanuel-Philibert de Savoie Franz Graf Conrad von Hötzendorf, Svetozar Boroević
Forces en présence
260 bataillons
840 pièces d'artillerie
105 bataillons
420 pièces d'artillerie
Première Guerre mondiale
Batailles
Le front italien et les batailles d'Isonzo

Première bataille · Deuxième bataille · Troisième bataille · Quatrième bataille · Cinquième bataille · Sixième bataille · Septième bataille · Huitième bataille · Neuvième bataille · Dixième bataille · Onzième bataille · Douzième bataille

Coordonnées 45° 51′ 48″ N 13° 31′ 41″ E / 45.86333333, 13.5280555645° 51′ 48″ Nord 13° 31′ 41″ Est / 45.86333333, 13.52805556

Géolocalisation sur la carte : Frioul-Vénétie julienne

(Voir situation sur carte : Frioul-Vénétie julienne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Deuxième bataille de l'Isonzo.

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Deuxième bataille de l'Isonzo.

La deuxième bataille de l'Isonzo est une opération militaire de la Première Guerre mondiale, qui a eu lieu du 18 juillet au en Italie.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

tranchée austro-hongroise

Les Italiens et les Austro-Hongrois s'affrontent lors de la deuxième bataille sur les rives de l'Isonzo. Le commandant en chef de l'armée italienne, le général Luigi Cadorna, a envoyé de l’artillerie supplémentaire sur le front dans l'espoir de réaliser une percée décisive sur Trieste. De leur côté, les Austro-Hongrois, en infériorité numérique, ont renforcé leurs positions avec seulement deux divisions supplémentaires, mais qui s'avèrent suffisantes.

La bataille débute par un tir de barrage plus bref et plus nourri des Italiens qui ne dure cependant que 2 jours, et leur IIe et IIIe armées réalisent une avance initiale, qui fait 4 000 prisonniers austro-hongrois, le 22 juillet. La pénurie d'obus et d'artillerie lourde freine leur progression face au système de tranchées ennemies, restées intactes et protégées par des barbelés. La bataille prend fin le 3 du mois suivant.