Warnant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Warnant (homonymie).
 Ne doit pas être confondu avec Warnant-Dreye.
image illustrant une localité de la province de Namur
Cet article est une ébauche concernant une localité de la province de Namur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Warnant
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Dinant
Commune Anhée
Code postal 5537
Zone téléphonique 082
Démographie
Gentilé Warnantais(e)
Population 462 hab. (01/01/2008)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 19′ Nord 4° 50′ Est / 50.317, 4.83
Superficie 1 183 ha = 11,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Warnant

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Warnant

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Warnant

Warnant (en wallon Warnin) est une section de la commune belge d'Anhée située en Région wallonne dans la province de Namur.

Patronyme[modifier | modifier le code]

La famille "de Warnant", issue d'Otton de Warnant, qui fut à la fin du XIe siècle seigneur de Warnant et de Moha, devint une des familles nobles les plus importantes des provinces de Liège et de Namur. Le village de Warnant en question est celui de Warnant-Dreye, dans la province de Liège.

Une branche cadette pris le nom d'Oultremont au XIIIe siècle, dont descendent les actuels comtes d'Oultremont. La branche aînée, de Hubin de Warnant marié à Marie de Libois donne par Arnould la branche dite "de Warnant de La Neuville" (chevaliers ou barons, suivant les époques) est aujourd'hui éteinte, et par son frère Jean, la branche dite des Voués de Libois, avec descendance à Huy, Gesves et Finnevaux.

Plusieurs centaines de personnes en Région wallonne portent encore le nom de famille "Warnant", ou la version corrompue "Warnon", bien qu'ils n'appartiennent plus à la noblesse.

Parmi eux, notons la famille d'armuriers liégeois dont le plus célèbre est Jean Warnant, inventeur de la platine rebondissante et de 35 autres brevets. Jean Warnant, né à Cheratte (Belgique) le 28 février 1845, décédé à Liège le 1er janvier 1913, fils de Léonard Joseph Warnant et de Marie Ida Marechal. Il a épousé Marie Godin. La chanteuse Marie Warnant.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux soldats du 129e Régiment français d’Infanterie : situé à l’entrée du cimetière, près de l’église, dû au statuaire local Dekoninck, représente une tête d’homme penchée tandis que le soubassement est formé de six pierres provenant des départements d’origine des soldats : Seine maritime, Paris, Calvados, Manche, Eure et Orne. Les 49 soldats français tombés les 13 et 14 mai 1940 faisaient partie de la 5e Division d’Infanterie Motorisée.
  • Monument au commandant du 129e Régiment d'Infanterie : Le colonel Tachet des Combes, chef du régiment tombe sous le feu de l’ennemi à Yvoir. Le 12 juillet 1975, ses soldats inaugurèrent au Tombois une stèle à sa mémoire.
  • Monument au bombardier britannique : Le 3 septembre 1942, un bombardier britannique Liberator de la 419e escadrille s’écrase dans la commune aux premières heures du jour; un homme d’équipage, qui a sauté en parachute, est retrouvé mort sur la voie de chemin de fer proche. Les tombes des cinq hommes d’équipage sont dressées dans le cimetière près de l’église (mur nord).

Géographie[modifier | modifier le code]

Warnant est située en Condroz. Le village de Warnant est construit principalement le long du Ry du Baty, un affluent de la Molignée.

Économie[modifier | modifier le code]

}

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Lépine, « 80 monuments insolites d'Entre-Sambre-et-Meuse », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 520,‎
  • André Lépine et Guy Heynen, « Rommel traverse l’Entre-Sambre-et-Meuse, de Dinant à Landrecies, par Philippeville », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 415,‎