Détour (film, 1945)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Detour (film, 1945))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Détour.
Detour
Description de l'image DetourPoster1.jpg.
Titre original Detour
Réalisation Edgar G. Ulmer
Scénario Martin Goldsmith,
Martin Mooney (non credité)
Acteurs principaux
Durée 68 min.
Sortie 1945

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Detour.jpg

Détour (Detour) est un film noir réalisé par Edgar George Ulmer, produit aux États-Unis et sorti en 1945.

Originellement simple série B tournée rapidement avec un budget modeste, le film recueille les louanges à travers les années et est à présent tenu en haute estime. Adaptation du roman éponyme de Martin Goldsmith par lui-même et Martin Mooney, ce film serré (68 min) fut produit par Producers Releasing Corporation (PRC).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un pianiste de bar, Al Roberts, part en stop rejoindre sa fiancée en Californie. Sur la route, un inconnu en décapotable (Haskell) le prend. Ayant pris le volant, Al s'arrête pour remettre la capote sous la pluie et découvre que le propriétaire de la voiture est mort dans son sommeil. Paniqué, il jette le corps et reprend vite la route. En s’arrêtant à une station service, il fait signe à une une auto-stoppeuse qu'il veut bien la prendre, il s’agit de Vera, une femme fatale , celle-ci reconnaissant la voiture d'Haskell menace de le dénoncer pour le meurtre présumé à moins qu'il n'assume l'identité du mort pour toucher un héritage. Les deux protagonistes se disputent violemment dans un hôtel jusqu'à ce que Roberts l'étrangle accidentellement avec le fil du téléphone.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

  • En 1972, Ulmer a déclaré dans une interview que le film avait été tourné en six jours. Cependant, dans un documentaire de 2004, sa fille de Arianne Ulmer a produit des documents du script sur lesquels il est noté : "14 Juin 1945 - 29. jours d’utilisation des caméras.[1] En outre, Ann Savage a confié à la RPC avoir été embauché par la production de Detour pour trois semaines de six jours, et plus tard , elle a déclaré que le film a été tourné en quatre semaines de six jours, avec quatre autres jours supplémentaires de travail de localisation dans le désert à Lancaster, en Californie[2].
  • On a longtemps cru que Detour a été produit pour environ 20 000 $[3] Noah Isenberg, en effectuant des recherches pour son livre sur le film, a découvert que le coût réel du film était plus de 100 000 $[4].

Montage[modifier | modifier le code]

Contraint à peu de prises par manque de budget, Edgar George Ulmer prit la décision de privilégier la narration aux dépens de la continuité.
Un exemple notable est l'inversion visuelle des séquences d'auto-stop. Dans le but d'accorder le périple de New York à Los Angeles du héros au mouvement de droite à gauche à travers l'écran, de nombreux plans furent retournés en miroir. Ce qui fait apparaître les voitures sur le côté gauche de la route et l'auto-stoppeur monte du côté du conducteur.

Censure[modifier | modifier le code]

Le code de censure de l'époque exigeant que les meurtriers survivants soient traduits en justice dans tous les films produits, Ulmer dut satisfaire les censeurs en achevant son film par l'arrestation de l'infortuné auto-stoppeur après l'avoir lui-même prédit.

« I know. Someday a car will stop to pick me up that I never thumbed. Yes, fate, or some mysterious force can put the finger on you or me for no good reason at all[5]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kevin Mcgue, « Detour Movie Review », A Life At The Movies,‎
  2. Morton, Lisa; Adamson, Kent (2009). Savage Detours: The Life and Work of Ann Savage. Jefferson, North Carolina: McFarland & Co. ISBN 978-0-7864-4353-6. OCLC 423587955
  3. (en) Geoffrey Macnab, « Magic on a shoestring », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Isenberg, Noah, Detour, New York, Palgrave Macmillan, , 39 p. (ISBN 1-84457-239-0)
  5. Je le sais. Un jour une voiture me prendra sans que je le demande. Oui, le destin, ou quelque mystérieuse force peut vous mettre le grappin dessus sans aucune raison.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]