Première bataille de l'Isonzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Première bataille de l'Isonzo
Les douze batailles de l'Isonzo
Informations générales
Date du 23 juin au
Lieu Rivière d'Isonzo
(nord-est de l'Italie)
Issue Victoire tactique austro-hongroise
Belligérants
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Commandants
Luigi Cadorna, Emmanuel-Philibert de Savoie Franz Graf Conrad von Hötzendorf, Svetozar Boroević
Forces en présence
200 000 hommes
700 pièces d’artillerie
100 000 hommes
354 pièces d’artillerie
Pertes
16 000 10 000
Première Guerre mondiale
Batailles
Le front italien et les batailles d'Isonzo

Première bataille · Deuxième bataille · Troisième bataille · Quatrième bataille · Cinquième bataille · Sixième bataille · Septième bataille · Huitième bataille · Neuvième bataille · Dixième bataille · Onzième bataille · Douzième bataille

Coordonnées 45° 56′ 33″ N 13° 36′ 09″ E / 45.9425, 13.602545° 56′ 33″ Nord 13° 36′ 09″ Est / 45.9425, 13.6025

Géolocalisation sur la carte : Frioul-Vénétie julienne

(Voir situation sur carte : Frioul-Vénétie julienne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Première bataille de l'Isonzo.

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Première bataille de l'Isonzo.

Le , pendant la Première Guerre mondiale, les Italiens ouvrent la première des douze batailles de l'Isonzo face à l'Autriche-Hongrie. Pour l'Italie l'objectif est la conquête de la ville de Trieste, principal port autrichien sur la mer Adriatique. Les Autrichiens peuvent compter sur une meilleure qualité d'armement, notamment sur des pièces d'artillerie plus puissantes, mais ils sont en infériorité numérique par rapport aux Italiens. Cependant la guerre de montagne donne un grand avantage aux défenseurs par rapport aux assaillants. Ceci explique l'attitude passive de l'armée austro-hongroise qui, jusqu'en 1917 se contente de défendre face aux attaques italiennes sans mener d'attaque d'envergure.

Le déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Görz/Gorica et la rivière d'Isonzo

Les 200 000 Italiens, au départ environ deux fois plus nombreux en hommes et en pièces d'artillerie que les Austro-Hongrois, gagnent du terrain lors de la première phase de la bataille. Cependant leur principale offensive, qui débute le , se solde par un échec. En effet, les forces italiennes qui attaquent sur un front de 30 km, n'arrivent à prendre position qu'à un seul endroit, sur la rive gauche de l'Isonzo.

Une nouvelle attaque le donne peu de résultats. Les armées italiennes, la IIe sous les ordres du général Pietro Frugoni (it) et la IIIe du duc d'Aoste, prennent la tête de l'offensive.

La IIIe armée italienne a pour objectif de rompre le front entre Monfalcone et Sagrado vers le haut plateau de Doberdò pendant que la IIe armée avancerait entre Monte Sabotino et Podgora. Le but était de conquérir la tête de pont de Gorizia, de traverser l'Isonzo, de s'emparer des montagnes Kuk et Priznica et de mener également une attaque contre la tête de pont de Tolmin. Malgré sa supériorité numérique, l'armée italienne ne put atteindre aucun de ses buts. À Sagrado seulement elle réussit à pousser jusqu'au haut plateau de Doberdò en avançant de moins de 2 km.

L'Italie essuie de lourdes pertes : 15 000 à 16 000 hommes, dont 4 000 pour la seule bataille de Gorizia. Les pertes austro-hongroises s'élèvent à 10 000 hommes.

Le sonne la fin de la première bataille de l'Isonzo.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Parmi les conséquences de la bataille se trouve la déportation par les troupes austro-hongroises d'une grande partie des populations italiennes des villes de Monfalcone et Sagrado vers des camps d'internement situés plus au nord en particulier dans la ville de Wagna[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Von Flavia Solva zu Wagna sur le site officiel de la commune de Wagna.